Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pouvoir, droit et écriture
Publié dans Liberté le 16 - 02 - 2004

Un livre a mis le pouvoir en émoi. Pas le temps de s’encombrer de procédures. Même avec les entorses habituelles. Le siège du Matin est surveillé, les entrées et sorties épiées ou contrôlées comme au bon vieux temps des rafles.
En quadrillant le siège du journal et en filtrant les visites et les sorties, le pouvoir n’a pas fait mystère de son intention d’empêcher le livre de parvenir au public par les moyens de la force publique. On n’en est plus à la promesse de procès faite par Zerhouni à Tamanrasset. Il est à craindre qu’à partir d’aujourd’hui, date programmée pour la mise en librairie du livre de Benchicou sur Bouteflika, la traque ne se renforce.
L’Algérien avait perdu le réflexe d’avoir peur de lire et l’automatisme d’autocensure avait, grâce au sursaut douloureux d’octobre 1988, fini par disparaître chez le lecteur et l’amateur d’art comme chez l’écrivain, l’artiste et le journaliste. Nous revoilà renvoyés à une triste époque de la création et du commentaire clandestins et angoissés. Maintenant que la censure s’affranchit des précautions de droit, il faudra avoir le courage fou d’affronter la machine répressive d’un pouvoir démesurément policé pour écrire. Benchicou sera le premier ou le dernier de ces téméraires.
Pourtant, une terreur d’un autre genre avait tenté de museler l’écriture. Sans succès. Et si nos aînés ont assumé les risques de leur métier, il n’y a pas de raison, sauf à renoncer à se revendiquer de leur héritage, à céder à la nouvelle menace.
Les deux formes d’intimidation ont ceci de commun et qui les condamne à l’échec : elles sont d’une autre époque. Il ne serait pas profitable au pays que l’une ou l’autre triomphe.
L’humanité se souvient de ces époques, où les despotes, pour asseoir leur emprise, ont pourchassé, tourmenté et châtié le verbe insoumis. Ces ères sombres de l’Histoire de l’humanité, qu’elles marquèrent la Rome du XIIIe siècle, la France postrévolutionnaire ou la Russie communiste, portent un nom générique : la terreur. Les libertés ne sont vénérables que parce qu’elles contestent l’abus. Dans un système où il n’est question que de pouvoir, rarement de droit, les libertés ont encore à affronter l’arbitraire. Rescapée d’une normalisation totalitaire qui s’achèvera bientôt avec la mise à mort de ce qui reste de la presse indépendante, la liberté d’expression tourmentée par toutes sortes de procédés institutionnels, devra, désormais, affronter la traque et l’intimidation physiques.
L’Algérie indépendante accuse un déficit flagrant de témoignage de ses acteurs politiques timorés par la culture des représailles.
Méditons ce constat : le plus grand nombre d’essais politiques écrits en Algérie, ces dernières années, est le fait de généraux en retraite. Comme s’il fallait se sentir à l’abri du châtiment pour oser exposer son point de vue ou partager son jugement.
Faudra-t-il alors remplacer le droit de dire par le pouvoir de s’exprimer ?
M. H.
must[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.