Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était l'une des figures de la wilaya II
Noui Bouguessas n'est plus
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2013

Décédé samedi des suites d'une longue maladie, le défunt a été inhumé samedi au cimetière de Berrahal. Né le 21 avril 1935 à Tobeïga dans la commune de Ben Azouz (ex-Sanhadja), Noui Bouguessas a perçu très jeune l'iniquité de l'ordre colonial. Son oncle, le chahid Ahmed Bouguessas dont une localité de la commune de Berrahal porte aujourd'hui le nom, s'était illustré par une vaillante et farouche opposition aux spoliations du caïd local. Véritable moudjahid de l'intérieur, Noui Bouguessas, dit Loma, n'aura pas quitté ce qu'on appelle communément le Nord-Constantinois de 1955 à 1962.
Du lac Fetzara au massif de Collo en passant par Zerdazas, aucun thalweg ni forêt n'avait de secrets pour le défunt. Ses faits d'arme seront nombreux. On peut citer notamment l'embuscade du plateau de Bouzizi dans le massif de l'Edough durant laquelle une équipe d'ingénieurs et d'opérateurs radio de l'armée française avaient été neutralisés. L'un de ses compagnons lors de cette opération, Amar Khelfaoui, dit S'ghir, se souvient qu'un "half track" surpris par un feu nourri avait dû rebrousser chemin.
Noui Bouguessas est, par ailleurs, l'un des rares survivants du terrible accrochage de Sidi-Salem au cours duquel des dizaines de Chouhada, originaires notamment de Kabylie, avaient perdus la vie en juillet 1959 à l'embouchure même de l'Oued Seybouse. La mission, du reste périlleuse, à laquelle avait pris part le défunt Bouguessas consistait à acheminer de l'armement vers la Wilaya III qui en avait alors un besoin vital. À Annaba, quand on évoque aujourd'hui ce lourd sacrifice, on affirme souvent qu'il s'agissait, dans le cas d'espèce, d'une "zefa", en patois local, une délation qui serait à l'origine de cette hécatombe. Les bombardiers de l'aviation française avaient, en effet, été mobilisés pour la circonstance et avaient causé de lourdes pertes parmi les troupes de l'ALN.
La mémoire annabie garde de ce triste événement le souvenir de l'image horrible des cadavres emportés par les eaux. Noui Bouguessas est non seulement un rescapé de la guerre de Libération nationale mais aussi de la terrible crise de l'été 62 durant laquelle la Wilaya II était devenue, bien malgré elle, un enjeu dans la lutte pour la conquête du pouvoir. Légaliste et fidèle aux troupes du colonel Salah Boubnider dit Sawt El-Arab, Si Noui échappera alors de justesse aux violents affrontements fratricides et autres règlements de comptes. Il sera quand même arrêté et mis en prison par l'armée des frontières sous l'instigation de leurs sbires, les Marsiens. Son habitation à Séraïdi fut confisquée sans aucune forme de procès.
Ce ne sera qu'aux cris de "Sebaâ s'nin barakat !" (sept ans ça suffit !) qu'il sera enfin libéré. À l'Indépendance, il s'en ira trimer en 3x8 au complexe sidérurgique d'El-Hadjar d'où il partira à la retraite en 1987. Et pour la reconnaissance de sa contribution à la Révolution, l'Etat lui octroiera une modeste Zastava qui, d'ailleurs, ne fera pas long feu. Aujourd'hui, Si Noui a rejoint ses nombreux frères d'armes auprès desquels il repose à jamais.
M C L
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.