Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A chacun sa Démocratie
Publié dans L'Expression le 09 - 04 - 2009

L´Algérie connaîtra aujourd´hui la quatrième élection présidentielle pluraliste depuis l´ouverture démocratique en 1990 puisque plus de 20 millions d´Algériens, en âge de voter, sont censés en principe, se rendre à l´urne ce matin après 19 jours de campagne électorale. Il y avait des couleurs qui portaient des messages, il y avait des candidats qui exhibaient des projets, il y avait des citoyens qui ont assisté aux meetings, des propositions pour faire sortir le pays de la crise. Deux facteurs, l´un craint et l´autre souhaité, n´ont pas marqué cette campagne. Le premier est celui qu´attendaient les esprits avides de sang et de douleur, et qui portent pour nom les terroristes- on a voulu leur substituer le qualificatif d´égarés, d´islamistes armés et même parfois de criminels. En fait, ils sont tout ça à la fois. D´aucuns s´attendaient donc à des attaques meurtrières qui allaient perturber cette campagne électorale. L´organisation terroriste du Gspc n´aurait pas mieux espéré qu´une pareille aubaine pour marquer un coup médiatique planétaire. Ce ne fut pas le cas et c´est tant mieux d´ailleurs, dans un pays où le sang a suffisamment coulé.
Le deuxième ingrédient qui a fait défaut dans cette campagne a été bien évidemment, l´absence de débat contradictoire. Une initiative a été prise par des étudiants de l´université de Béjaïa en Kabylie, qui ont mis face à face le candidat du FNA, Moussa Touati, et le secrétaire général du FFS, Karim Tabbou. L´initiative n´a pas été suivie pour pimenter et relever une campagne insipide, incolore et inodore. Il est difficile, en effet, d´imaginer une joute électorale sans confrontation directe entre les différents acteurs. C´est le principe même du pluralisme et du libre choix.
On est loin de l´agora démocratique qui a marqué la présidentielle américaine de novembre dernier. L´Algérie va élire son quatrième président sous l´ère du pluralisme et l´Amérique en a élu le 44e. Un simple calcul arithmétique nous fait savoir qu´on a un retard de 40 mandats présidentiels, ce qui signifie un retard de 200 ans si on estime qu´un seul mandat dure cinq ans. A chacun sa Démocratie et nous avons la nôtre avec tous ses défauts. On aura surtout remarqué l´indigence du langage qui a caractérisé des discours, la politique par le dilettantisme et, cerise sur le gâteau, l´analphabétisme numérique de ces prétendants qui dissertaient pendant dix-neuf jours sur une Algérie du futur. Mais ils ont trouvé la brèche pour capter l´attention du lectorat: «Si vous voulez avoir raison sans argumenter, critiquez le pouvoir», dit une citation populaire. Et c´est dans ce registre que la plupart des prétendants à la course présidentielle ont excellé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.