Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie perd chaque année au moins 2 000 milliards de centimes
Les ravages de la contrefaçon
Publié dans Liberté le 15 - 02 - 2010

Le phénomène d'imitation des marques ronge l'économie nationale, et la production nationale est menacée d'un recul, voire d'une disparition pure et simple.
Depuis quelques années, la contrefaçon connaît un essor fulgurant dans notre pays. Les produits cosmétiques, les médicaments, les pièces détachées automobiles, les produits électroménagers, les effets vestimentaires, les jouets et même les produits alimentaires sont touchés par ce phénomène face auquel nos services des douanes déplorent le manque de moyens pour une lutte efficace. L'habillement occupe la tête du podium avec 80%, 60% des cigarettes vendues sont contrefaites, viennent ensuite la pièce détachée avec 40% et les cosmétiques avec 40%. Le secteur qui reste raisonnablement à l'abri de la contrefaçon est celui de l'électroménager avec seulement 12%. S'agissant des pays à l'origine de la contrefaçon, on trouvera que 70% des marchandises contrefaites proviennent des pays asiatiques, à l'exemple de la Chine avec 62,5%. Ce qui est regrettable, c'est que ces produits, nocifs pour la santé, se vendent non seulement au marché parallèle, mais aussi dans des magasins et en vitrine au niveau des grandes et des petites villes. Attiré par le prix généralement bas, le client n'hésite pas à opter pour ces produits, plutôt que pour des articles authentiques, surtout que le pouvoir d'achat est de plus en plus faible. Le préjudice économique est important pour l'Algérie. Selon une étude menée par le Groupe de protection des marques (GPM) en Algérie, la contrefaçon fait perdre à l'économie algérienne chaque année plus de 20 milliards de dinars, soit environ 236 millions d'euros, 7 000 emplois et 14 milliards de dinars (165 millions d'euros) en recettes fiscales. Si dans le domaine vestimentaire par exemple, les clients achètent souvent de la contrefaçon en connaissance de cause, dans un certain nombre de cas, par exemple les médicaments ou encore les pièces détachées de voitures, les acheteurs sont bernés, car tous pensent acheter des produits originaux, mais en fait ils achètent des contrefaçons, potentiellement dangereuses pour leur santé et leur sécurité.
Les pièces détachées contrefaites sont à l'origine de 10% des accidents
La démocratisation du secteur de l'automobile en Algérie a propulsé la vente des véhicules dans le hit-parade des activités commerciales, suivie de celle des pièces détachées. Différentes marques essayent de sensibiliser les citoyens pour vulgariser l'achat des pièces d'origine, tout en diabolisant les dangers des pièces contrefaites. Mais la vérité est tout autre. Le faible pouvoir d'achat des citoyens fait que 40% des clients achètent des pièces contrefaites. La différence des prix entre les deux avoisine les 60%. Ainsi, tous les magasins exposent des pièces d'origine et de contrefaçon. Elles sont vendues selon les besoins et les souhaits des automobilistes. La cherté des pièces d'origine pousse donc les citoyens à acheter les pièces de contrefaçon, occultant de fait que les dégâts des pièces détachées contrefaites ne sont pas seulement économiques. Ces pièces, mal usinées et dont la durée de vie très limitée, sont aussi responsables d'un grand nombre d'accidents de la route, au moins 10 à 20% selon les statistiques de la Direction du commerce. Boostées par l'acquisition des véhicules par voie du crédit bancaire (40% du parc automobiles sont asiatiques), les pièces de rechange des pays de l'Extrême-Orient sont les plus vendues. Avec des stocks qui s'écoulent rapidement, plus de 60% des importateurs se mettent à l'approvisionnement en pièces de contrefaçon. Il est aujourd'hui très difficile de trouver des pièces détachées conformes sur le marché algérien, et quand il y en a, c'est à un prix trop souvent inaccessible. Pour promouvoir la contrefaçon, l'on n'hésite pas à affirmer, à tort d'ailleurs, que les normes de sécurité des pièces d'origine et de contrefaçon sont les mêmes, mais les pièces contrefaites n'ont pas été fabriquées pour le long terme. C'est dans la durée de la pièce que repose la différence.
Importation de pièces détachées : nouveau tour de vis
Face à cette situation, le marché de la pièce de rechange a été consolidé vers la fin 2009 par de nouvelles dispositions établies par le ministre du Commerce. Ces dernières font obligation aux concessionnaires de réorganiser leurs réseaux d'importation et de distribution de la pièce de rechange en Algérie. Par ailleurs, les pièces détachées non importées depuis les pays constructeurs ne seront plus autorisées en Algérie, et ce, depuis le 2 novembre dernier. Cette interdiction vise à protéger les Algériens contre les fausses pièces de rechange qui, selon les autorités, envahissent le pays et causent de nombreux accidents. Ces mesures, prises par les pouvoirs publics, sont autant d'instruments pour limiter l'ampleur du phénomène. Néanmoins, nombreux sont ceux pour qui il est illusoire de prétendre mettre fin à ce phénomène si le citoyen ne prend pas conscience des menaces qu'il fait peser sur sa personne, sa famille et d'autres usagers de la route en achetant ces pièces.
Les vêtements aussi n'échappent pas à la contrefaçon. Les dermatologues préviennent contre les risques sur la peau, tels que l'allergie, les eczémas que peuvent générer les sous-vêtements, les chemises, les tee-shirts, les pantalons, les pulls, mais aussi des chaussures et chaussettes fabriqués avec des matières douteuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.