Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ne tuons pas la JSK
HANNACHI OUVRE LE FEU SUR LES ÂRCHS
Publié dans L'Expression le 11 - 12 - 2002

Pour les observateurs, il y a manipulation dans l'air.
Tout compte fait, certains supporters ne méritent pas la JSK. Or comment expliquer l'attitude ingrate d'une frange du public envers un club auréolé d'un troisième titre africain et encensé il y a à peine deux semaines?
Pour les observateurs, il y a manipulation dans l'air. Le coup était prémédité. La défaite de la JSK était une occasion pour replonger la région dans le cercle de la violence. Excédé et extrêmement déçu par tant d'ingratitude, le président Hannachi a, néanmoins, tenu à démasquer ceux qui tirent les ficelles et autres partisans du chaos. «Ce sont les mêmes qui ont cassé la Kabylie qui veulent aujourd'hui s'attaquer au symbole de fierté de la région», accuse Hannachi.
Pas besoin de lire entre les lignes, les ârchs sont ouvertement mis à l'index par le boss canari. Hannachi sait à quoi s'en tenir et ne lance pas d'accusations gratuites. Le saccage de sa voiture ainsi que celle du club étayent les assertions du président de la JSK, lui qui a pourtant préparé une fête grandiose pour la communion entre le public et son équipe. Mais la fête était gâchée par des individus qui, rejetés par la population et en panne de perspectives efficientes, n'ont que l'argument de la violence pour se faire entendre.
Ces mêmes individus ont même reproché à Hannachi l'idée de la fête alors que leurs pairs étaient emprisonnés. Résultats des courses, la JSK risque à nouveau une suspension de terrain, trois matches seulement après son retour forcé à Tizi Ouzou, car à présent, à la FAF, on ne badine pas avec la violence dans les stades.
Retour donc à la case départ pour un club qui paye probablement la rançon de sa gloire. Maintenant que le mal est fait et les masques tombés, le bras de fer ârchs-Hannachi est engagé de plus belle. En effet, depuis la création des ârchs, la JSK s'était toujours retrouvée, à son corps défendant, dans le collimateur de cette structure et prise dans le tourbillon des enjeux politiques.
Flash-back. Le 22 septembre 2001, à l'heure où les Canaris survolaient l'écueil marocain du WAC au stade du 5-Juillet en quarts de finale de la Coupe de la CAF, le siège de la JSK à Tizi Ouzou était réduit en ruines et la vitrine du club complètement saccagée.
Constatant les dégâts, Hannachi montre du doigt la coordination de Tizi Ouzou et accuse nommément quatre délégués de ladite coordination. En même temps, il appelle les supporters du club à un sit-in devant la permanence de la Cadc. Le jour du sit-in, le drame a été évité de justesse puisqu'une véritable bataille rangée a opposé les deux camps. Les sages du club interviennent et la trêve est signée. Trois mois plus tard, le 17 janvier 2002, à l'occasion de la rencontre JSK - MCA (0-0), Tizi Ouzou était mise à feu et à sang.
Une nouvelle fois, les ârchs sont dans le box des accusés. La JSK s'exile à Boumerdès et, encore une fois, le comité de sages intervient et enterre la hache de guerre. Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, et Hannachi, pas du tout rancunier, était le premier signataire de la pétition pour la libération des détenus du mouvement citoyen en juin dernier. Mais, cette fois-ci, la coupe est pleine et Hannachi ne compte plus pardonner aux mêmes individus les préjudices moral, matériel et psychologique portés à l'«icône» JSK.
Ces accusations ne sont pas restées sans réponse auprès de la coordination de la ville de Tizi Ouzou. En effet, par le biais d'un communiqué diffusé hier, les délégués de Tizi Ouzou, tout en condamnant et en se lavant les mains des actes de violence qui ont émaillé la fin de la rencontre de lundi dernier, s'en sont pris avec une rare virulence, argument à l'appui, contre le président kabyle.
Ainsi, pour les ârchs, «ces actes de violence sont à imputer à une stratégie du pouvoir dont Hannachi est le relais en Kabylie, qui consiste à provoquer un clash entre le club et la population». En parallèle, la coordination de Tizi Ouzou multiplie les accusations contre le boss kabyle «qui gère le club comme une propriété privée en l'engageant dans des positions politiques acquises au pouvoir». Les nombreuses associations du sigle de la JSK dans des actions politiques sont énumérées à travers le communiqué. «N'avait-il (Hannachi, Ndlr) pas déclaré qu'il était urgent d'exclure ces délégués et les remplacer par d'autres pour aller dialoguer avec le pouvoir?», écrivent les ârchs en allusion au conseil communal créé à Tizi Ouzou pendant l'été 2001. Ou encore «n'avait-il pas omis délibérément de dédier la Coupe de la CAF 2001 aux martyrs du printemps noir alors qu'il l'avait fait pour les sinistrés de Bab El-Oued?».
Cela dit, la guerre est désormais ouverte entre les ârchs et la direction de la JSK.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.