Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il était l'un des héros de la Fédération de France
Mohamed Bensaddok honoré
Publié dans Liberté le 13 - 10 - 2013

Pour commémorer le 52e anniversaire des massacres du 17 Octobre 1961, l'association Mechaâl Echahid et le Forum d'El Moudjahid ont, assurément, marqué, hier, avec faste l'évènement.
Et pour cause ! Il s'agissait de sortir de l'anonymat Mohamed Bensaddok, un natif d'Annaba, âgé aujourd'hui de 82 ans et qui s'était illustré, durant la guerre de Libération nationale, par une grande opération d'éclats.
D'abord, rappel des faits : dimanche 29 mai 1957. Au stade de Colombes, il y a la finale de la Coupe de France de football qui opposait l'équipe d'Angers à celle de Toulouse. Le groupe de Bensaddok avait pour ordre d'abattre le traitre Ali Chekkal, ancien vice-président de l'Assemblée algérienne, qui devait assister à la rencontre aux côtés du président de la République française, René Coty.
Laissons plutôt Mohamed Bensaddok poursuivre : "Six ou sept minutes avant le sifflet final de la partie. Je suis sorti du stade. Mais là, je me suis rendu compte que les portes de sortie étaient fermées. Un dispositif de sécurité très courant et qui est destiné à permettre, comme de tradition, aux officiels de quitter les lieux avant le public. à ce moment donné et vu les circonstances, j'ai cru comprendre que l'opération était annulée. Signe du destin, "le salopard" Ali Chekkal s'est présenté à moi. Il était à deux mètres à peine de moi. Petit, trapu, avec une chéchia sur la tête. Le responsable chargé de couvrir l'opération, Mohamed Aïssaoui, m'a fait alors un signe de la tête. J'ai tiré aussitôt à travers la poche. Je n'ai même pas sorti l'arme, j'ai tiré à travers l'étoffe du vêtement. L'arme que j'ai utilisée, un revolver automatique 7.65, n'appartenait pas au FLN. On l'a seulement emprunté... La seule balle que j'ai tirée l'a touché en plein cœur. Je n'aurais, d'ailleurs, jamais pu tirer une autre balle puisque la culasse du revolver s'est coincée dans ma poche." Appréhendé sur les lieux de l'attentat et conduit au Quai des Orfèvres, Bensaddok déclarera être "un volontaire de la mort". Dans la confusion, la foule parisienne a vite cru à l'assassinat du président de la République, René Coty.
Une rumeur qui a, d'ailleurs, vite fait le tour de la capitale française et qui sera démentie le soir même aux "actualités".
S'en suivra pour Bensaddok de longues années d'incarcération dans l'isolement total. Il aura même le privilège d'occuper la cellule au double blindage de Pierrot-le-fou, une figure du milieu. Lors de son procès à la Cour d'assises de Paris le 10 décembre 1957,
Me Pierre Stibbe, avocat de Bensaddok, cite à la barre des témoins prestigieux "à décharge" comme Germaine Tillon, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Louis Massignon, André Mandouze...Le témoignage de Sartre en faveur de Bensaddok fera date.
Il constitue même aujourd'hui "un texte oral", objet d'études littéraires et dont le manuscrit est précieusement conservé à la Bibliothèque nationale de France (BNF).
"Je ne connais pas Bensaddok, je ne connais pas Ali Chekkal... Pour moi, comme pour tous les hommes de la planète, celui qui manœuvre contre son propre pays est appelé un traître, surtout lorsqu'il s'agit d'un intellectuel, qui n'ignore pas la gravité de ses actes et les conséquences qui peuvent en découler..."
En tout cas, l'auteur des Mains sales qualifiera à la barre, l'acte de Bensaddok comme "héroïque et audacieux" et transformera le nom de Chekkal par "Chacal" ! Au fait, qui était-il ? Originaire de Mascara, Ali Chekkal deviendra avocat puis bâtonnier. Conseiller général de Mostaganem, puis élu à l'Assemblée algérienne, il en assume dès 1949 la vice-présidence. Très attaché à la France, et tout aussi connu, à l'époque, que le Bachagha Boualem, de triste mémoire, Ali Chekkal avait consacré les derniers mois de son existence à défendre éperdument la cause perdue de "l'Algérie française".
Quant à l'histoire de Mohamed Bensaddok, celle-ci est tellement méconnue et si passionnante que l'ont fait, ici, la promesse à nos lecteurs d'y revenir, pour notre part, très prochainement.
M C L
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.