Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sadi souligne le rôle de la culture dans la résistance anticoloniale
IL A ANIME HIER UNE CONFERENCE À LA KALAÂ DES ATH ABBAS
Publié dans Liberté le 10 - 11 - 2015

"Quand la religion sert de support à la culture, cette synergie pourrait déboucher sur un résultat positif.
Mais lorsque la même religion enveloppe la culture, cela devient un linceul", selon Saïd Sadi.
Sur invitation des initiateurs du festival "Lumière sur le patrimoine historique et culturel de la Kabylie", l'ancien président du RCD, le Dr Saïd Sadi, qui s'investit dans l'écriture de
l'Histoire contemporaine de l'Algérie, a animé, hier après-midi, au village mythique de la Kalaâ des Ath Abbas, dans la commune d'Ighil Ali (wilaya de Béjaïa), une conférence autour de la thématique "Mokrani, Cheikh Aheddad : culture et culte dans la résistance".
Intervenant devant une foule nombreuse venue de différentes régions de la Kabylie, le Dr Sadi a d'abord survolé la résistance armée dirigée par l'Emir Abdelkader dès 1837, contre le colonisateur français, puis évoqué la révolte de Boubaghla, ainsi que celle de Fadhma N'soumeur, en 1852. Revenant ensuite sur la genèse de la célèbre insurrection de 1871 menée conjointement par Cheikh Aheddad (Seddouk) et El-Mokrani (Ath Abbas), le conférencier expliquera que les instigateurs de l'insurrection de 1871 avaient profité de la fragilité de l'armée française après sa défaite contre les Allemands, lors de la bataille de Prusse, en 1870, pour organiser un soulèvement populaire en Kabylie. Sadi a rappelé dans son exposé qu'au début, Cheikh Aheddad n'était pas favorable à une résistance armée, mais après une certaine période d'hésitation, il finit par être convaincu par ses deux fils qui estimèrent que le moment était venu de mener une révolte contre le colonisateur français. L'orateur notera au passage qu'El-Mokrani mena d'abord une campagne de sensibilisation à travers plusieurs régions du pays, notamment dans les Aurès et à Cherchel, mais l'impact de ces opérations fut insatisfaisant, eu égard à la faible adhésion populaire enregistrée à l'époque. Quant à la zone d'influence du royaume d'El-Mokrani, celui-ci s'étend de Sétif jusqu'aux montagnes de la Hodna (M'sila), en passant par Medjana (Bordj Bou-Arréridj) et les monts des Ath Abbas. Par ailleurs, l'ancien leader du RCD tentera de faire le parallèle entre la religion et la culture dans la résistance anticoloniale, estimant que "quand la religion sert de support à la culture, cette synergie pourrait déboucher sur un résultat positif. Mais, lorsque la même religion enveloppe la culture, cela devient un linceul". Enfin, il convient de signaler que cette sortie de Saïd Sadi dans la région des Ath Abbas s'inscrit dans le cadre des activités de la 2e édition du festival "Lumière sur le patrimoine historique et culturel de la Kabylie", initié par un groupe d'artistes, d'intellectuels et de militants, et ce, dans un esprit d'union et d'engagement. Il se fixe comme objectif de réconcilier la population avec son identité en mettant en lumière les éléments de mémoire liés au patrimoine historique et culturel dans chaque localité de la région.
K. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.