Tuchel favori pour remplacer Lampard à Chelsea ?    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biennale méditerranéenne d'art contemporain
ORAN
Publié dans Liberté le 27 - 11 - 2010


La 1re biennale méditerranéenne d'art contemporain d'Oran s'ouvre aujourd'hui successivement au palais de la Culture, au musée Ahmed-Zabana et à la bibliothèque communale avec comme prisme les rapports de l'art contemporain et la vie sociale, dans un souci de proximité et d'action. C'est aussi un regroupement des artistes des villes du bassin méditerranéen qui sont chaque année sélectionnées par un jury autour d'un thème d'actualité. Tawfik Ali-Chaouche, président de l'association Civ-Œil qui organise conjointement, avec la direction de la culture, cette manifestation internationale, en annonce la couleur. “Il s'agit d'établir une insertion des procédés artistiques qui vont enrichir et répertorier la diversité des démarches artistiques contemporaines.” L'historien d'art explique les canevas qui vont permettre aux partenaires sociaux de comprendre, de comparer et d'aborder des univers différents. C'est donc un espace un peu philosophique qui vient rattraper le thème d'art contemporain si cher à Tawfik Ali-Chaouche. “Nous jetons les passerelles d'un espace plus adéquat, une projection sur des performances plus aiguës”, affirme-t-il. L'objectif de cette première rencontre constitue une “démarcation par rapport à la scène artistique algérienne à l'effet d'enrichir le champ culturel algérien et de confirmer la nécessité de créer des espaces d'exposition pour l'art contemporain tels que le Musée d'art moderne (Mama)”, explique notre interlocuteur. C'est d'ailleurs le substrat art contemporain (peinture, installation, photo et design) qui est présenté dans les installations contemporaines. Des thèmes forces sont aussi programmés autour du travail d'une approche artistique en milieu jeunesse ainsi que des réflexions sur le marché de l'art et le mécénat. Les participants venus de Tunisie, de Grèce, de Syrie, de Palestine, de France et du magistrat de liaison à l'ambassade de France à Alger côtoieront leurs collègues algériens dont les directeurs des Ecoles des beaux-arts d'Alger, d'Oran de Mostaganem et de Sidi Bel-Abbès. Les étudiants de ces instituts seront également présents pour profiter pleinement des enseignements liés aux visites guidées (art de la rue) et aux techniques de montage des projets artistiques. Il est important de relever l'impact au niveau social de cette manifestation culturelle dont les travaux seront mis à contribution par les départements des arts plastiques des critiques d'art et des galeristes internationaux. Une rencontre inspirée de la réussite du 4e Salon méditerranéen des arts plastiques (2008) auquel fait référence Tewfik Ali-Chaouche qui n'omet pas de tirer sa révérence à la société civile et au mécénat qui ont contribué à l'organisation de la 1re biennale méditerranéenne d'art contemporain qui se poursuivra jusqu'au 29 du mois en cours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.