«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comme un cheveu sur la soupe !
Sommet de la francophonie à Québec
Publié dans Liberté le 16 - 10 - 2008

À chaque sommet, la question revient : l'Organisation internationale de la francophonie, ça sert à quoi ? Et elle se pose aussi pour sa XIIe édition qui se tient demain à Québec (Canada). Les Canadiens eux-mêmes s'interrogent sur le sommet qu'ils accueillent. Ils étaient plus préoccupés par leur scrutin fédéral, lequel, par ailleurs, a reconduit les conservateurs au pouvoir et peu intéressés par la francophonie pour ne pas dire suspicieux à l'égard de la communauté francophone jugée indépendantiste. L'agenda du sommet n'étant pas clair, ses organisateurs ont été satisfaits par le dossier de la crise financière internationale dont ils se sont emparés et inscrits à l'ordre du jour de leur sommet. Un politologue canadien, Jean-François Lisée, qui fut conseiller des anciens Premiers ministres canadiens, Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, a mis ses pieds dans le plat en expliquant à la presse canadienne que les politiciens avaient d'autres chats à fouetter, laissant les fonctionnaires prendre en charge ce rendez-vous. D'ailleurs, Nicolas Sarkozy, le président français, complètement accaparé par la crise financière internationale, a lui aussi bien d'autres choses en tête que la francophonie. Il sera au Québec juste pour la symbolique. Un chroniqueur canadien s'est même avancé pour dire que le président français “n'a probablement pas encore lu ses carnets de notes à ce sujet, il le fera sans doute dans l'avion” qui le transportera au Canada ! Sarkozy, à titre de président de l'Union européenne, est, en effet, plus accaparé par le processus de mise en branle de négociations d'un accord de libre-échange avec le Canada, par la signature d'une entente sur la mobilité de la main-d'œuvre avec le Québec ou par le discours qu'il doit prononcer à l'Assemblée nationale du Québec que par le sommet de la francophonie. Paroles d'une ancienne ministre canadienne, militante de la francophonie. Sarkozy sera absent de la plénière de dimanche qui abordera l'avenir de la langue française, selon son agenda, il devrait normalement retourner à Paris samedi soir. Il reste que le sommet devra épuiser son ordre du jour, tout de même assez intéressant : l'environnement, la crise alimentaire, la gouvernance économique et, bien sûr, la crise financière internationale. Des thèmes d'actualité mais qui risquent de ne pas déboucher sur des actions concrètes.
En réalité, la francophonie bat de l'aile depuis longtemps, même en y intégrant en son sein des pays qui ont en partage le français en partage mais dont l'usage, à l'image de l'Algérie, est réduit à sa portion congrue. Le message lancé par le secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, qui invite les pays membres à assurer “la vitalité du français”, ne sera pas réglé à Québec. L'ex-président du Sénégal voit grand ! Actuellement, l'Organisation mondiale de la francophonie compte cinquante-cinq Etats membres et treize autres ont le statut d'observateur. C'est le second sommet de la francophonie à se tenir à Québec. Le premier avait eu lieu en 1987.
D. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.