L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le principe d'un congrès unitaire retenu
3e SEMINAIRE NATIONAL DU MCB À TIZI OUZOU
Publié dans Liberté le 12 - 07 - 2003

Le 3e séminaire national du MCB, qui s'est déroulé durant ce week-end, à Tizi Ouzou, a débouché sur la nécessité d'organiser un congrès du mouvement vers la fin de l'année.
Une fois de plus les absents auront eu peut-être tort et les présents qui ont osé casser des tabous et privilégier le dialogue pour tenter de tourner le dos aux rancœurs et aux tiraillements auront eu l'occasion, certainement historique, de plancher longuement sur la promotion et l'enseignement de tamazight, comme ils n'ont ménagé aucun effort pour injecter du sang neuf à un Mouvement culturel berbère secoué, fissuré et presque laminé par des luttes intestines et des querelles partisanes. Ils étaient près de 200 militantes et militants du MCB, représentant quelque 92 associations culturelles amazighs venues des Aurès, du M'zab du Chenoua, de Kabylie et d'autres régions du pays, à prendre part à ce 3e séminaire national du MCB qui a duré deux jours à l'INTHT (ex-école hôtelière de Tizi Ouzou) et permis d'approfondir plusieurs sujets de réflexion s'articulant, principalement, autour de la place de tamazight dans la Constitution, sa promotion et son enseignement, mais aussi la préparation du premier congrès historique du MCB, envisagé pour établir la plate-forme idéologique du Mouvement en tant que “projet de société qui véhicule des valeurs qui lui sont propres”.
Dans une salle de conférences affreusement étouffante, en raison d'une curieuse panne d'électricité, et des modalités d'hébergement et de restauration entièrement prises en charge par les séminaristes eux-mêmes, ce 3e séminaire national du MCB aura eu certainement le mérite d'ouvrir le débat autour de la question identitaire et surtout des perspectives d'un mouvement que d'aucuns disaient sacrifié sur l'autel des divergences politiques et partisanes.
Lounaouci appelle à la réunification des rangs Dans son allocution d'ouverture, le porte-parole du MCB et principal coordinateur de ce séminaire, le Dr Mouloud Lounaouci, devait justement expliquer à la nombreuse assistance les principaux objectifs de cette rencontre qui fera certainement date dans les annales du MCB. “Lors de la commémoration du XXe anniversaire du printemps amazigh, nous avions pris l'engagement d'organiser le congrès du MCB qui n'a jamais pu se tenir malheureusement jusque-là en raison de problèmes internes au mouvement et de divergences apparues ici et là. Aujourd'hui, les cadres des différentes tendances se sont retrouvés et ont convenu, depuis quelques années, d'unifier les rangs” (…) “Sur le plan politique, dit-il encore, des tabous ont été cassés et la tenue d'un congrès devient une nécessité vitale”. Tout en rappelant que le MCB avait réussi à organiser par le passé deux séminaires historiques en 1980 à Yakouren, puis en 1989, à Tizi Ouzou, “qui lui ont permis de mieux structurer les réflexions et d'avoir un organique plus efficient”, Mouloud Lounaouci a affirmé que “le mouvement n'a pas pu dégager une plate-forme idéologique qui manque cruellement au MCB, car la conjoncture de l'époque ne pouvait permettre d'aborder certaines questions d'ordre politique”. Tout en insistant sur la liberté d'expression et la teneur des débats, Mouloud Lounaouci a surtout insisté sur le fait que le prochain “congrès permettra au mouvement de retrouver un nouveau souffle. La lutte sera encore longue, dit-il, car les gouvernants n'affichent pas encore une réelle volonté de donner des réponses fiables. Au contraire, faute de réagir violemment, tout est mis en œuvre pour saborder le MCB. Des moyens colossaux sont utilisés pour corrompre nos militants et construire un clone du MCB aux ordres”. Et au Dr Lounaouci d'appeler les militants à faire preuve de beaucoup plus de vigilance et surtout “à veiller à la philosophie du MCB qui reste, essentiellement, contestatrice tant que nos revendications ne sont pas satisfaites. Nous voulons absolument conserver notre instrument de lutte et veiller à lui donner force et vigueur en adhérant en masse au MCB”, devait conclure Mouloud Lounaouci. Il procédera ensuite à la constitution du bureau du séminaire qui sera présidé par l'avocat Me Saheb Hakim (Tizi Ouzou), assisté de représentants d'associations culturelles amazighs des Aurès (Batna), de Chenoua (Tipasa) et du M'zab (Berriane).
Saïd Sadi : “Le MCB doit reprendre sa place”
Après l'observation d'une minute de silence à la mémoire des martyrs de la démocratie et des nombreuses victimes des douloureux évènements du Printemps noir de Kabylie, les débats avaient été aussitôt ouverts par un hôte de marque, en l'occurrence le Dr Saïd Sadi, qui avait tenu à assister à l'ouverture des travaux pour intervenir, dit-il, en tant qu'“ancien détenu de Berrouaghïa et militant du MCB de toujours”, et ce, sous les acclamations de l'assistance. “Votre grand mérite, dit-il, est d'avoir répondu présent à ce 3e séminaire national du MCB qui est certainement une nouvelle étape historique du mouvement que le pouvoir a tout fait pour saborder”.
Après avoir fait l'éloge de la “presse plurielle”, Saïd Sadi a tenu à rappeler que la revue Tafsut a été la pionnière de la presse libre et indépendante. Il affirmera ensuite que “ce 3e séminaire du MCB a été organisé malgré toutes les entraves politiques et administratives pour réfléchir enfin sur la structuration et l'institutionnalisation du mouvement”. Et à Saïd Sadi de s'engager solennellement à contribuer au plein succès du prochain congrès du MCB en le dotant d'une documentation précieuse.
“Je m'engage, personnellement, à préparer tout un stock documentaire qui sera certainement profitable à la tenue du prochain congrès du MCB”, devait lancer Saïd Sadi, tout en rappelant la nécessité d'un véritable sursaut démocratique en Algérie. “Il y a de la place pour tout le monde. Le mouvement citoyen et les partis politiques sont là pour aspirer aux idéaux démocratiques. Pour une telle optique, le Mouvement culturel berbère se doit de reprendre la place qui est la sienne et de récupérer coûte que coûte toutes ses valeurs”, dira encore Saïd Sadi qui n'omettra pas de féliciter les initiateurs d'un tel séminaire et le choix pertinent des thèmes de réflexion retenus, comme il a tenu à saluer la naissance “du site internet du MCB qui permettra à toute la communauté berbérophone de se doter d'un lieu d'informations et d'échange fructueux au monde entier”, dira enfin Saïd Sadi avant de se retirer de la salle pour “des obligations familiales”.
Le congrès unitaire aura lieu avant la fin de l'année
C'est ainsi que les travaux des commissions autour de trois thèmes, soit “La plate-forme idéologique du MCB”, “Langue, culture, identité et nature de l'Etat” et enfin “Le programme d'action et la préparation du congrès du MCB”, ont débuté, jeudi après-midi, pour se prolonger durant toute la nuit avant d'aboutir, hier matin, à la lecture et à l'adoption des résolutions finales qui constitueront des canevas de réflexion très précieux pour le prochain congrès du MCB dont la date n'a pas été finalement fixée même si l'on pense que ce sera probablement en décembre 2003.
Parallèlement aux travaux des commissions, trois conférences-débats ont aussi été programmées, en séance plénière, autour “Des implications juridiques et socio-institutionnelles de l'article 3 bis de la Constitution” par Ali Brahimi, juriste et ancien membre de Commissions nationales du MCB, alors que Mouloud Lounaouci, autre ex-membre des Commissions nationales, a traité d'“Un autre regard sur la citoyenneté” et Me Hakim Saheb a parlé de la “Construction de la conscience nationale et dimension amazigh”.
Finalement, la clôture du séminaire a eu lieu hier, en début d'après-midi, après l'adoption des rapports de synthèse et des résolutions finales pour se donner rendez-vous au prochain congrès du MCB.
M. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.