Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





11e Symposium International 2012 du MDI Business School d'Alger
Plaidoyer pour la gouvernance des entreprises et des institutions
Publié dans Liberté le 22 - 05 - 2012

Les contraintes de l'environnement des affaires en Algérie ne laissent que peu de place aux préoccupations de gouvernance. C'est, du moins, ce qui ressort des interventions des chefs d'entreprise, au deuxième jour des travaux du Symposium international de MDI Business School qui ont pris fin, hier, à l'hôtel Hilton d'Alger.
La première enquête réalisée, en 2010, par Hawkama El-Djazaïr, l'Institut algérien de gouvernance d'entreprise, souligne clairement le manque d'enthousiasme des chefs d'entreprise à s'approprier le code de gouvernance. Enclins à une gestion quotidienne, dans un environnement des affaires très contraignant, il ne reste que peu de temps aux dirigeants pour se préoccuper de la “bonne gouvernance”. Le manque de financement de l'activité, la concurrence déloyale, le problème de fiscalité, l'accès au foncier… n'encouragent pas au développement des pratiques de gouvernance. Pourtant, l'étude a mis en exergue une réelle appréciation du concept de gouvernance, ainsi qu'une volonté à mettre en place ses pratiques par un engagement fort à la formation. Le professeur Mohamed-Chérif Belmihoub, directeur de l'ENSM, indique qu'il n'y a pas de gouvernance optimale ou de gouvernance universelle. Mohamed-Chérif Belmihoub relève une asymétrie en matière de perception de droit de propriété dans le secteur public et dans le secteur privé. Dans une entreprise publique, a-t-il expliqué, les droits de propriété sont dégradés, dilués dans une hiérarchie de délégation. “Ils sont même érodés”, a affirmé le professeur Belmihoub, évoquant, dans ce cas, la stratégie “de capture de pouvoirs”. Le directeur de l'ENSM qualifie les formes juridiques de l'entreprise publique, les assemblées générales et les conseils d'administration “de fiction juridique”. Dans le secteur privé, le professeur Belmihoub décrit “une conception de patrimonialité, et même absolutiste”. La gouvernance, a-t-il estimé, est de chercher le niveau intermédiaire. “De quoi a besoin l'entreprise privée en Algérie ?” s'interroge le professeur Belmihoub. “De la confiance”, répond-il. Et qui produit la confiance ? Les institutions publiques, bien évidemment. Quid de la gouvernance dans les institutions qui sont supposées produire de la confiance ? “C'est toute la question de la réforme de l'Etat, comment les institutions fonctionnent”, souligne directeur de l'ENSM.
D'aucuns estiment que l'analyse des difficultés économiques et sociales actuelles semble négliger la question de la gouvernance publique et de ses lacunes manifestes et de son potentiel sous-exploité. L'indécision fait manifestement obstacle à une action publique efficace. Ce n'est pas faute de connaissances, d'idées ou de volonté politique. C'est plutôt que la façon de prendre les décisions et de les exécuter ne suit pas le rythme des défis actuels. Là où il faudrait des politiques claires, c'est souvent le compromis qui prévaut. Là où il faudrait une action rapide et décisive, c'est l'hésitation. Abderrahmane Benkhalfa, ancien délégué général de l'Association des banques et établissements financiers (Abef), estime que la relation difficile entre la sphère réelle et la sphère bancaire est née d'un déficit de gouvernance, des deux côtés. M. Abderrahmane Benkhalfa plaide pour la déréglementation. “Le droit en Algérie a occupé la place de la gouvernance”, a-t-il estimé. Selon lui, l'excès de droit et l'excès du contrôle externe sur le contrôle interne sont en train de freiner la gouvernance. Le 11e Symposium international 2012 du MDI Business School d'Alger a réussi, durant deux jours de débats et de communications d'experts algériens et étrangers, à cerner les caractéristiques de la gouvernance des entreprises et des administrations économiques, suggérant, à la lumière des meilleures pratiques à l'international, des possibilités de réforme des outils et modèles existants en Algérie.
En dernier ressort, l'Etat a des responsabilités qu'il ne peut déléguer à personne. Il est le défenseur de l'intérêt général, le seul garant d'une réelle responsabilité et le seul acteur à pouvoir concevoir une stratégie fédérant toutes les composantes de la société.
M R


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.