L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Kabylie rend un vibrant hommage à Mouloud Mammeri
Trois journées de recueillement et d'évocation
Publié dans Liberté le 27 - 02 - 2016

À Taourirt Mimoune, chez les Ath Yanni, sa région natale, comme à Tizi Ouzou, Azazga et dans toutes les localités de Kabylie, la commémoration du 27e anniversaire de la mort tragique de Mouloud Mammeri est marquée par d'émouvantes cérémonies de recueillement, d'évocation et de travaux de recherche.
À l'occasion du 27e anniversaire de la disparition du regretté Mouloud Mammeri, illustre écrivain, linguiste, anthropologue, toute la Kabylie s'est, une fois de plus, mobilisée pour rendre un vibrant hommage à cet amusnaw et défenseur infatigable de la langue et de la culture amazighes. C'est ainsi que l'association Talwit d'Ath Yanni, en collaboration avec la direction de la culture de Tizi Ouzou, a organisé hier matin une cérémonie de recueillement fort émouvante sur la tombe de Mouloud Mammeri à Taourirt Mimoune, dans la commune d'Ath Yanni, comme elle a programmé deux conférences-débats au centre culturel d'Ath Yenni, l'une animée hier par Brahim Tazaghart sur "Le prolongement du combat identitaire depuis la crise berbériste de 1949", et une autre communication qui sera présentée aujourd'hui par Ramdane Achab sur "L'expérience de l'édition dans le domaine de tamazight". Par ailleurs, cette même association Talwit a concocté, à l'occasion, tout un programme culturel fait de représentations théâtrales et d'animation artistique.
La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a mobilisé tout son personnel exerçant dans ses différents établissements, tels que la Maison de la culture de Tizi Ouzou qui porte fièrement le nom de Mouloud Mammeri, ainsi que l'annexe de la Maison de la culture de Azazga, la cinémathèque de Tizi Ouzou et le théâtre régional Kateb-Yacine pour abriter toute une panoplie d'activités commémoratives qui s'étalera sur trois jours, du 26 au 28 février, et ce, sous la thématique spécifique de "Mouloud Mammeri, l'explorateur de l'ahellil du Gourara". Selon la direction de la culture de Tizi Ouzou, "l'objectif de cette manifestation est la mise en exergue de ce legs ancestral, classé patrimoine mondial par l'Unesco, pour lequel Mouloud Mammeri avait un grand intérêt en raison de sa valeur patrimoniale et de son apport incontournable à la culture algérienne". Il est vrai que, du temps où il était à la tête du Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques durant toute une décennie allant de 1969 à 1979, Mouloud Mammeri, anthropologue et spécialiste du domaine amazigh, a parcouru toutes les régions d'Algérie et d'Afrique du Nord pour mener un travail de recherche anthropologique remarquable, notamment dans la région du Gourara, située dans le fin fond du Sahara algérien, où il s'est longuement intéressé au riche patrimoine culturel de l'ahellil, ce genre poétique et musical propre aux Zénètes du Gourara, mais aussi au mode de vie et aux méditations des populations amazighes des ksour du grand Sud algérien. D'ailleurs, l'ahellil du Gourara a été recensé en 2008 par l'Unesco en tant que "patrimoine culturel immatériel de l'humanité". C'est dire que ces trois journées d'étude et d'évocation permettront à de nombreux universitaires, chercheurs, archéologues, anthropologues et sociolinguistes de débattre de ce riche patrimoine culturel de l'ahellil que l'illustre Mammeri et son équipe de recherche de l'époque ont eu le grand mérite de sortir de l'oubli et de valoriser son authenticité.
Et à l'occasion, la maison de la culture Mouloud-Mammeri abrite depuis hier une magnifique exposition de photos, d'articles de presse et de livres portant sur la vie et l'œuvre grandiose de Mouloud Mammeri dans le domaine de la littérature algérienne d'expression française et retraçant surtout le long et noble combat qu'il a mené durant toute sa vie pour la promotion de tamazight en tant que langue et culture. Il est à noter qu'une dizaine de conférences-débats seront animées aujourd'hui et demain par des universitaires, des sociologues et des hommes de lettres sur des thèmes variés tels que "Témoignages sur les travaux de recherche de Mammeri", "Mouloud Mammeri et la valorisation d'actifs spécifiques dans les territoires algériens : l'ahellil du Gourara"...
Enfin, il est à noter que la maison de la culture Mouloud-Mammeri abritera, cet après-midi, la cérémonie de remise des prix aux lauréats du traditionnel concours de dictée en tamazight "Prix Mouloud Mammeri" dans sa 10e édition, qu'organise habituellement la direction de l'éducation de Tizi Ouzou, en collaboration avec l'association des enseignants de tamazight, alors que les étudiants de l'Ecole régionale des beaux-arts de Azazga réaliseront une grande fresque autour de "l'ahellil du Gourara" sur la façade de la bibliothèque de la Maison de la culture, et ce, avant la projection du film documentaire intitulé Dda L'Mouloud, qui sera suivie d'un débat en présence du réalisateur Ali Mouzaoui, demain à 14h, à la cinémathèque de Tizi Ouzou.
Mohamed HAOUCHINE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.