Application des nouveaux tarifs    La revalorisation officialisée    Ce qu'il faut faire pour éviter l'échec    Que sait-on de l'hydroxychloroquine ?    8 décès déplorés, 115 nouveaux cas    Déconfinement progressif: "la FNTT appelle à des mesures strictes à l'égard des transporteurs privés"    Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections locales, gros plan sur l'est du pays
À Mila, 205 listes en lice
Publié dans Liberté le 04 - 11 - 2012

Depuis quelques semaines, l'actualité locale est dominée par les futures échéances électorales qui bercent d'illusions les potentiels candidats, essentiellement des gens fortunés qui se croient tout permis avec leurs “chkaras", bourrées de billets de banque !
Deux-cent-cinq listes de candidature, dont 190 pour l'APC et 15 pour l'APW, sont en lice aux élections locales du 29 novembre prochain à Mila. La Drag a enregistré au total la candidature de 5148 personnes, dont 840 postulants à l'Assemblée populaire de wilaya et 4 308 aux APC.
Lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi au siège de la wilaya, le Drag de Mila révèle que 25 partis politiques et deux listes indépendantes prennent part aux joutes électorales du 29 novembre. L'orateur précise que le nombre de listes de candidatures déposées initialement était de 206, mais après étude des dossiers, une liste a été rejetée par la chambre administrative du tribunal pour incompatibilité avec les dispositions des lois en vigueur.
Pour sa part, le wali de Mila, précisera le Drag, a signé des décisions de refus à l'encontre de 73 postulants ayant des démêlés avec la justice. L'orateur précise que 7 d'entre eux ont fait appel devant la chambre administrative qui a retenu, après réexamen des dossiers litigieux, la candidature d'un seul postulant et confirmé, dans les six autres cas, la décision du wali. Concernant le candidat réintégré, il s'agit de la tête de liste de l'ANR, à l'APC de Oued Endja. S'agissant de la couverture des communes par les partis politiques, le Drag affirme que seul le FLN a présenté des listes de candidats au niveau des 32 municipalités de la wilaya. Le RND sera présent au niveau de 31 communes et le PT dans 20 communes. Il y a lieu de souligner à ce propos que les partis islamistes sont en perte de vitesse et que leur popularité se trouve plutôt sur une courbe descendante, dans la mesure où ils n'ont pu présenter des candidats que dans une minorité de communes.
Le HMS de Soltani et le mouvement El-Islah n'ont pu couvrir que 3 communes, El-Adala de Djaballah sera présent dans 2 communes, quant au mouvement Ennahda, il n'a présenté de candidats que dans la seule commune de Mila. Toutefois, les partis islamistes ne sont pas les seuls à être logés à cette enseigne. Même de grosses pointures de la taille du FFS, du FNA ou encore l'ANR se font aussi petites à l'occasion de ces élections locales. Ils ne couvrent, dans l'ordre, que 3, 7 et 4 communes des 32 municipalités de la wilaya de Mila. Concernant la participation de la femme à ces élections, les statistiques de la Drag parlent de 623 femmes candidates à l'APW, soit 25,83% de l'ensemble global de postulants à un siège à l'APW. Pour les APC, on a enregistré la candidature de 725 femmes, soit 16,83%. Pour les listes conduites par des femmes, on n'en a enregistré qu'une seule : celle du parti El-Moustakbal de la commune de Layadi Barbes.
Pour ce qui est des maires de l'actuelle mandature qui ont présenté leur candidature aux prochaines locales, ils sont au nombre de 22, dont 16 sont têtes de liste. Les actuels P/APC de Aïn Tinn, Oued Endja et Tadjenanet postulent à un fauteuil à l'APW. Signalons que la majorité des P/APC candidats à leur propre succession se présentent cette fois sous la bannière de partis politiques autres que ceux qui les ont parrainés à l'élection de 2007.
K B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.