Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Un an de prison requis contre Fodil Boumala    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LOUH N'est pas contre l'abrogation de l'article 87 bis
Le SNMG à l'épreuve du pouvoir d'achat
Publié dans Liberté le 03 - 01 - 2012

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a rappelé, hier, sur les ondes de la radio Chaîne III, que le Salaire national minimum garanti (SNMG) a été relevé à 18 000 DA.
Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale a rappelé, hier, sur les ondes de la radio Chaîne III, que le Salaire national minimum garanti (SNMG) a été relevé à 18 000 DA. Tayeb Louh ne s'est pas pourtant attardé sur le sujet, peut-être parce que l'augmentation du SNMG est entrée en vigueur depuis le 1er janvier de la nouvelle année. Il s'est néanmoins exprimé sur les autres dossiers ayant retenu l'attention de la 14e tripartite (gouvernement-UGTA-patronat) qui s'est tenue à la fin septembre 2011, y compris sur les incidences de la suppression de l'article 87-bis du code du travail, qui définit le salaire de base en incluant un certain nombre de primes et indemnités. Le ministre a aussi abordé “la préservation du système national de retraite”, en insistant sur “les équilibres de la Caisse nationale de retraite”, de même que la réforme introduite en 2010 par son département, qui prévoit l'introduction “de sources additionnelles”, autres que les cotisations. Tayeb Louh est également revenu sur le pacte national économique et social reconduit par la dernière tripartite. L'invité de la rédaction de la Chaîne III a, en outre, parlé de l'emploi et du contrôle des 16 agences privées de placement agréées dans six wilayas du pays. Sans oublier “la politique de remboursement du médicament” destinée à promouvoir le produit générique. “Il n'y a pas de problème en ce qui concerne le médicament remboursable”, a-t-il affirmé, en renvoyant indirectement “la crise du médicament” au ministère de la Santé.
Les salariés, entre augmentations salariales et hausses des produits de consommation
En Algérie, le SNMG est passé de 2 000 DA en 1990 à 18 000 DA en 2012. En juillet 1991, celui-ci a atteint les 2 500 DA, avant de passer à 3 500 DA en janvier 1992. En 1994, la décision est prise de relever le SNMG à 4 000 DA. Il faudra ensuite patienter trois années pour voir venir, en 1997, une augmentation du SNMG à 6 000 DA, applicable en trois tranches : de 4 000 à 4 800 DA à partir du 1er mai 1997, de 4 800 DA à 5 400 DA à partir du 1er janvier 1998 et de 5 400 à 6 000 DA à partir du 1er septembre 1998. Sous la pression des travailleurs et de leurs syndicats, le gouvernement accordera des hausses du SNMG de 2 000 DA, permettant alors à celui-ci de passer de 6 000 à 8 000 DA, puis à 10 000 DA, avant d'atteindre les 12 000 DA en 2007. Devant la poursuite des actions revendicatives, notamment des syndicats autonomes, le SNMG sera porté à 15 000 DA, à partir du 1er janvier 2010. Il sera relevé enfin à 18 000 DA à partir du 1er janvier de l'année en cours. Autrement dit, le SNMG a été revalorisé 10 fois tout au long de ces 22 ans dans bon nombre d'activités du secteur public et dans le secteur économique, grâce à la signature des conventions de branches. D'aucuns estiment que les hausses visaient “la paix sociale” ; d'autres, en revanche, soutiennent que l'objectif est avant tout “l'amélioration des conditions de vie” des travailleurs et de leur famille. Dans les faits, ces augmentations, et en particulier les dernières hausses du SNMG, ont été accompagnées par la flambée des produits de consommation. Aujourd'hui, alors que les salariés n'ont pas encore empoché le salaire de janvier 2012, les fruits, les légumes et les viandes, pour ne citer que ceux-là, affichent des prix excessifs pour le commun des Algériens. D'ores et déjà, des syndicats ont fait savoir que la dernière augmentation du SNMG de 3 000 DA demeure “insignifiante” par rapport à l'érosion continue du pouvoir d'achat des Algériens. La solution réside-t-elle dans le relèvement d'un SNMG “mieux adéquat” aux données locales, la mise en place d'un “mécanisme durable et opérationnel pour maîtriser les prix de produits de large consommation” ou l'abrogation de l'article 87-bis du code du travail ? En attendant une meilleure répartition des richesses nationales et le rapprochement des normes internationales, en matière de calcul du SNMG, il faudra bien se décider.
H.A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.