Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'état reprend des parts plus importantes dans le complexe sidérurgique ArcelorMittal
Les travailleurs soulagés par l'éventuel retour de Sider
Publié dans Liberté le 11 - 02 - 2013

Les salariés s'attendaient au pire après les faibles résultats enregistrés par le complexe en matière de production.
L'annonce, faite hier, d'une prise de parts sociales plus importante par Sider dans le capital d'ArcelorMittal a été accueillie avec soulagement par bon nombre de travailleurs du site sidérurgique d'El-Hadjar qui commençaient à craindre pour l'avenir de leur outil de travail et qui voient en cette révision du contrat de partenariat un redressement salutaire. Les salariés, du moins les plus avertis d'entre eux, s'attendaient, en effet, au pire après les faibles résultats enregistrés par le complexe en matière de production (580 000 tonnes/an d'acier liquide, à peine, au lieu des 800 000 prévues dans le business plan 2012).
Un seuil jugé catastrophique puisque très en deçà des objectifs nominaux des équipements, qui sont de l'ordre de 1,8 million tonnes/an. Leurs craintes se sont accentuées depuis le début de l'année après qu'ils eurent constaté un changement d'attitude radical de la part de la direction générale à l'égard des représentants syndicaux et partant de l'ensemble des travailleurs. Le secrétaire général du syndicat d'entreprise, Dhaifallah Mourad, que nous avons joint, hier, par téléphone, se dit satisfait par le regain d'intérêt dont a fait montre l'Etat, en faisant valoir son droit de préemption sur la gestion du complexe sidérurgique. Ce syndicaliste se réjouit du fait que les responsables de Sider, jusqu'ici absents sur le terrain, puissent enfin contrôler la gestion, et partant, cerner les insuffisances où qu'elles se situent et apporter les correctifs nécessaires. Pour lui, le choix porté sur les dirigeants français, notamment ceux placés à la tête des structures DRH, finances et marketing, n'était pas judicieux du tout.
Ces derniers auraient, au contraire, créé une atmosphère malsaine au sein des usines du site, centralisant la décision et confinant les cadres algériens compétents à des rôles de figurants, ce qui explique les maigres résultats obtenus. “Je suis personnellement convaincu que si tous les expatriés acceptent de ne plus s'immiscer dans la gestion desdites structures, le complexe se portera beaucoup mieux et que nous pourrons atteindre nos objectifs de production", affirmera-t-il. Evoquant la relation qu'entretient le syndicat avec la direction, il n'hésite pas à accuser celle-ci de refuser d'honorer ses engagements socioprofessionnels, ce qui a poussé, ses camarades et lui, à porter le litige devant l'inspection du Travail territorialement compétente, ceci en menaçant de recourir à des mesures extrêmes, si le différend qui oppose les deux parties n'est pas surmonté.
Dhaifallah explique que, lors des récentes réunions, que les représentants des travailleurs ont tenues avec celle-ci, la direction générale d'ArcelorMittal d'Annaba a clairement exprimé une fin de non-recevoir à leur demande d'application des accords collectifs signés ainsi qu'à tous les engagements contractés précédemment. Selon ses dires, la direction du complexe sidérurgique entreprendrait de faire valider d'autres dossiers portant sur “une réorganisation du travail en mettant en place de prétendus plans de sauvetage avec à la clé une compression des effectifs déguisée".
Plus grave, aux yeux du secrétaire général du syndicat, l'employeur aurait pris attache avec les structures de l'union de wilaya de Annaba et l'union locale UGTA de Sidi-Amar pour le renouvellement des sections syndicales du site d'El-Hadjar. Des initiatives, qui sont assimilées à “des manœuvres" visant à les faire taire sur les revendications salariales et socioprofessionnelles mises au tiroir depuis deux années, dénonce notre interlocuteur. Et d'affirmer que le syndicat fera aboutir la plate-forme de revendications légitimes des travailleurs “coûte que coûte" de même que ses camarades et lui-même continueront à se battre pour la concrétisation du plan de développement de leur outil de travail.
A A


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.