Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khadija El Bidawiya subjugue et sauve la soirée
FESTIVAL INTERNATIONAL DE TIMGAD
Publié dans Liberté le 26 - 07 - 2009

La troisième soirée du Festival international de Timgad, vendredi dernier, a débuté aux environs de 23h30. Ce couac est dû au retard occasionné par le groupe Ouled el-Hadja de Meghnia qui ne s'est pas présenté sur le site au moment convenu.
Mal inspirés, le chanteur et les musiciens de ce groupe n'ont pas réussi à entrer en contact avec le public qui était déconnecté durant tout leur passage. Artistes et public n'ont fait qu'égrener le temps pour se séparer l'un de l'autre. Le temps de la délivrance n'est venu qu'avec l'entrée de la chanteuse de chaâbi marocain, Khadija El Bidawiya. Accompagnée de bendir, derbouka, violon, guitare électrique et clavier, la chanteuse a enflammé tous les gradins. Sur le rythme musical, jeunes, enfants et vieux ont donné libre cours à leur corps.
Ils se sont défoulés totalement. Ils ont dansé jusqu'à épuisement. Une véritable compétition s'est livrée entre le jeune public et les trois danseuses qui ont fait chavirer les cœurs et ont étalé leur classe sans retenue. Langage populaire, rythmes et danses ont donné à la soirée une atmosphère de fête.
Le micro de la chanteuse orienté dans leur direction, les jeunes ont repris en chœur plusieurs morceaux de la chanteuse. “Anna Oua Anna Lehbab”, “Dinou Izine Khatro” et autres tubes aux airs et rythmes marocains ont résonné fort dans le ciel des Aurès.Au refrain “Ha Ha Wadaami”, le théâtre romain s'embrase, chante et danse. Des applaudissements en véritables salves de baroud emplissent les airs. Les instruments traditionnels du folklore marocain entrent en action et font crier le public de joie et d'extase. La voix chaude et féminine de la star embarque tout le public loin de son quotidien stressant. Alternant chants, danses, instruments de musique, parfois en solo, les Marocains à leur tête chikha Khadidja ont charmé le public batni… ils l'ont conquis. Après cette fête grandiose, c'est au tour du chanteur Zineddine Bouchalaâ et son groupe de présenter leur répertoire constantinois, le chant des beys qui célèbre l'amour, l'amitié et la nature, mais devant des gradins du théâtre antique de Thamugadi presque vides, parce qu'il était deux heures et demi du matin. Le respect de la gestion du temps ou de la programmation risque de porter préjudice au Festival international de Timgad.
B. Boumaïla


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.