Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un an après le retrait américain
L'Irak prisonnier de sa spirale communautaire
Publié dans Liberté le 07 - 01 - 2013

Les sunnites irakiens cherchent leur “printemps" et se retrouvent avec un allié inattendu, le chef politique chiite Moqtada Al-Sadr ! L'Irak est miné par des affrontements confessionnels entre chiites et sunnites qui ont tourné à la guerre civile sans issue. Le retrait américain dans la nuit du 21 décembre 2011 a exacerbé les divisions inter irakiennes que la reconduction, dans des conditions pas nettes du Premier ministre chiite, Nouri Al-Maliki, lors des élections législatives de 2010, a encore élargies.
Celui-ci avait pour mission stratégique de fermer les plaies de huit années de présence américaine grâce à un gouvernement d'union nationale. Mais Al-Maliki n'a pas mis en réserve ses propres ambitions, d'une part en isolant la principale formation sunnite, le bloc Iraqiya, et en provoquant les kurdes, d'autre part pour agiter le spectre de la scission. Un an après que les GI's et Marines aient plié bagages et que ceux qui sont restés en Irak soient consignés dans leurs casernement, les tensions confessionnelles se sont exacerbées et les attentats meurtriers se multiplient. Les tensions entre le pouvoir central et la zone autonome du Kurdistan sont plus vives que jamais. Depuis deux semaines, le pouvoir du Premier ministre est menacé par une révolte dans les provinces sunnites. La communauté sunnite, qui accuse Maliki de mener une politique sectaire et discriminatoire, multiplie les manifestations à l'appel d'un “printemps irakien". Un appel auquel s'est rallié le chef politique chiite Moqtada Al-Sadr ! Pierre-Jean Luizard, spécialiste de l'Irak, explique ce retournement de situation au sein des chiites par l'effet boomerang du plan concocté par Al-Maliki lui-même.
Après les élections de 2010, qui l'ont reconduit à la tête du gouvernement, Al-Maliki a cherché à remplacer le partenariat chiito-kurde qui lui a permis d'asseoir son pouvoir par un autre partenariat, chiito-sunnite. Son alliance avec les Kurdes n'a pas duré avec la détermination de cette communauté de s'extraire de l'improbable nation irakienne en renforçant leur autonomie. L'effacement politique du président Jalal Talabani, hospitalisé fin décembre après une attaque cérébrale, a précipité cette évolution : il n'y a plus ce rôle de médiateur entre Bagdad et les Kurdes que Talabani jouait.
Les institutions bricolées par les Américains n'ont pas survécu. L'Irak post Saddam qui a été monté en 2003 l'a été non pas sur la base de la citoyenneté mais sur des appartenances confessionnelles (chiite, sunnite) et ethniques (arabe, kurde) et le système politique a été conçu pour satisfaire des partis politiques dont les bases étaient purement communautaires, en fixant des quotas à la libanaise.
Or, contrairement au Liban, où le confessionnalisme est inscrit dans le marbre, en Irak il est inavoué. Les institutions ont été alors démultipliées par trois, que ce soit au niveau de la présidence, avec un président kurde et deux vice-présidents sunnite et chiite, du poste de premier ministre, qu'au Parlement ou dans l'octroi des différents ministères. Cette répartition s'est faite en fonction du poids électoral de chacune des communautés et donc de leur poids démographique. Et aux rapports de forces de changer en fonction du jeu communautaire du moment, comme le récent rapprochement entre les chiites de Sadr et les sunnites. Reste que la crise a été amplifiée par Nouri Al-Maliki qui a essayé de jouer avec les sunnites puis avec les Kurdes, en faisant planer la suprématie démographique chiite. Au lieu de rapprocher les communautés, sa tactique a fait resurgir les clivages confessionnels qui ont vite repris le dessus. Les sunnites lui reprochent d'agir de façon autoritaire, d'avoir fait main basse sur de nombreux secteurs (Justice, Banque centrale, presse) et de marginaliser leur communauté. Le Premier ministre a abusé du système judiciaire contre les dirigeants sunnites, comme des proches du ministre des Finances sunnite Rifaa Al-Issawi et, avant lui, le vice-président sunnite Tarek Al-Hachémi, obligé de fuir Bagdad. Incapable de construire l'Etat de droit, Al-Maliki convoque des élections anticipées. Cette fois, il joue sa tête car sa majorité dépend du bloc sadriste de Moqtada Al-Sadr qui affiche son soutien aux sunnites.
D. B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.