Renversement de vapeur ?    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Ligue 2 - Centre-Est: L'USM Annaba confirme ses prétentions    Motsepe face à la presse: L'arbitrage, la Super Ligue et le Mondial 2022 évoqués    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    Premier jour de la grande campagne de nettoiement: Plus de 90 tonnes de déchets collectées    La pomme de terre victime de la pluie    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Développement en stand-by    En un combat douteux    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Amnesty International accable de nouveau l'Algérie
Rapport sur les atteintes aux libertés civiles et des droits de l'homme
Publié dans Liberté le 08 - 12 - 2015

Le langage de répression adopté par les gouvernants à l'égard des défenseurs des droits de l'Homme et des militants de la liberté d'expression a fait réagir Amnesty International qui accable de nouveau l'Algérie. Dans une déclaration rendue publique, le 4 décembre, l'organisation qui milite pour la libération des prisonniers d'opinion et le respect de l'ensemble des droits civils présente les dernières arrestations et poursuites multipliées par les services de sécurité contre les dissidents et détracteurs du gouvernement comme une sérieuse atteinte aux "libertés qui sont de plus en plus menacées en Algérie", et ce, en violation "des droits humains internationaux, du pacte international relatif aux droits civils et politiques et des garanties constitutionnelles relatives à la préservation des droits d'expression et de réunions pacifiques", s'est-on indigné, non sans dénoncer le recours "aux tribunaux pour faire taire la dissidence, en utilisant un arsenal de lois répressives". Amnesty International a dans la même déclaration, dont nous détenons une copie, fustigé l'application des dispositions du code pénal pour "restreindre la liberté d'expression", y compris l'humour. On a rappelé, à ce titre, la peine de prison écopée, récemment, par le dessinateur d'El-M'Ghair dans la wilaya d'El-Oued et de nombreux militants condamnés pour des déclarations qu'ils ont postées sur Facebook, ainsi que les militants de la coordination nationale de la défense des droits des chômeurs et les manifestants de Tamanrasset qui se trouvent sous contrôle judiciaire avec pour chefs d'inculpation attroupement et atteinte à l'ordre public. Amnesty International appelle ainsi les autorités algériennes à "annuler les condamnations et les accusations portées à l'encontre de ces militants pacifiques, poursuivis uniquement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d'expression et de réunion". Les législateurs algériens, recommande-t-on, doivent se pencher sur l'amendement des lois criminalisant les libertés civiles et qui punissent la dissidence pacifique à des peines de prison.
Les rédacteurs de la déclaration reviennent sur le grave incident qui s'est produit en octobre dernier à El-Bayadh suite à la perquisition du domicile du journaliste et militant Hassan Bouras, actuellement sous les verrous.
Suivant l'ordre chronologique des affaires, on a également cité le cas du caricaturiste d'El-Oued, Tahar Djehiche, condamné le 17 novembre à une peine de prison de six mois passible d'une amende de 500 000 DA pour avoir "insulté" le président Abdelaziz Bouteflika dans un dessin satirique et "incité" les autres à se joindre à la protestation menée contre le gaz de schiste dans un commentaire posté sur sa page Facebook. L'affaire des sept membres du mouvement dit Mafrat dans la wilaya deTamanrasset a également été citée. Condamnés à une année de prison assortie d'une amende de 5 000 DA, les mis en cause, Dahmane Zenani, Dahmane Kirami, Abdelali Ghellam, Mohamed Boukhari, Ahmed Benzamit, Fathi Hami et Mbarek Ramadani, sont poursuivis pour "rébellion", "attroupement non armé" et "incitation" d'autres à se joindre à des "rassemblements non armés", au cours de manifestations organisées entre 2014 et 2015.
Les sept accusés sont actuellement en liberté en attendant le résultat de leur appel. La prochaine audience devant le juge, prévue hier, a été reportée jusqu'au 21 du mois en cours. La liste des dépassements et des activistes égarés dans les couloirs des tribunaux est encore longue. Amnesty International l'avait minutieusement détaillée pour étoffer ce rapport accablant.
R.K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.