Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    Le peuple en quête d'alternative    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Salon du Sport et de la remise en forme    «Nécessité de préserver le pouvoir d'achat dans la loi de Finances 2020»    Chakib Khelil est de retour    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    Tlemcen : « A Bas la dictature ! »    Hanni inscrit un joli but contre Al Ahli (Vidéo)    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Morituri” ouvre le bal
“Les vendredis du cinéma” des Mille et une News
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2009


C'est en comité très restreint qu'a eue lieu, vendredi passé, à partir de 17h à la librairie d'Algérie News, la projection du film Morituri. Prenant la parole, le producteur Bachir Deraïss a tenu à préciser que “le film a été tourné difficilement en 2004-2005”. La principale difficulté rencontrée résidait au niveau du financement. “Le film a été tourné avec zéro centime algérien”, a-t-il ajouté, en précisant que le seul soutien est celui de la télévision algérienne. Brossant un tableau des plus noirs sur le cinéma en Algérie, Bachir Deraïss a affirmé qu'il n'y a plus de cinéma ni de salles de projection. À cet effet, il dit que “ce ne sont pas des salles de cinéma, mais des salles de spectacles”. Plus loin, il dit que “beaucoup d'Algériens pensent qu'il n'y a plus de films algériens (…) Il n'y a plus de sorties de films, justes des avant-premières qui ne concernent pas tout le monde. Le cinéma algérien est en train de disparaître”. Un constat sombre et triste qui démontre que le septième art chez nous est moribond. Pour revenir au film, Morituri est l'adaptation du roman éponyme de Yasmina Khadra, réalisé par Okacha Touita. Le réalisateur nous emmène dans les mystères les plus sombres, les plus sournois, les plus fourbes de la période la plus sanglante de l'Algérie, les années 1990. Le spectateur est d'emblée dans le bain. Avec “un réalisme et une crudité dérangeante”, le film tourne autour d'une “enquête commandée” par un “gros bonnet affairiste” de la capitale “sur la disparition de sa fille”. Il “dépeint une Algérie d'une noirceur absolue” ! Dans le genre film polar, le personnage principal dans Morituri, le commissaire Llob (interprété par Miloud Khetib) ressemble étrangement à son “confrère” français Navarro ! La particularité dans ce film, c'est le récit. Le commissaire Llob – qui est aussi écrivain — raconte lui-même l'histoire d'un pays qui est à feu et à sang, d'un peuple déchiré, apeuré, pris entre deux feux, deux diktats : celui des terroristes et celui de la “mafia politico-financière”. Une belle brochette d'acteurs (Sid Ahmed Agoumi, Sid-Ali Kouiret, Ahmed Benaïssa, Rachid Farès, Boualem Benani… ), même si des fois certaines scènes étaient sur-jouées. Toutefois, le réalisme est frappant, tant par le scénario que les images réelles des attentats injectées dans le film. Le dialogue est bien ficelé, même si à certains moments, il est cru, mais sans choc ni heurt !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.