Nahda participera avec une trentaine de listes    Installation d'un nouveau directeur de la Sûreté de wilaya    Et la prochaine étape ? Le pantalon et le caleçon aux chevilles ?    Le contrat avec Suez risque de ne pas être reconduit    Les travailleurs de l'ETRHB investissent la rue    L'Association des commerçants lance la sensibilisation    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Le derby face à l'USMA au stade du 20-Août    Ceferin fustige    JS Kabylie à Garoua pour la qualif' sous 43°    Gâteau de crêpes    Flambée des prix des fruits et légumes    Mécontentement    La grande avancée de la cause amazighe    Naïma Ababsa    Une alternative économique    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    La Badr s'ouvre au public    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Extension du tramway-Constantine: lancement des essais techniques de la 2e tranche    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Le dossier sera s'implifié    Boumala victime de son paradoxe    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Brèves    Une AGE à refaire    Brèves    Révolution dans le football européen    La Tunisie secouée par la pandémie    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre au Mali
La timide implication de l'Europe dans le conflit
Publié dans Liberté le 20 - 01 - 2013

La France a demandé l'aide de ses partenaires européens pour soutenir son opération militaire au Mali, et les ministres des Affaires étrangères des 27 se sont réunis jeudi dernier à Bruxelles pour examiner cette question. A l'issue de cette rencontre, aucun des 26 collègues de la France ne s'est prononcé pour l'envoi de troupes au sol mais, par contre, l'Europe s'implique davantage dans la crise au Sahel en appuyant la formation et la réorganisation des forces armées maliennes. Selon Michael Mann, le porte-parole de la haute représentante Catherine Ashton, au moins huit pays européens ont déjà annoncé leur intention de participer à la mission de l'UE destinée à former et à réorganiser l'armée malienne afin de la rendre capable de mener les opérations de combat visant à rétablir l'intégrité territoriale du Mali. Cette mission, qui pourrait être composée de 500 hommes dont 200 instructeurs, ne participera pas aux opérations de combat mais fournira des conseils en matière de commandement et de contrôle, de logistique et de ressources humaines, ainsi que dans les domaines du droit humanitaire international, de la protection des civils et des droits de l'homme. C'est le général de brigade français François Lecointre qui a été affecté au poste de commandant de cette mission, dont l'état-major sera installé à Bamako. Le nouveau responsable de la mission est invité par le Conseil des 27 à “accélérer la planification et les préparatifs qui permettront de lancer EUTM Mali au plus tard à la mi-février et, à cette fin, d'envoyer une première équipe technique dans les prochains jours à Bamako". Une enveloppe budgétaire de 12,3 millions d'euros a été prévue pour couvrir les coûts communs de l'opération pendant les quinze premiers mois. La mission européenne, qui vient de recevoir le feu vert des responsables des 27, est placée sous la responsabilité du Conseil européen et de Catherine Ashton, la chef de la diplomatie des 27, et répond à la demande des autorités maliennes et à la résolution 2071 de l'ONU. En décembre dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU avait déjà autorisé le déploiement au Mali d'une force internationale africaine (Afisma) forte de 3 300 hommes pour une période initiale d'une année. A Bruxelles, Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française, n'a pas exclu que plusieurs pays européens apportent non seulement une aide logistique mais mettent “à disposition des soldats" ; cependant, a-t-il ajouté, “nous ne pouvons pas les forcer à le faire", car “il y a des limites à la politique de sécurité et de défense". Plusieurs pays de l'Union européenne, comme la Belgique, la Grande-Bretagne ou la Hongrie, mais aussi d'autres pays membres des Nations unies comme le Canada et les Etats-Unis, ont décidé d'apporter leur aide logistique à la France sans pour autant vouloir prendre part aux combats.
A M

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.