Aourag : Promouvoir la recherche appliquée, un réel plus pour le développement socioéconomique    LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Aboutrika encense Mahrez et critique Guardiola    Collision de deux bus à El Oued : Etat de santé ''stable'' des blessés    M.Beldjoud depuis El-Oued: 96% des accidents sont dus au facteur humain    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Hand/CAN-2020: l'Algérie bat le Maroc 33-30 et termine en tête du Gr D    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    La Conférence internationale sur la crise libyenne débute à Berlin    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Habitat : Un nouveau programme d'un million de logements pour la période 2020-2024    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Une mosquée, et le tour est joué !    15 militants devant le juge ce matin    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Le PAD appelle à une adhésion massive    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    L'entraîneur Yaïche tire la sonnette d'alarme    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un an après le retrait américain
L'Irak prisonnier de sa spirale communautaire
Publié dans Liberté le 07 - 01 - 2013

Les sunnites irakiens cherchent leur “printemps" et se retrouvent avec un allié inattendu, le chef politique chiite Moqtada Al-Sadr ! L'Irak est miné par des affrontements confessionnels entre chiites et sunnites qui ont tourné à la guerre civile sans issue. Le retrait américain dans la nuit du 21 décembre 2011 a exacerbé les divisions inter irakiennes que la reconduction, dans des conditions pas nettes du Premier ministre chiite, Nouri Al-Maliki, lors des élections législatives de 2010, a encore élargies.
Celui-ci avait pour mission stratégique de fermer les plaies de huit années de présence américaine grâce à un gouvernement d'union nationale. Mais Al-Maliki n'a pas mis en réserve ses propres ambitions, d'une part en isolant la principale formation sunnite, le bloc Iraqiya, et en provoquant les kurdes, d'autre part pour agiter le spectre de la scission. Un an après que les GI's et Marines aient plié bagages et que ceux qui sont restés en Irak soient consignés dans leurs casernement, les tensions confessionnelles se sont exacerbées et les attentats meurtriers se multiplient. Les tensions entre le pouvoir central et la zone autonome du Kurdistan sont plus vives que jamais. Depuis deux semaines, le pouvoir du Premier ministre est menacé par une révolte dans les provinces sunnites. La communauté sunnite, qui accuse Maliki de mener une politique sectaire et discriminatoire, multiplie les manifestations à l'appel d'un “printemps irakien". Un appel auquel s'est rallié le chef politique chiite Moqtada Al-Sadr ! Pierre-Jean Luizard, spécialiste de l'Irak, explique ce retournement de situation au sein des chiites par l'effet boomerang du plan concocté par Al-Maliki lui-même.
Après les élections de 2010, qui l'ont reconduit à la tête du gouvernement, Al-Maliki a cherché à remplacer le partenariat chiito-kurde qui lui a permis d'asseoir son pouvoir par un autre partenariat, chiito-sunnite. Son alliance avec les Kurdes n'a pas duré avec la détermination de cette communauté de s'extraire de l'improbable nation irakienne en renforçant leur autonomie. L'effacement politique du président Jalal Talabani, hospitalisé fin décembre après une attaque cérébrale, a précipité cette évolution : il n'y a plus ce rôle de médiateur entre Bagdad et les Kurdes que Talabani jouait.
Les institutions bricolées par les Américains n'ont pas survécu. L'Irak post Saddam qui a été monté en 2003 l'a été non pas sur la base de la citoyenneté mais sur des appartenances confessionnelles (chiite, sunnite) et ethniques (arabe, kurde) et le système politique a été conçu pour satisfaire des partis politiques dont les bases étaient purement communautaires, en fixant des quotas à la libanaise.
Or, contrairement au Liban, où le confessionnalisme est inscrit dans le marbre, en Irak il est inavoué. Les institutions ont été alors démultipliées par trois, que ce soit au niveau de la présidence, avec un président kurde et deux vice-présidents sunnite et chiite, du poste de premier ministre, qu'au Parlement ou dans l'octroi des différents ministères. Cette répartition s'est faite en fonction du poids électoral de chacune des communautés et donc de leur poids démographique. Et aux rapports de forces de changer en fonction du jeu communautaire du moment, comme le récent rapprochement entre les chiites de Sadr et les sunnites. Reste que la crise a été amplifiée par Nouri Al-Maliki qui a essayé de jouer avec les sunnites puis avec les Kurdes, en faisant planer la suprématie démographique chiite. Au lieu de rapprocher les communautés, sa tactique a fait resurgir les clivages confessionnels qui ont vite repris le dessus. Les sunnites lui reprochent d'agir de façon autoritaire, d'avoir fait main basse sur de nombreux secteurs (Justice, Banque centrale, presse) et de marginaliser leur communauté. Le Premier ministre a abusé du système judiciaire contre les dirigeants sunnites, comme des proches du ministre des Finances sunnite Rifaa Al-Issawi et, avant lui, le vice-président sunnite Tarek Al-Hachémi, obligé de fuir Bagdad. Incapable de construire l'Etat de droit, Al-Maliki convoque des élections anticipées. Cette fois, il joue sa tête car sa majorité dépend du bloc sadriste de Moqtada Al-Sadr qui affiche son soutien aux sunnites.
D. B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.