Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les plages de Boumerdès sont polluées
À quelques mois de l'ouverture de la saison estivale
Publié dans Liberté le 12 - 04 - 2010

Même avec des stations de relevage, les plages de Boumerdès, à savoir le Figuier, la Sablière et Sghirat, sont touchées par les eaux usées. Alors que ces plages sont censées accueillir dans quelques mois des projets touristiques d'envergure.
Alors que les différents responsables, notamment ceux de la direction de l'hydraulique et de l'Office national d'assainissement (ONA), affirment avoir réglé le problème lié au traitement des eaux usées au niveau des communes côtières de la wilaya grâce aux stations de relevage qui y ont été implantées, la réalité sur le terrain est tout autre.
Un spectacle désolant, voire catastrophique auquel nous avons eu droit au niveau des meilleures plages de la wilaya et cela, à deux mois seulement de l'ouverture de la saison estivale. Il s'agit de la plage du Figuier est, de la plage dite la Sablière relevant de la commune de Boumerdès et celle de Sghirat (cap Blanc) qui relève de Thénia, des plages situées à seulement quatre kilomètres du chef-lieu de wilaya et qui sont censées accueillir des projets touristiques d'envergure internationale. À Figuier est, ce sont les rejets de l'institut d'hôtellerie qui sont déversés directement vers la meilleure plage de la wilaya et cela, à une centaine de mètres de la station de relevage n°7 de l'ONA.
À Sghirat, ce sont les eaux usées en provenance d'un site de chalets qui se répandent dans la mer en traversant un oued jonché de déchets se trouvant à 10 mètres seulement de la station de relevage n°8 de l'ONA. Même spectacle à Figuier est, où des égouts coulent à flots dans la mer après avoir emprunté un caniveau situé à une dizaine de mètres de la station de relevage n°6 de l'ONA. Ces trois exemples renseignent on ne peut mieux sur l'écart qui existe entre la théorie et la pratique ou le discours et la réalité en matière de lutte contre la pollution. Si les meilleures plages sont polluées en dépit de l'existence d'une station de relevage, l'on se demande quel est l'état des autres plages non équipées de ces structures dont la mission consiste à éliminer les rejets vers la mer en les refoulant vers la station d'épuration de Boumerdès.
Les habitants rencontrés sur les lieux mais aussi les pêcheurs disent avoir tiré la sonnette d'alarme, mais sans résultat. Un autre habitant se demande où sont passés les élus mais aussi les responsables et les associations chargés de la protection de l'environnement et d'assurer la santé des citoyens.
La colère se lisait dans les yeux de ces pêcheurs amoureux de la mer qui ont été les premiers à donner l'alerte sur cette situation qui touche en premier la santé publique et qui nuit à l'environnement et aux écosystèmes marins. Pourtant, la loi n°3 du 19/07/2003, relative à la protection de l'environnement, est sans ambiguïté.
Son article 52 énonce en substance : “Sont interdits le déversement, l'immersion et l'incinération dans les eaux maritimes sous juridiction algérienne de matières et substances susceptibles de porter atteinte à la santé publique et aux écosystèmes marins, de nuire aux activités maritimes, d'altérer les eaux maritimes, de dégrader les valeurs d'agrément de la mer et des zones côtières et de porter atteinte à leur potentiel touristique.” Par ailleurs l'Algérie est l'un des premiers pays à avoir ratifié, le 28 avril 2004, les amendements de la convention pour la protection de la mer Méditerranée adoptée à Barcelone le 10 juin 1995.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.