PLFC 2020: la hausse des prix des carburants réduira leur gaspillage    Le Président Tebboune affirme qu'il "fera face aux lobbies ciblant l'ANP par des campagnes désespérées"    Conseil de la Nation: adoption à l'unanimité du texte de loi de finances complémentaire 2020    Conseil de la nation: la préservation du caractère social de l'Etat dans le PLFC 2020 saluée    Le comité scientifique, seul "habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement"    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    «Tebboune s'est engagé à libérer Tabbou et Benlarbi»    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    L'Amérique brûle    Un webinaire interactif pour la région Mena    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





11e Symposium International 2012 du MDI Business School d'Alger
Plaidoyer pour la gouvernance des entreprises et des institutions
Publié dans Liberté le 22 - 05 - 2012

Les contraintes de l'environnement des affaires en Algérie ne laissent que peu de place aux préoccupations de gouvernance. C'est, du moins, ce qui ressort des interventions des chefs d'entreprise, au deuxième jour des travaux du Symposium international de MDI Business School qui ont pris fin, hier, à l'hôtel Hilton d'Alger.
La première enquête réalisée, en 2010, par Hawkama El-Djazaïr, l'Institut algérien de gouvernance d'entreprise, souligne clairement le manque d'enthousiasme des chefs d'entreprise à s'approprier le code de gouvernance. Enclins à une gestion quotidienne, dans un environnement des affaires très contraignant, il ne reste que peu de temps aux dirigeants pour se préoccuper de la “bonne gouvernance”. Le manque de financement de l'activité, la concurrence déloyale, le problème de fiscalité, l'accès au foncier… n'encouragent pas au développement des pratiques de gouvernance. Pourtant, l'étude a mis en exergue une réelle appréciation du concept de gouvernance, ainsi qu'une volonté à mettre en place ses pratiques par un engagement fort à la formation. Le professeur Mohamed-Chérif Belmihoub, directeur de l'ENSM, indique qu'il n'y a pas de gouvernance optimale ou de gouvernance universelle. Mohamed-Chérif Belmihoub relève une asymétrie en matière de perception de droit de propriété dans le secteur public et dans le secteur privé. Dans une entreprise publique, a-t-il expliqué, les droits de propriété sont dégradés, dilués dans une hiérarchie de délégation. “Ils sont même érodés”, a affirmé le professeur Belmihoub, évoquant, dans ce cas, la stratégie “de capture de pouvoirs”. Le directeur de l'ENSM qualifie les formes juridiques de l'entreprise publique, les assemblées générales et les conseils d'administration “de fiction juridique”. Dans le secteur privé, le professeur Belmihoub décrit “une conception de patrimonialité, et même absolutiste”. La gouvernance, a-t-il estimé, est de chercher le niveau intermédiaire. “De quoi a besoin l'entreprise privée en Algérie ?” s'interroge le professeur Belmihoub. “De la confiance”, répond-il. Et qui produit la confiance ? Les institutions publiques, bien évidemment. Quid de la gouvernance dans les institutions qui sont supposées produire de la confiance ? “C'est toute la question de la réforme de l'Etat, comment les institutions fonctionnent”, souligne directeur de l'ENSM.
D'aucuns estiment que l'analyse des difficultés économiques et sociales actuelles semble négliger la question de la gouvernance publique et de ses lacunes manifestes et de son potentiel sous-exploité. L'indécision fait manifestement obstacle à une action publique efficace. Ce n'est pas faute de connaissances, d'idées ou de volonté politique. C'est plutôt que la façon de prendre les décisions et de les exécuter ne suit pas le rythme des défis actuels. Là où il faudrait des politiques claires, c'est souvent le compromis qui prévaut. Là où il faudrait une action rapide et décisive, c'est l'hésitation. Abderrahmane Benkhalfa, ancien délégué général de l'Association des banques et établissements financiers (Abef), estime que la relation difficile entre la sphère réelle et la sphère bancaire est née d'un déficit de gouvernance, des deux côtés. M. Abderrahmane Benkhalfa plaide pour la déréglementation. “Le droit en Algérie a occupé la place de la gouvernance”, a-t-il estimé. Selon lui, l'excès de droit et l'excès du contrôle externe sur le contrôle interne sont en train de freiner la gouvernance. Le 11e Symposium international 2012 du MDI Business School d'Alger a réussi, durant deux jours de débats et de communications d'experts algériens et étrangers, à cerner les caractéristiques de la gouvernance des entreprises et des administrations économiques, suggérant, à la lumière des meilleures pratiques à l'international, des possibilités de réforme des outils et modèles existants en Algérie.
En dernier ressort, l'Etat a des responsabilités qu'il ne peut déléguer à personne. Il est le défenseur de l'intérêt général, le seul garant d'une réelle responsabilité et le seul acteur à pouvoir concevoir une stratégie fédérant toutes les composantes de la société.
M R


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.