Cours de justice: Mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Tlemcen: 20 communes sans eau suite à un incident à la station de dessalement de Honaine    Quatre avions et un navire d'aides algériennes pour le Liban    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Les feux de forêts mobilisent    RELATIVE OFFICIALITE    Des dégâts matériels enregistrés: Deux forts séismes sèment la panique à Mila    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Djerrar opéré avec succès    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    Deux Algériens légèrement blessés    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'état reprend des parts plus importantes dans le complexe sidérurgique ArcelorMittal
Les travailleurs soulagés par l'éventuel retour de Sider
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2013

Les salariés s'attendaient au pire après les faibles résultats enregistrés par le complexe en matière de production.
L'annonce, faite hier, d'une prise de parts sociales plus importante par Sider dans le capital d'ArcelorMittal a été accueillie avec soulagement par bon nombre de travailleurs du site sidérurgique d'El-Hadjar qui commençaient à craindre pour l'avenir de leur outil de travail et qui voient en cette révision du contrat de partenariat un redressement salutaire. Les salariés, du moins les plus avertis d'entre eux, s'attendaient, en effet, au pire après les faibles résultats enregistrés par le complexe en matière de production (580 000 tonnes/an d'acier liquide, à peine, au lieu des 800 000 prévues dans le business plan 2012).
Un seuil jugé catastrophique puisque très en deçà des objectifs nominaux des équipements, qui sont de l'ordre de 1,8 million tonnes/an. Leurs craintes se sont accentuées depuis le début de l'année après qu'ils eurent constaté un changement d'attitude radical de la part de la direction générale à l'égard des représentants syndicaux et partant de l'ensemble des travailleurs. Le secrétaire général du syndicat d'entreprise, Dhaifallah Mourad, que nous avons joint, hier, par téléphone, se dit satisfait par le regain d'intérêt dont a fait montre l'Etat, en faisant valoir son droit de préemption sur la gestion du complexe sidérurgique. Ce syndicaliste se réjouit du fait que les responsables de Sider, jusqu'ici absents sur le terrain, puissent enfin contrôler la gestion, et partant, cerner les insuffisances où qu'elles se situent et apporter les correctifs nécessaires. Pour lui, le choix porté sur les dirigeants français, notamment ceux placés à la tête des structures DRH, finances et marketing, n'était pas judicieux du tout.
Ces derniers auraient, au contraire, créé une atmosphère malsaine au sein des usines du site, centralisant la décision et confinant les cadres algériens compétents à des rôles de figurants, ce qui explique les maigres résultats obtenus. “Je suis personnellement convaincu que si tous les expatriés acceptent de ne plus s'immiscer dans la gestion desdites structures, le complexe se portera beaucoup mieux et que nous pourrons atteindre nos objectifs de production", affirmera-t-il. Evoquant la relation qu'entretient le syndicat avec la direction, il n'hésite pas à accuser celle-ci de refuser d'honorer ses engagements socioprofessionnels, ce qui a poussé, ses camarades et lui, à porter le litige devant l'inspection du Travail territorialement compétente, ceci en menaçant de recourir à des mesures extrêmes, si le différend qui oppose les deux parties n'est pas surmonté.
Dhaifallah explique que, lors des récentes réunions, que les représentants des travailleurs ont tenues avec celle-ci, la direction générale d'ArcelorMittal d'Annaba a clairement exprimé une fin de non-recevoir à leur demande d'application des accords collectifs signés ainsi qu'à tous les engagements contractés précédemment. Selon ses dires, la direction du complexe sidérurgique entreprendrait de faire valider d'autres dossiers portant sur “une réorganisation du travail en mettant en place de prétendus plans de sauvetage avec à la clé une compression des effectifs déguisée".
Plus grave, aux yeux du secrétaire général du syndicat, l'employeur aurait pris attache avec les structures de l'union de wilaya de Annaba et l'union locale UGTA de Sidi-Amar pour le renouvellement des sections syndicales du site d'El-Hadjar. Des initiatives, qui sont assimilées à “des manœuvres" visant à les faire taire sur les revendications salariales et socioprofessionnelles mises au tiroir depuis deux années, dénonce notre interlocuteur. Et d'affirmer que le syndicat fera aboutir la plate-forme de revendications légitimes des travailleurs “coûte que coûte" de même que ses camarades et lui-même continueront à se battre pour la concrétisation du plan de développement de leur outil de travail.
A A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.