Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Denia - La vie...
39e partie
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2016

Résumé : Selma n'en peut plus d'être rejetée. Elle ne le cache pas à Lyès qui tente de calmer les choses. Il lui parle de la proposition de son frère de gérer certains commerces, car il est dépassé. Lyès veut qu'elle tienne une de leurs boutiques. Elle lui rappelle que sa famille n'approuvera pas. Elle s'efforce de rassurer son fils qui craint qu'elle parte sans lui...
Selma ne se rend pas chez son beau-père durant toute la semaine. Lyès, qui a accepté de gérer certains commerces, est plus souvent dehors ou chez son père. Quand il ne se rend pas aux bureaux, il allait au chevet de son père. Parfois, il reste passer la nuit avec lui. Parfois, il rentre très tard et les trouve endormis.
Selma dort avec Samir. Lorsque le dossier scolaire a été transféré à leur académie, il peut enfin aller en classe. Il ne s'était pas fait des copains dans le bâtiment, même si les familles sont nombreuses à avoir des enfants de son âge. Ils ont une mauvaise opinion d'elle. En plus d'avoir fauté, elle avait abandonné son foyer. Ils ne lui pardonnent pas.
Selma voit du mépris dans leur regard lorsqu'elle les croise. Elle accompagne Samir à l'école. Il est nouveau dans le quartier. Il adore sortir avec elle, lui tenir la main, mais l'instant qu'elle aime le plus, c'est à la sortie d'école lorsqu'il s'élance et court se jeter dans ses bras.
À chaque fois qu'elle y pense, elle sourit et a hâte de le retrouver. Dans les escaliers, elle croise une voisine, ancienne amie de sa mère.
-Sbah elkheir khalti...
-Cheddi kheirek andek, rétorque la voisine. Ce n'est pas un bon jour !
Selma pâlit d'un coup.
-Mais khalti, qu'est-ce que je vous ai fait ?
-Tu as fait la totale ! Tu ferais mieux de ne plus jamais revenir, lui répond-elle sèchement. Tu fais honte à ta famille et au quartier ! Tu es inconsciente et irresponsable ! Tu ne mérites pas un mari aussi bon !
-Mais qui êtes-vous pour me juger ?
-Tu es une fille indigne ! Ton père était quelqu'un de bien et ta mère a tout fait pour te donner une bonne éducation, tu ne manquais de rien ! En retour, tu as tout abandonné, enfant et foyer, après la honte que tu nous as infligée ! Ta mère vit loin d'ici alors que sa place est ici ! C'est sa maison !
-De quoi vous vous mêlez ?
-Si tu avais un bon fond, tu aurais cherché après elle ! La pauvre ne mérite pas ce qui lui est arrivé par ta
faute !
Selma lui aurait bien expliqué que sa mère avait aussi sa part de responsabilité, mais elle devine qu'elle sera sourde à tout ce qu'elle lui confiera.
-Allah pardonne et donne d'autres chances ! dit-elle en passant devant elle. Vous êtes impitoyables !
-Bouh... Tu oses revenir après tout ce que tu as fait ! Qu'Il t'ait donné une autre chance maâlich, mais va vivre loin d'ici ! On ne veut pas de toi ! Même si ton mari et ton fils sont adorables ! Toi, tu es le diable en
personne !
Selma sent ses joues s'enflammer. Elle s'apprête à rétorquer quand elle entend des portes s'ouvrir. Des voisines attirées par leurs éclats de voix sortent. Elle laisse la vieille voisine et va chez elle. Elle est si furieuse et nerveuse qu'elle peine à ouvrir la porte. Une porte qu'elle claque violemment. Elle a envie de tout casser, de crier.
Si la vieille a osé lui tenir ces propos, qu'est-ce que peuvent dire les autres voisins ? Ceux qui ont la langue bien pendue, raconteront-ils leur version de l'histoire à son fils ? Il risque de la détester et de ne plus vouloir rester avec elle. Si là, il tremble à l'idée d'être séparé d'elle, ce ne sera plus le cas. Elle veut le protéger. Ils en sont encore à apprendre à se connaître. Elle ne veut pas le perdre.
Elle est encore dans tous ses états lorsque Lyès vient la voir. Elle ne remarque pas qu'il est bouleversé au bord des larmes...
(À suivre) A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.