Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“Des tribunaux internationaux pour juger les crimes coloniaux”
Essais nucléaires français dans le Sahara
Publié dans Liberté le 04 - 07 - 2010

La conférence d'hier a une nouvelle fois posé la problématique de la reconnaissance par la France des crimes commis durant la colonisation.
“Ce crime impuni que sont les essais nucléaires français dans le Sahara algérien sera un jour puni.” Cette phrase pleine de détermination est de l'avocate Fatma Benbraham, membre du Comité reconnaissance, indemnisation et mémoire des essais nucléaires français au Sahara algérien (Crimes) qui s'emploie à amener, un jour, la France à assumer son passé colonial en Algérie. Lors d'une rencontre organisée hier au forum d'El Moudjahid, Mme Benbraham dit détenir l'arme fatale pour traîner la France devant la cour pénale internationale : le traité de Rome et l'article 8 du droit international. “Le temps est venu de dresser des tribunaux internationaux pour juger les crimes coloniaux”, s'écrie-t-elle. Elle dit détenir plusieurs documents battant en brèche tous “les mensonges” entretenus par la France à propos de ce dossier. Elle cite un document secret de 256 pages démentant les assertions françaises quant à l'inexistence d'essais pour une bombe H. “Les militaires français ont menti à leurs troupes et à la population française”, s'est-elle offusquée.
L'autre document dont elle est détentrice est un rapport quotidien d'un colonel français qui parle de la présence de 29 enfants français dans la région au moment de l'explosion de la bombe. Concernant la loi Morin, Mme Benbraham la trouve bien “pernicieuse”. Une loi qui n'est, à ses yeux, rien d'autre qu'une issue de secours pour la France qui a été fortement secouée en 2008 par la diffusion par Al Jazeera d'un documentaire sur les essais nucléaires français à Reggane. Mieux, elle reproche à la France de vouloir être juge et partie. “C'est elle qui nous a causés du tort et c'est elle qui décidera du sort des dossiers d'indemnisation”, tonne-t-elle.
Interrogée sur l'acharnement de son comité, tout en épargnant les autorités algériennes qui brillent par un silence assourdissant, Mme Benbraham affirme qu'elle se pose, elle aussi, des questions sur le mutisme des dirigeants algériens mais se désole de ne pouvoir répondre à une telle question au motif qu'elle n'est pas une femme politique ni membre du gouvernement.
Pour sa part, Ammar Mansouri, chercheur en physique nucléaire et membre du comité dont il est question plus haut, assure que ce n'est pas la commission auprès de laquelle seront déposés les dossiers d'indemnisation qui fera le tri, mais c'est plutôt au ministre Hervé Morin de décider de tout. “Tout est militarisé. C'est Hervé Morin qui décide des indemnisations”, s'élève-t-il. Et de s'interroger : “Comment les Algériens peuvent-ils être satisfaits d'une loi ayant suscité les critiques des Français eux-mêmes ?”
Il déplore le peu d'implication de la société civile dans un débat qui intéresse au plus haut point les Algériens. De son point de vue, les habitants des régions contaminées doivent procéder à un travail minutieux de recensement de tous les détails ayant trait à cette question. “Il faut constituer des dossiers scientifiques et solides”, conseille-t-il. Ceci dit, il assure qu'il ne mène pas ce combat par désir de vengeance, mais plutôt par le souci de faire triompher la vérité historique. Après quoi, il lira à l'assistance un appel signé par des gens d'horizons divers lancé à la France pour la reconnaissance et la réparation des conséquences des essais nucléaires français au Sahara algérien sur la santé et sur l'environnement par l'indemnisation des victimes et la réhabilitation et la sécurisation des sites où étaient effectués les essais. Les initiateurs de cet appel exigent trois choses de la France : l'ouverture des archives des essais nucléaires français au Sahara algérien encore classées secret-défense, la mise en place d'une commission mixte d'évaluation et de suivi des conséquences sanitaires et environnementales des essais nucléaires français au Sahara algérien, et, enfin, la création d'un fonds pour l'indemnisation et le suivi médical des victimes algériennes mais la réhabilitation et la sécurisation des trois sites d'essais au Sahara et la gestion des déchets radioactifs générés par lesdits essais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.