Belgique: Le front «El-Moustakbel» en Vip politique    Guitouni: Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars d'ici 2022    Pour des raisons financières: Les projets d'autoroutes des Hauts-Plateaux gelés    Régularisation foncière: Une commission multi-sectorielle pour régler le problème des 2ème et 3ème mains    Israël en plein doute sur son invincibilité militaire    37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales    Football - Ligue 1: Match à six points à Sidi Bel-Abbès, la JSK en appel à Bordj    Equipe nationale: Belmadi entame un grand chantier en prévision de la CAN    Tlemcen - Clubs de la wilaya: Des aides financières bienvenues    Accidents de la route: 7 morts et 13 blessés en 24 heures    Relizane: Plus de 32.000 pétards saisis    Centres de vacances, le boulodrome, des locaux commerciaux...: Des directives pour récupérer les biens communaux squattés à Aïn El Turck    Hamma Bouziane: Des logements pour les enfants des deux victimes des inondations    Les locaux contribuent au succès de Lomé    Ooredoo Sponsor de l'étape d'Alger de la Coupe du monde d'Escrime By Ooredoo    Mahrez dans l'équipe type de la 5e journée    Violation des arrêts de la CJUE : La communauté internationale et l'UE interpellées    L'ONG Crisis Group met en garde contre "l'impasse politique"    BOMARE COMPANY présente au Salon international de la sous-traitance industrielle    11 cadres de Djezzy décrochent leurs M.B.A international à l'université Paris1 Sorbonne    Djezzy lance une promotion HAAARBA et offre 75 Go pour seulement 1500 DA    Le ministère du Commerce saisit la justice    Ouyahia bientôt face aux députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    Le "Onze" gagnant de Belmadi    Des tourments de l'Histoire ravivés par le Brexit    De Mistura insiste sur un accord d'ici fin décembre, pourparlers à Astana les 28-29 novembre    La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte efficace    Le wali Ben Touati en visite à Medroussa    L'association nationale des éleveurs d'ovins est née    La DGSN tarde à exaucer le vœu des citoyens    Education : Mme Benghabrit satisfaite de l'intérêt porté aux questions pédagogiques    Arrestation de quatre individus à Tiaret,Chlef et Boumerdès    Accusé d'avoir dissimulé des revenus Nissan propose le départ de Ghosn    L'épure comme démarche artistique    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Un art majeur comme mode d'expression    Deux Algériens lauréats    BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    Installation de la nouvelle chef de daïra    Le rapport inquiétant de Crisis Group    Prémices d'une nouvelle ère    Dhouibi dément tout changement de cap    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Entre réforme set continuité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était l'une des figures de la wilaya II
Noui Bouguessas n'est plus
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2013

Décédé samedi des suites d'une longue maladie, le défunt a été inhumé samedi au cimetière de Berrahal. Né le 21 avril 1935 à Tobeïga dans la commune de Ben Azouz (ex-Sanhadja), Noui Bouguessas a perçu très jeune l'iniquité de l'ordre colonial. Son oncle, le chahid Ahmed Bouguessas dont une localité de la commune de Berrahal porte aujourd'hui le nom, s'était illustré par une vaillante et farouche opposition aux spoliations du caïd local. Véritable moudjahid de l'intérieur, Noui Bouguessas, dit Loma, n'aura pas quitté ce qu'on appelle communément le Nord-Constantinois de 1955 à 1962.
Du lac Fetzara au massif de Collo en passant par Zerdazas, aucun thalweg ni forêt n'avait de secrets pour le défunt. Ses faits d'arme seront nombreux. On peut citer notamment l'embuscade du plateau de Bouzizi dans le massif de l'Edough durant laquelle une équipe d'ingénieurs et d'opérateurs radio de l'armée française avaient été neutralisés. L'un de ses compagnons lors de cette opération, Amar Khelfaoui, dit S'ghir, se souvient qu'un "half track" surpris par un feu nourri avait dû rebrousser chemin.
Noui Bouguessas est, par ailleurs, l'un des rares survivants du terrible accrochage de Sidi-Salem au cours duquel des dizaines de Chouhada, originaires notamment de Kabylie, avaient perdus la vie en juillet 1959 à l'embouchure même de l'Oued Seybouse. La mission, du reste périlleuse, à laquelle avait pris part le défunt Bouguessas consistait à acheminer de l'armement vers la Wilaya III qui en avait alors un besoin vital. À Annaba, quand on évoque aujourd'hui ce lourd sacrifice, on affirme souvent qu'il s'agissait, dans le cas d'espèce, d'une "zefa", en patois local, une délation qui serait à l'origine de cette hécatombe. Les bombardiers de l'aviation française avaient, en effet, été mobilisés pour la circonstance et avaient causé de lourdes pertes parmi les troupes de l'ALN.
La mémoire annabie garde de ce triste événement le souvenir de l'image horrible des cadavres emportés par les eaux. Noui Bouguessas est non seulement un rescapé de la guerre de Libération nationale mais aussi de la terrible crise de l'été 62 durant laquelle la Wilaya II était devenue, bien malgré elle, un enjeu dans la lutte pour la conquête du pouvoir. Légaliste et fidèle aux troupes du colonel Salah Boubnider dit Sawt El-Arab, Si Noui échappera alors de justesse aux violents affrontements fratricides et autres règlements de comptes. Il sera quand même arrêté et mis en prison par l'armée des frontières sous l'instigation de leurs sbires, les Marsiens. Son habitation à Séraïdi fut confisquée sans aucune forme de procès.
Ce ne sera qu'aux cris de "Sebaâ s'nin barakat !" (sept ans ça suffit !) qu'il sera enfin libéré. À l'Indépendance, il s'en ira trimer en 3x8 au complexe sidérurgique d'El-Hadjar d'où il partira à la retraite en 1987. Et pour la reconnaissance de sa contribution à la Révolution, l'Etat lui octroiera une modeste Zastava qui, d'ailleurs, ne fera pas long feu. Aujourd'hui, Si Noui a rejoint ses nombreux frères d'armes auprès desquels il repose à jamais.
M C L
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.