Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Lancement d'une application permettant aux retraités de connaître le jour de virement de leurs pensions    Coronavirus : 585 nouveaux cas, 315 guérisons et 12 décès en Algérie durant les dernières 24h    Tentative d'agression à l'hôpital de Bouira : 2 personnes sous mandat de dépôt et 5 autres sous contrôle judiciaire    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    La double peine !    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    L'infrangible lien...    Le NAHD saisit le TAS    L'énigme Bouchouareb    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les bénéficiaires reviennent à la charge    3 personnes décédées par asphyxie    Les guichets itinérants rétablis    Les habitants soulagés    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'immolation par le feu, un suicide politique
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2011

Le geste de Mohamed El Bouazizi est en train de faire école en Algérie et les cas d'immolations par le feu se multiplient. Rien que pour la journée d'hier trois jeunes Algériens ont eu recours à cet acte ultime.
Le fait, renouvelé dans des lieux très éloignés les uns des autres, ne peut être le résultat d'une imitation machinale de ce tragique mode de protestation auquel le jeune Tunisien de Sidi Bouzid a été contraint. Si son sacrifice a été déclencheur d'un mouvement national de révolte, c'est que ses concitoyens y ont vu l'expression de la capacité de s'indigner d'un quidam qui n'avait aucune ressource pour faire valoir son droit au minimum social. Mohamed a étudié, sûrement cherché du travail, avant de se rabattre sur le gagne-pain de marchand ambulant de fruits et légumes. Quand il fut dépossédé de son capital, il a tenté un recours auprès d'une administration qui lui a fermé la porte au nez.
Mohamed El Bouazizi n'a pas la chance d'avoir ni un proche dans l'administration pour intervenir auprès de la police,
ni les moyens de corrompre l'agent qui vient de lui confisquer son bien pour exercice illicite d'un commerce. Et le proconsul, auquel il voulait expliquer l'utilité de sa charrette et de la marchandise dont on vient de le déposséder, refuse ou n'a pas le temps, de l'écouter.
Sans la ressource du copinage, du népotisme et sans moyens de corrompre, il ne reste aux oubliés du système, pour s'éviter la privation qui les accable ou préserver leur dignité agressée, que les poches d'Etat de droit qui subsistent dans quelques recoins des institutions. À l'évidence, pas à la sous-préfecture de Sidi Bouzid. Mais nulle part ailleurs en Tunisie, si l'on en juge par l'onde de choc national qui a suivi le suicide du jeune marchand ambulant.
Ni dans beaucoup d'endroits en Algérie quand on voit la contagion sacrificielle qu'il a suscitée dans notre pays aussi. Façon de dire : “nous sommes aussi des El Bouazizi.”
Le suicide est un vieux mode de protestation pour ceux qui n'attendent plus de secours de la société et de son Etat. Mais l'immolation par le feu, par son caractère spectaculaire et par l'idée message de douleur qu'elle contient, se veut un message de souffrance extrême de son auteur. L'immolation par le feu est un suicide politique.
Si l'émeute est un mode d'expression collective de mécontentement, le sacrifice douloureux et solitaire est destiné à nous tourmenter, à tourmenter les responsables de la peine du sacrifié et à tourmenter les témoins de cette peine.
Ce n'est pas un hasard, si les plus hauts responsables s'inquiètent de cette avalanche de suicides et de tentatives de suite. Plus que l'émeute, plus que la harga qui s'inscrit tout de même dans l'espoir d'un au-delà géographique, elle traduit un profond état de désespérance. Et comme ces suicides surviennent tous sur des thèmes qui engagent la responsabilité de l'Etat, le logement et l'emploi, on comprend que le pouvoir se sente tragiquement interpellé.
Ironie de notre situation : le pétrole qui a fait notre malheur, en termes d'injustice sociale, sert aujourd'hui, sous forme de bidons d'essences, de sinistre mode de dénonciation de cette injustice.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.