Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Prolongation de mandat    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Généralisation du CCD et recul de l'âge de la retraite
Avant-projet du code du travail
Publié dans Liberté le 02 - 05 - 2016

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El-Ghazi, a annoncé que le futur code du travail répond aux exigences du nouvel ordre économique mondial. "Le futur code du travail qui est en phase de concertation avec les partenaires sociaux (UGTA et patronat) est moderne et répond aux besoins et aux exigences du nouvel ordre économique mondial", a précisé M. El-Ghazi. Si le patronat a exprimé sa satisfaction pour la mouture initiale de ce texte, lui qui a toujours revendiqué une flexibilité de l'emploi, les syndicats autonomes et la base syndicale de l'UGTA l'ont, en revanche, rejetée, il y a plus d'une année.
Pour ces derniers, cette réforme ne se justifie pas, et l'avant-projet, s'il venait à être adopté, inaugurera, selon eux, une "ère de régression sociale qui aboutira à une fracture sociale aux méfaits imprévisibles".
Première réserve émise concerne la souplesse dans le recours au CDD (Contrat à durée déterminée) dont la durée maximale est fixée à trois renouvellements successifs, tel que consacré dans l'article 26. En termes plus clairs, pour le recrutement, "l'employeur pourra recourir au CDD qu'il pourra renouveler trois fois sans limitation de la durée maximale cumulée pour l'ensemble des travailleurs, s'il lance la production d'un nouveau produit par exemple. Il pourra recourir à sa guise à l'emploi temporaire ou de sous-traitance", explique le spécialiste en management des entreprises, Nouredine Bouderba. La période d'essai d'un CDD sera, relève cet ancien syndicaliste, d'une année, durant laquelle, il pourra licencier le travailleur sans aucun droit et sans aucune explication.
Pour être recevable, la demande de reclassification en CDI d'un travailleur titulaire d'un CDD "devra être introduite auprès du juge durant l'exécution de la relation de travail. Ce qui expose le travailleur à des mesures de rétorsion de la part de l'employeur", remarque-t-il. Il faut préciser que les titulaires de CDD sont, la plupart du temps, victimes de discrimination en termes de salaire, d'avancement, de conditions de travail et autres avantages. Ce cas de figure met ainsi le concepteur de ce texte dans l'obligation de réfléchir à un dispositif qui garantira la protection sociale du détenteur d'un CDD.
Car, effectivement, cette forme de recrutement (Ndlr : CDD) est à encourager pour certaines activités et spécialités, d'autant plus qu'elle arrange et l'employeur et l'employé. Les CDD représentent, selon certaines sources, plus de 40% de la structure de l'emploi salarié total. Pis, des employés sont maintenus au poste en CDD durant dix, voire quinze ans à l'aide des techniques d'espacement des dates entre deux contrats.
L'on parle de précarité de l'emploi parce que l'employeur pourra licencier un travailleur en CDD ou en CDI pour raison économique avec une indemnité de départ dérisoire évaluée à trois mois de salaire. "Il pourra le faire aussi par rupture conventionnelle (qui n'est qu'un licenciement à l'amiable mais sous pression) ou par la technique de la fermeture de l'entreprise sans aucun droit pour les travailleurs", déplore M. Bouderba. Le contrat à durée indéterminée (CDI) ne sera, quant à lui, valable que pour le travail à temps partiel, tel que souligné dans l'article 28.
L'autre anomalie introduite dans ce texte a trait à la remise en cause du droit de grève, pourtant constitutionnellement garanti. Dans son article 338, l'avant-projet affirme que la durée de grève ne peut ni être prolongée ni faire l'objet d'un gel ou d'une reconduction.
Sur un autre registre, la première ébauche de ce code abordera aussi l'âge du départ à la retraite qui subira certainement des modifications. L'Exécutif ne s'est, certes, pas exprimé de manière officielle à ce sujet, mais certaines sources avancent que l'âge légal de départ à la retraite passerait de 60 ans à 65 ans pour les hommes et à 60 ans pour les femmes.
Lors de la dernière tripartite tenue à Biskra, le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait indiqué qu'il est "inconcevable que des travailleurs partent à la retraite à 50 ans ou moins, car ils ont accompli 32 ans de service, alors que la Caisse nationale des retraites prend en charge leurs pensions".
Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.