Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Le maillon faible de la chaîne touristique    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Le CSC en quête de confirmation, la JSS en danger face au Ahly    Présidentielle de 1999, on ne s'ennuyait pas…    Baisse du taux de criminalité en 2018    280 000 places pédagogiques offertes selon Mebarki    715 opérations pour 627 localités et mechtas à Jijel    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Le réseau électrique renforcé    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Ligue 2: Plusieurs débats captivants    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Commémoration du 67e anniversaire de la mort du moudjahid Belouizdad    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les écoles de Lounès
EL ANKA, EL HASNANOUI, EZZAHI, EL HARRACHI, GUERROUABI, BOUYEZGAREN...
Publié dans L'Expression le 23 - 01 - 2011

Il n'y a pas de maître sans maîtres, chantait, il y a des décennies El Hadj Mhamed El Anka, le plus grand enseignant pour ne pas dire école de Matoub Lounès. Une année avant son assassinat, Matoub cite El Anka pour la première fois dans l'une de ses chansons pour lui exprimer sa gratitude car sans El Anka, Matoub aurait sans doute suivi une tout autre trajectoire. El Anka est incontestablement l'icône qui a le plus marqué Matoub. Il l'a inspiré dans tous les domaines, hormis la poésie. Dans la façon d'interpréter, on retrouve des traces indéniables dans les chansons de Lounès. Mais ce dernier est allé plus loin en reproduisant un nombre important de musiques interprétées auparavant par El Anka. C'est le cas de la musique de la chanson «Izriw», de la deuxième partie de «Tamedit Bawass», La deuxième partie de «Ayizriw yesridimen», de «Abehri n lhif» sans oublier les préludes musicaux.
Aussi, Matoub a été très imprégné par un chanteur peu connu et presque jamais médiatisé mais qui a composé des merveilles.
C'est le chanteur d'expression kabyle Cheikh Arab Bouyezgaren. Le prélude de la chanson «Arwah Arwah», «Mimezran», «Aras tili», «Atsili lhaga rkhisset» et d'autres chansons interprétées par Matoub ont été des compositions de Cheikh Arab Bouyezgaren.
Matoub Lounès s'abreuvait aussi d'autres grandes figures de la chanson chaâbie algérienne comme Amar Ezzahi, Boudjemâ El Ankis, El Hachemi Guerrouabi, Dahmane El Harrachi, El Hasnaoui sans oublier l'incontournable Slimane Azem. Matoub était un amoureux de plusieurs mélodies de Slimane Azem et d'El Hasnaoui. Du premier, il a reconstitué, entre autres: «Atas ay sevregh», «Amuh amuh» et «D'aghrib dabarani».
D'El Hasnaoui, il a puisé les musiques d'une partie de «A muh a muh», «A yikhfiw», «A vava ruh»... Matoub avait des maîtres. Il respectait leurs oeuvres. C'est sans doute l'une des raisons pour lesquels il est devenu à son tour un maître.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.