DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    El-Guerguerat : l'armée d'occupation marocaine "dans un état déplorable"    Djerad: la Zlecaf, un choix stratégique pour l'Algérie    Boukadoum reçoit son homologue italien Luigi Di-Maio    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Symposium sur l'état des savoirs en sciences sociales et humaines
Oran
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2004

Un Symposium international sur l'état des savoirs en sciences sociales et humaines en Algérie et sur l'Algérie, s'est ouvert, hier, au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc), dans la banlieue de Es-Sénia. Il a regroupé plusieurs universitaires et des sociologues nationaux et étrangers.
Selon Mohamed Daoud, chercheur associé au Crasc et membre du comité d'organisation, il s'agit de présenter, d'une façon globale, une sorte d'encyclopédie des connaissances que nous avons sur notre pays telles que produites dans le champ des sciences sociales et humaines depuis l'Indépendance. “La philosophie de cette rencontre est de débattre de l'état des lieux en fonction des thèmes arrêtés”. En présence de Souad Bendjaballah, ministre déléguée à la Recherche scientifique, le symposium, placé sous le signe de “L'Algérie 50 ans après”, est avant tout une rencontre qui s'adresse à la famille universitaire autour de thèmes centraux très techniques et spécialisés. “Le Crasc fête à sa manière l'état des lieux des savoirs par le biais de cette manifestation hautement scientifique et la place sous le 50e anniversaire du déclenchement de la lutte de Libération nationale”, ajoute Mohamed Daoud. Des participants à ce symposium n'ont pas caché leur joie de se trouver à Oran. Certains d'entre eux ont affirmé que “l'idée de cette rencontre est de faire un premier bilan sur ce qui a été écrit sur l'Algérie en Algérie par des Algériens et des étrangers”. Pour en revenir aux travaux de ce symposium, Ali El-Kenz, sociologue, professeur à l'Université de Nantes et membre du Conseil de la revue Insaniyat (Crasc), a abordé les “sciences sociales dans quelques pays du monde arabe”. Cette communication est une synthèse des premiers résultats d'une enquête menée depuis trois années sur le Maroc, l'Algérie, l'Egypte, le Liban et la Syrie. “À ce niveau de la recherche, il est déjà possible de tracer le cadre général dans lequel se trouvent insérées les sciences humaines et sociales dans ces pays : histoire et institutions actuelles, tendances lourdes des postures avec des différences nettes entre les pays du Maghreb et ceux du Machrek”. Invité de marque aussi, Jean-Robert Henry, juriste, professeur à l'Université d'Aix-en-Provence, estime que “l'imbrication des rapports entre les sociétés a été fortement mise en lumière par les manifestations de l'année de l'Algérie, qui ont bousculé le cadre officiel et mobilisé de façon inattendue les sociétés civiles”.
Pour sa part, Mohamed-Lakhdar Maougal, sociologue et maître de conférences à l'Université d'Alger, parlera du thème portant sur “La collégialité et la centralité dans l'histoire du Mouvement national algérien entre 1925 et 1955”. Pour lui, (...) “cette façon plus ou moins déguisée de s'approprier un mouvement populaire et national n'est pas du goût de Saïd-Nadir Boudiaf, ancien maquisard de la wilaya I, devenu travailleur émigré et militant démocrate et révolutionnaire après les épreuves de la tâche nationaliste”.
Enfin, après une séance plénière au cours de laquelle ont été présentées des approches globales telles qu'initiées par l'expérience du Crasc, les chercheurs et universitaires auront, dans des ateliers spécialisés, à présenter et à soumettre au débat l'état de leurs travaux. Les participants auront également à intervenir autour des thèmes suivants (qui seraient autant d'ateliers) touchant à la famille, à l'urbain et au rural, au patrimoine culturel, à l'école et à la jeunesse, au mouvement social, au mouvement associatif et citoyenneté, au patrimoine culturel ainsi qu'au patrimoine matériel et archéologique et à l'histoire de mémoire.
B. G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.