Air Algérie :désinfection des avions en prévision de la reprise des vols domestiques    Aménagement prochain de 15 services d'urgences médio-chirurgicales à Alger    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Le Maroc dissimule ses pertes face à l'armée sarhaouie    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    Djerad: la Zlecaf, un choix stratégique pour l'Algérie    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Le niveau des barrages en nette hausse    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





C'est le grand bazar dans l'adressage des sites web gouvernementaux
Charte de nommage du ".dz"
Publié dans Liberté le 16 - 04 - 2016

La charte de nommage du nom de domaine ".dz" n'est pas respectée par les sites web du gouvernement. La cacophonie est telle que le tiers des ministères, certains de souveraineté, n'utilisent pas le sous-domaine ".gov". Alors que des départements ministériels ont deux adresses web. Etat des lieux.
Sur 29 sites web du gouvernement, dont celui du Premier ministère, un tiers ne respecte pas la charte de nommage du ".dz", éditée par le "Network Internet Center.DZ", l'organe agréé par l'ICANN (autorité mondiale de régulation de l'internet) pour la gestion du nom de domaine ".dz" relatif à l'Algérie. Dix-neuf sites web de ministères respectent la charte de nommage en adoptant le sous-domaine ".gov" en plus du ".dz", pour signifier qu'il s'agit d'une entité gouvernementale. Sept sites web de ministères ne respectent pas cette règle et adoptent uniquement le ".dz" qui signifier uniquement que la plateforme web est algérienne. Deux autres sites portent la double casquette, avec et sans extension ".gov". Cette cacophonie indique qu'il n'existe pas encore de chef d'orchestre ou un "Monsieur Stratégie Numérique" au Premier ministère, au gouvernement, ni dans aucune structure officielle. La désignation des adresses web des sites gouvernementaux (leur architecture) est donc laissée au bon vouloir des webmasters des différents ministères.
La charte de nommage du ".dz" dispose, comme pratiquement toutes les chartes de nommage dans le monde, de plusieurs "sous-domaines". Le "Network Internet Center.DZ" (www.nic.dz) en a adopté 8. Il s'agit du : "com.dz" pour les "entités commerciales", "gov.dz": pour les "entités gouvernementales", "org.dz" pour les "organisations non gouvernementales et non commerciales", "edu.dz" pour les "entités de l'enseignement, de la formation et de l'éducation en général", "asso.dz" pour les "associations agréées", "pol.dz" pour les "parties politiques", "art.dz" pour les "professions artistiques", et "net.dz" pour les "entités activant dans le domaine d'internet".
Partant de cette définition, toutes les adresses web du gouvernement doivent donc comporter le sous-domaine ".gov.dz". Dans les faits, seuls 19 sur 29 utilisent cette extension. Il s'agit du Premier ministère (www.premier-ministre.gov.dz), des ministères : des Affaires étrangères (www.mae.gov.dz), de l'Intérieur et des Collectivités locales (www.interieur.gov.dz), des Finances (www.mf.gov.dz), de l'Energie (www.energy.gov.dz), du Commerce (www.mincommerce.gov.dz), de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville (www.mhuv.gov.dz), des Travaux publics (www.mtp.gov.dz), des Transports (www.ministere-transports.gov.dz), du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale (www.mtess.gov.dz), de la Culture (www.m-culture.gov.dz), de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme (www.msnfcf.gov.dz), des Relations avec le Parlement (www.mcrp.gov.dz), de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat (www.mta.gov.dz – hors service), de l'Education nationale (www.education.gov.dz), de la Formation et de l'Enseignement professionnels (www.mfep.gov.dz), de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière (www.sante.gov.dz), de la Jeunesse et des Sports (www.mjs.gov.dz), et de la Communication (www.ministerecommunication.gov.dz).
Discordances
D'autres sites web de 7 départements ministériels ne portent pas le label ".gov" se contentant du ".dz". Il s'agit des ministères : de la Défense nationale (www.mdn.dz), de la Justice (www.mjustice.dz), des Moudjahidine (www.m-moudjahidine.dz), des Affaires religieuses et des Wakfs (www.marw.dz), des Ressources en eau et de l'Environnement (www.mre.dz), de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (www.mesrs.dz) – dont dépend le Cerist qui administre le "nic.dz" –, de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication (www.mptic.dz), et du Secrétariat général du gouvernement (SGG). Par ailleurs, des ministères se retrouvent avec deux sites web, l'un avec l'extension ".gov" et l'autre sans. Il s'agit du ministère de l'Industrie et des Mines (www.mipi.dz et www.mdipi.gov.dz) et celui de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche (www.minagri.dz et www.mpeche.gov.dz) dont les adresses diffèrent selon que la source soit le site du SGG ou celui du Premier ministère. La comparaison des liens figurant sur le site du Secrétariat général du gouvernement (SGG) et ceux du Premier ministère (PM) montre de nombreuses discordances. Ainsi, le lien du site du ministère de l'Education (www.m-education.gov.dz) donné par le site du PM n'est pas fonctionnel. Le lien du site du ministère de la Formation professionnelle existe en deux versions. Aussi, le site du PM renvoie vers l'ancienne version du site du ministère de la Santé, à savoir www.ands.dz de l'Agence nationale de documentation de la santé (ANDS).
À noter aussi que plusieurs autres sites web d'organismes et d'institutions publiques portent l'empreinte ".gov.dz" pour se différencier des autres plateformes ".dz" ne relevant pas du gouvernement. Il s'agit, entre autres, de la direction générale de la fonction publique (www.dgfp.gov.dz), la douane (www.douane.gov.dz), l'Agence nationale des activités minières (www.anam.gov.dz), Alnaft (www.alnaft.gov.dz), l'ARH (www.arh.gov.dz), la direction générale des forêts (www.dgf.gov.dz), la cellule de traitement du renseignement financier - CTRF (www.mf-ctrf.gov.dz), la direction générale du domaine national (www.foncier-finance.gov.dz), et de la commission de régulation de l'électricité et du gaz – CREG (www.creg.gov.dz ).
De la nécessité d'une normalisation
L'absence d'une "autorité numérique" en Algérie, dont la mission devrait aller au-delà de la politique de nommage et d'hébergement des sites web d'organismes gouvernementaux, ne permet pas de constituer des archives des plateformes numériques des ministères. La disparition d'un site web après un changement de gouvernement fusionnant deux départements ministériels en un seul fait perdre toutes les données de l'un ou l'autre des secteurs. Les changements de tutelle, les fusions et les séparations de secteurs comme l'environnement, l'aménagement du territoire, le tourisme et la pêche ont eu des conséquences sur les données contenues dans leurs sites web. L'autre particularité des sites web de ministères et d'organismes publiques, c'est leur hébergement. Certains, comme celui ministère de l'Energie, sont hébergés à l'étranger. Selon le site allemand "utrace", l'hébergeur du site web du ministère de l'Energie est l'ISP "Global Net Access, LLC" situé à Atlanta aux Etats-Unis. Aussi, la deuxième version du site du ministère de l'Agriculture et de la Pêche et celui d'Alnaft sont hébergés chez le français OVH Systems. Par ailleurs, les serveurs d'Algérie Télécom/Djaweb hébergent environ 17 plateformes web de ministères et quelques-unes parmi ceux des grandes administrations comme la fonction publique, l'ARH et la DGF. Le deuxième plus grand hébergeur est Algerian Academic Research Network (ARN) avec cinq sites de ministères et quatre administrations publiques. Télédiffusion d'Algérie (TDA) héberge quant à elle les sites des ministères de la Culture, de la Communication et de la Défense, ainsi que celui de la Douane.
A. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.