Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“L'école responsable de toutes les perversions”
Lutte contre les violences faites aux femmes
Publié dans Liberté le 22 - 11 - 2009

Ce fléau, qui a gangrené la société, trouve son origine dans le contexte sociopolitique des années 1980.
À la veille de la célébration de la Journée internationale de l'élimination des violences à l'encontre des femmes (le 25 novembre prochain), le centre d'études diocésaine Les Glycines a organisé, vendredi en fin d'après-midi, à Alger, une conférence-débat sur ce phénomène, animée par le Dr Faïka Medjahed, responsable du service santé femmes à l'Institut national de santé publique (INSP), également militante féministe et psychanalyste active au sein d'un groupe d'études travaillant sur les “souffrances psychosociales des femmes, des enfants et des hommes de ce pays”.
Dans son exposé, l'intervenante a reconnu que les violences subies par les femmes sont “un des sujets les mieux gardés”. Au point où ce phénomène prend aujourd'hui “l'ampleur d'une pandémie” qui porte “gravement atteinte à la santé publique” et constitue “un terrible affront aux droits humains”. “Partout dans le monde, des femmes subissent régulièrement des violences sexuelles et des coups infligés par leur partenaire intime, des membres de leur famille, des voisins ou des inconnus. Elles sont aussi des victimes toutes indiquées pendant et après les conflits et les guerres”, a précisé Mme Medjahed. Selon elle, ce fléau qui a gangrené la société trouve son origine dans le contexte sociopolitique des années 1980 jusqu'à ce jour. Un contexte marqué par “la remise en cause de la mixité, du sport féminin, des études et du travail des femmes”. Plus explicite, la conférencière est revenue sur les “contextes familial et cultuel” et les ravages du “formatage” qui prédisposent la fille et la femme à l'acceptation de “toutes les agressions stoïquement comme allant de soi”. Elle a revisité les années 1980, qualifiées d'“années de misogynie”, impliquant l'école dans la propagation de “toutes les perversions”. “Ce déficit de sens à l'endroit de la femme va imprégner un processus de dévalorisation dans l'esprit des élèves, qui ne peuvent comprendre un quelconque rôle joué par les femmes dans la société présente ou passée”, a souligné le Dr Medjahed. Cette dernière a, en outre, attesté que c'est dans les années 1980 qu'est apparu “subrepticement” le port du voile dans les établissements scolaires, transformant petit à petit l'école du savoir en une place réservée “au profane et aux islamistes”, visant à rendre les femmes “invisibles”. Quant aux étudiants, elles subiront “les pires agressions physiques de la part de certains individus érigés en milices”, dira-t-elle, avant d'observer que “les années 1980 n'ont fait que préparer les femmes, les hommes et les enfants aux années sans nom de 1990”. La preuve, soutiendra-t-elle, les années 1990 sont celles des “viols et des folies meurtrières” qui ont laissé place à “l'irréparable” en 2001, à travers les “viols innommables” à l'encontre de femmes travaillant à Hassi-Messaoud.
Plus loin, la responsable fera remarquer que quelque chose a cependant changé dans le regard porté sur ces femmes victimes, puisque les viols individuels ou collectifs des années 1990 “ont rendu visibles les autres violences ciblant les femmes et l'hétérogénéité des débats au sein de la société”. Désormais, des gens vont s'investir de plus en plus dans la lutte contre les violences à l'égard des femmes.
Par ailleurs, des enquêtes, études et recherches sont engagées, dont la première, lancée par l'INSP et à laquelle a participé le Dr Medjahed, a été menée en 2002-2003. Plus encore, l'Algérie s'est nouvellement dotée d'un ministère chargé de la Femme qui vient d'élaborer une “planification stratégique de lutte contre les violences fondées sur le genre”. Il n'empêche, le dossier sur les violences faites aux femmes “ne bénéficie pas toujours d'appui financier”. Un constat paradoxal dans un pays qui affiche une embellie financière, mais qui en dit long sur l'étendue du travail à faire, y compris sur le registre de l'ijtihad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.