Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Coronavirus: 204 nouveaux cas, 140 guérisons et 7 décès    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    La tendance au Real Madrid concernant Zidane    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les djinns s'émerveillent du Coran
Phénomène de société, communication et Coran
Publié dans Liberté le 13 - 09 - 2009

Il n'y a pas que les croyants en particulier et les humains en général qui s'émerveillent du Coran, cette révélation divine miraculeuse. Les djinns, ces créatures qui ont toujours hanté les humains, ne sont pas restés insensibles au charme et à la beauté du texte sacré.
L'information nous est parvenue par les sources crédibles que sont le Coran et le hadith sur le fait qu'au moins, à trois reprises, des djinns ont non seulement écouté avec émerveillement des passages du Coran, mais ils ont été subjugués en annonçant immédiatement leur soumission à la nouvelle religion. Plus que ça, en retournant chez leur peuple, ils se sont transformés en apôtres pour les inviter à se débarrasser des pratiques païennes et des mensonges et à glorifier le Dieu Unique, comme il est rapporté dans sourate El Ahqaf (les rochers).
L'existence des djinns
Dans sourate Errahmène (le clément), dont la récitation est un véritable casse-tête pour ses répétitions, au nombre de trente et une, il est rapporté par Ibn Omar que le Prophète (Prière et Salut soit sur lui) avait récité cette sourate devant ses compagnons qui observèrent un silence. Il s tourna vers eux et dit : “Est-ce que les djinns sont plus prompts que vous en réagissant à sa lecture ? Chaque fois que je prononce l'interpellation. De quels bienfaits de votre Seigneur, nierez-vous ?” Ils répondent : “Ô Seigneur, nous ne nions aucun de vos bienfaits.”Mais le Coran a consacré une sourate entière qui porte le nom des djinns pour immortaliser leur émerveillement à l'écoute du Coran, récité par le Prophète (P. et S. sur lui). De fait, il nous informe des créatures invisibles qui partagent notre sphère et notre univers. Donc, les djinns, progéniture descendant de Satan, existent bel et bien. Ils habitent dans les grottes, les montagnes, les endroits isolés et obscurs. Ils ont même pouvoir de se rendre visibles, soit sous forme humaine ou animale. Ils peuvent également faire des illusions ou des bruits pour faire peur en s'attaquant à des personnes isolées. Ils ont également pouvoir de communiquer aux humains des idées, souvent dans le mal s'ils ne sont pas croyants. Des hadiths nous montrent la manière qui protège contre leurs agissements en nous indiquant les versets ou les sourate à lire, notamment les trois dernières du Coran (El IKhlas et El Mouaouthataïne) et le verset du Trône après chaque prière et en se mettant au lit. La lecture de sourate El Baqara éloigne, pour sa part, la magie et la sorcellerie de la maison. Il est ramené que Dieu a donné une spécificité au Prophète Salomon (sur lui le Salut de Dieu) en lui attribuant le pouvoir de commander les djinns en les mettant à son service.
La particularité de l'islam
Ainsi, le Coran admet l'existence des djinns et des démons, qui, du reste, est admise dans toutes les civilisations et les religions, qu'elles soient monothéistes ou païennes, depuis la nuit des temps. La différence est que l'islam, en les définissant comme une créature invisible, a interdit leur adoration, d'un côté, en libérant l'homme de leur domination et donné les moyens de se protéger contre leurs méfaits, de l'autre. Comme les hommes, il y a les musulmans, les chrétiens, les juifs et les païens.
Il y a les bons, notamment les croyants et les mauvais. Il faut avoir à l'esprit que les gens de part le monde souffrent des agissements des djinns, soit par la peur, soit des fois par des apparitions et des manifestations directes, notamment pendant le sommeil pour les personnes seules, les enfants et les bébés. Ils vivent de véritables calvaires. Pire, pour lutter contre, ces dernières vont fréquenter les sourciers qui ne sont autres que les complices des djinns. Le problème existe en terre musulmane. Seulement, les solutions sont simples et à la portée du croyant, la récitation de versets. Il faut toutefois faire attention aux charlatans et aux sorciers qui sévissent encore.
La réponse divine
Pour revenir aux djinns émerveillés par le Coran, Allah le Tout-Puissant, qui est beau et aime la beauté, a répondu par une sourate de 28 versets courts et rythmés d'une beauté et d'une architecture éblouissantes. Elle répond à des interrogations des Mekkois qui ont démenti le récit des djinns et qui ont tenté de piéger le Prophète sur les contenus, la manière et le but de sa mission, et enfin la venue de l'Heure.
Chaque réponse débute par l'ordre “dis”, ce qui permet de repérer le début de chaque réponse. On a :1- “Dis qu'en vérité, il m'a été révélé qu'un groupe de djinns était venu m'écouter... ”, (01-19) 2- “Dis qu'en vérité je n'implore que Dieu… ” (20) 3- «Dis qu'en vérité, je n'ai pouvoir ni pour vous nuire ni pour vous guider... ”, (21) 4- “Dis qu'en vérité, nul ne me garantira refuge…” (22-24) et “Dis qu'en vérité, je ne sais si ce dont vous êtes menacés est proche ou a un délai.” (25-28). Le premier ordre, le plus long avec 19 versets, rapporte les propos des djinns au nombre de quinze, tous débutant par l'expression “en vérité, après avoir écouté la récitation du Coran par le Prophète (P. et S. sur lui) et leur soumission à Dieu. Ils s'étaient émerveillés non seulement du style et du contenu du texte, mais aussi de la voix du récitant et de quelle voix s'agit-il ! C'est celle du Prophète ((P. et S. sur lui), qui a conseillé d'embellir le son lorsqu'on récite le Coran”.
Il faut dire qu'en plus de sourate El Djinns, il y a quatre autres qui débutent par l'ordre “dis”. Il s'agit d'El Kafiroune, El Ikhlas, El Falaq et En nass, dont la lecture protège justement contre la malédiction et les agissements des djinns et des gens du mal. Si les djinns se sont ainsi émerveillés du Coran, comme nous l'informent Dieu et son Prophète, (P. et S. sur lui), qu'en est-il des hommes en général et des musulmans en particulier.
Au siècle de l'informatique, de l'intelligence, du savoir et de l'art, on continue à présenter le texte coranique, la peur au ventre, de façon compacte, lugubre et confuse, notamment dans nos manuels scolaires, faisant peu d'effort pour mieux montrer sa beauté, ses formes, sa logique, sa richesse et son contenu. Il faut dire que la révélation de cette sourate à l'architecture particulière a apporté beaucoup de consolation au Prophète (P. et S. sur lui), notamment après sa première sortie à Taïef, où il a été boudé par ses habitants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.