Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramadhan 2013
Des prix prohibitifs
Publié dans Liberté le 10 - 07 - 2013

Comme d'habitude en cette veille du mois béni du Ramadhan, des grossistes, seuls maîtres de la situation, profitent de la forte demande pour s'adonner à une spéculation sur les prix de certains produits de première nécessité.
Même si, cette année, l'avant-Ramadhan n'a pas connu de pénuries de produits de première nécessité, comme cela a été le cas les années précédentes, la hausse des prix, par contre, a été au rendez-vous. Ce mois de Ramadhan n'échappera donc pas à la traditionnelle hausse des prix. Du moins pour la première semaine.
Cette flambée des prix ne s'est pas fait attendre. A une dizaine de jours du début du mois sacré, viandes rouge et blanche, poissons, légumes et fruits ont connu une forte augmentation. Les prix affichés sur les étals des marchés sont déjà inabordables. La laitue est ainsi affichée, dimanche au marché Clauzel, entre 80 et 100 DA le kilo. Les haricots sont vendus à 150 DA, le poivron à 80 DA, le piment à 100 DA, les carottes, les navets et la courgette sont cédés à 70 DA le kilo chacun. L'oignon et la pomme de terre sont vendus à 40 DA le kilo et la tomate à 80 DA.
Le citron, très demandé sur la table du f'tour, est cédé à 200 DA.
Les fruits de saison sont, au grand dam des faibles bourses, devenus une denrée rare vu leur cherté. La pêche et l'abricot sont à 100 DA/kg alors que la datte est cédée entre 480 et 800 DA/kg, selon la qualité proposée. Pour les fruits secs, à la base de beaucoup de plats durant le mois de Ramadhan, les pruneaux sont à 350 DA/kg en moyenne, alors que le prix des raisins secs varie entre 450 à 900 DA/kg, l'abricot séché étant cédé à
600 DA/kg. Les viandes ont connu le même sort. Ainsi, la viande d'agneau est passée à plus de
1 400 DA le kilo et le bœuf à 1 250 DA. Quand on sait que le bœuf était cédé, il y a quelques semaines, autour de 1 000 DA, c'est près de 20% d'augmentation. Tandis que le poisson, à l'exemple de la sardine, est cédé, dans certains marchés de la capitale, à 500 DA. La viande blanche, considérée comme le produit de luxe des petites bourses, n'est également pas à la portée de tous les ménages.
Le poulet vidé qui, dans un passé récent, était cédé à 240 DA/kg, est proposé ces derniers jours entre 320 et 350 DA/kg. Sur le marché de volaille de Magtaâ Keira, le moins cher pour ce qui est de la dinde, les tranches d'escalope sont à 650 DA, la cuisse à 360 DA et la carcasse à 270 DA. Il y a une semaine, le prix du kilo d'escalope était à 480 DA ; cette montée en flèche est due au manque de marchandise, la dinde se fait rare, selon les fournisseurs, d'où la spéculation sur ce produit. A voir les prix pratiqués, le citoyen ne peut que se rabattre sur le surgelé, qui reste relativement abordable.
Du côté des pouvoirs publics, des dispositions particulières ont été prises pour lutter contre la spéculation et mettre sur le marché les quantités nécessaires pour maintenir le niveau des prix à la hauteur du budget des ménages.
Il reste qu'à chaque Ramadhan, on assure qu'il se déroulera sous les meilleurs auspices, et la réalité est tout autre. La forte demande est justement l'une des conditions qui joue sur la hausse des prix, selon l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Selon elle, l'Algérie enregistre un déficit de plus de 50% en produits de consommation, 30% dans la filière des fruits et légumes et 40 % en viandes rouge et blanche.
Pour l'UGCAA, le comportement du consommateur pourrait inverser la tendance. "Si ce dernier réduit ses achats en viande rouge au début du Ramadhan, les prix vont assurément baisser". Pour combler le vide laissé par l'administration en charge de contrôler et réguler le marché, la Fédération nationale des consommateurs algériens a décidé de rééditer son initiative de l'année dernière, visant à faire baisser les prix des produits, dont les viandes, très prisées durant Ramadhan.
Cette initiative consiste en le boycott de cette denrée durant la première semaine de ce mois de jeûne. Une action qui, si elle était suivie, ferait baisser les prix. Reste à convaincre le consommateur à suivre un tel mot d'ordre auquel il n'est pas habitué.
S. S.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.