Santé de Bouteflika et relations algéro-françaises : Quand Bajolet se lâche…    ANP : Gaïd Salah installe le nouveau commandant des forces terrestres    «Nous craignons un règlement de comptes»    Le RCD réaffirme sa position    Reddition de deux terroristesà Tamanrasset    ETRHB va obtenir la totalité des actifs du groupe espagnol Villar Mir dans Fertial : Les travailleurs protestent et interpellent le ministre de l'energie    Entre les menaces de Trump et les divisions au sein de l'OPEP : Difficile et houleuse sera la réunion d'Alger    Allemagne : Alstom lance l'aventure du train à hydrogène    CMAE: Zerouati examine avec ses homologues africains les défis de l'environnement dans le continent    Caisse nationale des assurances sociales La situation financière de l'institution est "équilibrée"    L'Algérie "resserre l'étau sur les groupes armés terroristes dans la région"    Syrie : Un sommet russo-turc pour déterminer l'avenir de la province d'Idlib    Sahara occidental : Le Front Polisario dépose plainte au Tribunal de Paris contre une société française    Guerre commerciale : La Chine ne dévaluera "jamais" le yuan    L'Algérie suspend la protection policière    Jaafari dénonce l'agression israélienne    Le MCA en péril à Oran    Engloutissement de deux enfants dans l'oued Mellah    2 morts et sauvetage de 11 personnes bloquées dans leurs voitures    Coups de couteau, viols et rixes mortelles… c'est l'été meurtrier La France est-elle devenue un pays violent ?    Pluies torrentielles à Bouira : Routes coupées et commerces inondés à Ighrem    Catastrophes naturelles en Algérie : 25 milliards de dinars de pertes en 2018    La bravoure des habitants d'El Kantouli    "Achoura" noire à Constantine    A Alger, les femmes ne sont en sécurité nulle part !    Maurice Audin revient cette semaine !    «Le GPRA, précurseur d'une diplomatie révolutionnaire et moderne»    Témoignage sur le parcours de Boualem Bessaïh :    Les promesses des dirigeants déjouent la grève des joueurs    Le supporter serait-il pris par la mauvaise gestion ?    Bendjemil désigné nouvel entraîneur national    Un appel au don de sang entendu    Les gagnants du Leapfrog Hack intègrent Sofrecom Tunisie pour un stage d'été    Des milliers d'employés de l'Unrwa manifestent à Ghaza contre des licenciements    Plus de prérogatives aux élus ?    Les habitants de Djanet fêtent la S'beiba    Gaïd Salah à l'installation du nouveau commandant des Forces Terrestres: «La sécurité de l'Algérie est au centre de nos priorités»    Ligue 1 Mobilis MCO – MCA, gare au perdant!    Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?    Leader de la Ligue 1 Mobilis: La JSK enfonce le CRB    La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    Le football national… au plus bas    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Djamel Allam vu par ses proches et ses amis : Un poète d'une grande sensibilité et immense générosité    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    L'histoire est écrite par les vainqueurs mais l'histoire des vainqueurs n'est pas l'histoire qui finit, tôt ou tard, par reprendre ses droits    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était l'une des figures de la wilaya II
Noui Bouguessas n'est plus
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2013

Décédé samedi des suites d'une longue maladie, le défunt a été inhumé samedi au cimetière de Berrahal. Né le 21 avril 1935 à Tobeïga dans la commune de Ben Azouz (ex-Sanhadja), Noui Bouguessas a perçu très jeune l'iniquité de l'ordre colonial. Son oncle, le chahid Ahmed Bouguessas dont une localité de la commune de Berrahal porte aujourd'hui le nom, s'était illustré par une vaillante et farouche opposition aux spoliations du caïd local. Véritable moudjahid de l'intérieur, Noui Bouguessas, dit Loma, n'aura pas quitté ce qu'on appelle communément le Nord-Constantinois de 1955 à 1962.
Du lac Fetzara au massif de Collo en passant par Zerdazas, aucun thalweg ni forêt n'avait de secrets pour le défunt. Ses faits d'arme seront nombreux. On peut citer notamment l'embuscade du plateau de Bouzizi dans le massif de l'Edough durant laquelle une équipe d'ingénieurs et d'opérateurs radio de l'armée française avaient été neutralisés. L'un de ses compagnons lors de cette opération, Amar Khelfaoui, dit S'ghir, se souvient qu'un "half track" surpris par un feu nourri avait dû rebrousser chemin.
Noui Bouguessas est, par ailleurs, l'un des rares survivants du terrible accrochage de Sidi-Salem au cours duquel des dizaines de Chouhada, originaires notamment de Kabylie, avaient perdus la vie en juillet 1959 à l'embouchure même de l'Oued Seybouse. La mission, du reste périlleuse, à laquelle avait pris part le défunt Bouguessas consistait à acheminer de l'armement vers la Wilaya III qui en avait alors un besoin vital. À Annaba, quand on évoque aujourd'hui ce lourd sacrifice, on affirme souvent qu'il s'agissait, dans le cas d'espèce, d'une "zefa", en patois local, une délation qui serait à l'origine de cette hécatombe. Les bombardiers de l'aviation française avaient, en effet, été mobilisés pour la circonstance et avaient causé de lourdes pertes parmi les troupes de l'ALN.
La mémoire annabie garde de ce triste événement le souvenir de l'image horrible des cadavres emportés par les eaux. Noui Bouguessas est non seulement un rescapé de la guerre de Libération nationale mais aussi de la terrible crise de l'été 62 durant laquelle la Wilaya II était devenue, bien malgré elle, un enjeu dans la lutte pour la conquête du pouvoir. Légaliste et fidèle aux troupes du colonel Salah Boubnider dit Sawt El-Arab, Si Noui échappera alors de justesse aux violents affrontements fratricides et autres règlements de comptes. Il sera quand même arrêté et mis en prison par l'armée des frontières sous l'instigation de leurs sbires, les Marsiens. Son habitation à Séraïdi fut confisquée sans aucune forme de procès.
Ce ne sera qu'aux cris de "Sebaâ s'nin barakat !" (sept ans ça suffit !) qu'il sera enfin libéré. À l'Indépendance, il s'en ira trimer en 3x8 au complexe sidérurgique d'El-Hadjar d'où il partira à la retraite en 1987. Et pour la reconnaissance de sa contribution à la Révolution, l'Etat lui octroiera une modeste Zastava qui, d'ailleurs, ne fera pas long feu. Aujourd'hui, Si Noui a rejoint ses nombreux frères d'armes auprès desquels il repose à jamais.
M C L
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.