Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Le ministère n’a jamais voulu nous écouter�
La directrice de l’école Bendali à Liberte
Publié dans Liberté le 08 - 06 - 2004

Liberté : Comment vous est venue l’idée de créer une école privée ?
Mme Bouchaoui : C’était en 1987. Je l’ai fait par égoïsme. J’avais un fils que je voulais faire entrer à l’école française de Dély-Brahim. Or, celle-ci venait de fermer. Alors, avec ma mère et un groupe de professeurs, nous avons décidé de créer une école pour nos enfants. Cela s’est fait d’une manière clandestine. Nous travaillions dans l’illégalité la plus totale et nous n’avions que la convention relative aux droits de l’enfant comme référence. Ensuite, il y a eu une circulaire interministérielle signée conjointement par le ministère de la Santé, sous Mentouri, et celui du Travail que dirigeait Nabi, qui nous a servi de couverture. Donc, au début, on nous a interdits, ensuite, on nous a tolérés, et maintenant, nous sommes enfin reconnus. Aujourd’hui, nous sommes la seule école à passer le brevet et le bac à Paris, et nous avons comme partenaire l’école Pascal qui se trouve dans le 16e arrondissement, à Paris.
Et vous comptez, je crois, ouvrir un lycée international…
Oui. Je constate qu’il y a une fuite des cadres algériens vers l’étranger. Les gens veulent étudier ailleurs. D’un autre côté, les diplomates qui sont ici ainsi que les investisseurs qui veulent venir ont besoin d’un enseignement de qualité. En l’occurrence, le lycée international offrira plusieurs options, avec un bac algérien, un bac français et un bac international. Cela dit, notre établissement reste fondamentalement algérien. Vous savez, moi j’étais militante de la Fédération de France du FLN. Notre objectif est simplement d’offrir ce qu’il y a de mieux.
Vous avez eu récemment une réunion avec M. Benbouzid. Comment cela s’est-il passé ?
La réunion s’est tenue lundi dernier (le 31 mai, ndlr). C’était la première fois que le ministre nous recevait. Le ministère de l’éducation nationale n’a jamais fait la moindre tentative de rapprochement en direction des écoles privées. Le débat était orienté politiquement. J’ai senti que dans le fond, le ministre était compréhensif à notre égard, mais il était enfermé dans un circuit politique. Il y a discordance, m’a-t-il semblé, entre ce qu’il pense et ce qu’il dit.
Vous pensez que l’ultimatum sera exécuté ?
Je crains fort que oui puisqu’il s’agit d’un décret exécutif.
Envisagez-vous d’entamer des actions avec d’autres écoles ?
Hélas, nous avons du mal à travailler en réseau. Les écoles privées sont dispersées. Lors de cette réunion avec le ministre, beaucoup ont applaudi la décision de supprimer l’enseignement en langue française. Certains se sont indignés et sont sortis.
Pourtant, dans mon esprit, le français répond seulement à une meilleure qualité pédagogique. C’est une langue de performance. La langue française est le meilleur véhicule des connaissances, et ce n’est pas du tout dirigé contre la langue arabe. Le bilinguisme est un atout en plus par rapport à un projet d’ouverture économique et politique.
 M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.