MCA - NAHD, aujourd'hui à 16h : Cherif El Ouazzani : «On n'a pas le choix, il faut battre les Husseindéens pour rester dans la course au titre»    ESS - USMB aujourd'hui à 16h00 / Brahmi : «À Sétif pour le rachat»    CSC - USMA, aujourd'hui à 17h00 : Les Constantinois jouent gros face aux Usmistes    Le Big Data : l'avenir des technologies de l'information    Affaire Facebook-Cambridge analytica : Vous êtes fautifs aussi    «Khaliha tssadi »: un petit slogan pour l'algérien, un grand pas pour la communauté    Affaire Skripal : nouvelle réunion à La Haye    Washington et Pyongyang communiquent directement    Syrie : l'enquête de l'ONU à Douma reportée    MSP : la générale avant le congrès    FFS : l'épreuve du consensus    Le PT exprime des doutes et dénonce    Cap sur le CRB    Installation de la commission d'enquête    JSK-USMBA mardi 1er mai à 16h au stade du 5-Juillet    L'AEP suspendue du 23 au 24 avril    BRÈVES de Relizane    Un accord de partenariat algéro-canadien signé    L'union fait la force    D'Agraw Imazighen à l'académie amazighe    Coup d'envoi de la 2e édition du printemps du cinéma amazigh à Alger    Bouira: La Protection civile prend du galon    Fonction publique: L'intersyndicale promet un 1er mai de protestation    Constantine - CHU Benbadis: Les médecins résidents en gynécologie protestent    Tiaret: Soutien aux familles des gendarmes tués dans le crash de Boufarik    Algérie-UE: Les critiques de Bruxelles sont «paradoxales»    La viande bovine française fait sa promo à Alger    Abdelaziz Bouteflika promoteur de la Réconciliation nationale, du progrès et de la prospérité    Le quotidien La Nouvelle Republique non reconnu par l'école de police Tayebi Larbi    Après son nul face à l'ASEC    Djabou ne sera pas prolongé    Un message fort au reste du monde!    L'hubris de l'éphémère    Une place Patrice Lumumba à Bruxelles    L'essoufflement des empires occidentaux    Frappes contre la Syrie : Menacer de la Troisième Guerre mondiale ferait-il partie de la stratégie de Trump ?    Signature d'une convention cadre entre l'Agence spatiale algérienne (ASAL) et le Groupe Sonatrach    un ivrogne tranche le cou d'un père de famille    Une association qui force le respect    Réunion de la JMMC : Guitouni y prendra part    Djezzy "irrigue" les banques du sang    Le Président Bouteflika félicite son homologue syrien à l'occasion du 72e anniversaire de l'indépendance de son pays    Sans les partis politiques et en rangs dispersés    "Nous voulons une académie collégiale"    "Les créateurs premiers remparts contre l'obscurantisme"    Les mots, la douleur et le sublime    Cheikh Sidi Bémol présente «L'odyssée de Fulay» Entre conte et chants berbères    L'Algérie continue d'enterrer ses martyrs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il était l'une des figures de la wilaya II
Noui Bouguessas n'est plus
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2013

Décédé samedi des suites d'une longue maladie, le défunt a été inhumé samedi au cimetière de Berrahal. Né le 21 avril 1935 à Tobeïga dans la commune de Ben Azouz (ex-Sanhadja), Noui Bouguessas a perçu très jeune l'iniquité de l'ordre colonial. Son oncle, le chahid Ahmed Bouguessas dont une localité de la commune de Berrahal porte aujourd'hui le nom, s'était illustré par une vaillante et farouche opposition aux spoliations du caïd local. Véritable moudjahid de l'intérieur, Noui Bouguessas, dit Loma, n'aura pas quitté ce qu'on appelle communément le Nord-Constantinois de 1955 à 1962.
Du lac Fetzara au massif de Collo en passant par Zerdazas, aucun thalweg ni forêt n'avait de secrets pour le défunt. Ses faits d'arme seront nombreux. On peut citer notamment l'embuscade du plateau de Bouzizi dans le massif de l'Edough durant laquelle une équipe d'ingénieurs et d'opérateurs radio de l'armée française avaient été neutralisés. L'un de ses compagnons lors de cette opération, Amar Khelfaoui, dit S'ghir, se souvient qu'un "half track" surpris par un feu nourri avait dû rebrousser chemin.
Noui Bouguessas est, par ailleurs, l'un des rares survivants du terrible accrochage de Sidi-Salem au cours duquel des dizaines de Chouhada, originaires notamment de Kabylie, avaient perdus la vie en juillet 1959 à l'embouchure même de l'Oued Seybouse. La mission, du reste périlleuse, à laquelle avait pris part le défunt Bouguessas consistait à acheminer de l'armement vers la Wilaya III qui en avait alors un besoin vital. À Annaba, quand on évoque aujourd'hui ce lourd sacrifice, on affirme souvent qu'il s'agissait, dans le cas d'espèce, d'une "zefa", en patois local, une délation qui serait à l'origine de cette hécatombe. Les bombardiers de l'aviation française avaient, en effet, été mobilisés pour la circonstance et avaient causé de lourdes pertes parmi les troupes de l'ALN.
La mémoire annabie garde de ce triste événement le souvenir de l'image horrible des cadavres emportés par les eaux. Noui Bouguessas est non seulement un rescapé de la guerre de Libération nationale mais aussi de la terrible crise de l'été 62 durant laquelle la Wilaya II était devenue, bien malgré elle, un enjeu dans la lutte pour la conquête du pouvoir. Légaliste et fidèle aux troupes du colonel Salah Boubnider dit Sawt El-Arab, Si Noui échappera alors de justesse aux violents affrontements fratricides et autres règlements de comptes. Il sera quand même arrêté et mis en prison par l'armée des frontières sous l'instigation de leurs sbires, les Marsiens. Son habitation à Séraïdi fut confisquée sans aucune forme de procès.
Ce ne sera qu'aux cris de "Sebaâ s'nin barakat !" (sept ans ça suffit !) qu'il sera enfin libéré. À l'Indépendance, il s'en ira trimer en 3x8 au complexe sidérurgique d'El-Hadjar d'où il partira à la retraite en 1987. Et pour la reconnaissance de sa contribution à la Révolution, l'Etat lui octroiera une modeste Zastava qui, d'ailleurs, ne fera pas long feu. Aujourd'hui, Si Noui a rejoint ses nombreux frères d'armes auprès desquels il repose à jamais.
M C L
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.