2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une haute instance pour la surveillance des élections
Elle sera composée de 410 membres
Publié dans Liberté le 01 - 06 - 2016

L'avant-projet de la loi organique relative à la haute instance indépendante de surveillance des élections et celui relatif au régime électoral ont été approuvés en Conseil des ministres, réuni sous la présidence d'Abdelaziz Bouteflika. Selon un communiqué du Conseil des ministres, la haute instance instituée par l'article 194 de la Constitution révisée en février dernier, "sera composée de 410 membres. La moitié de ses membres seront des magistrats proposés par le Conseil supérieur de la magistrature et l'autre moitié des compétences indépendantes issues de la société civile, représentant toutes les wilayas et la communauté nationale à l'étranger, ainsi que tous les acteurs de la société civile". Elle est composée à parité : de magistrats proposés par le Conseil supérieur de la magistrature, nommés par le président de la République, et de compétences indépendantes choisies parmi la société civile, nommées par le président de la République. Quant au président de la haute instance, il "sera choisi à l'issue de consultations avec les partis politiques". Cette instance disposera de l'autonomie administrative et financière et sera articulée autour d'un président, d'un conseil plénier et d'un comité permanent de dix membres élus par le conseil plénier, à parité entre magistrats et représentants de la société civile. Quant à ses attributions, le communiqué du Conseil des ministres les définit comme suit : avant les élections, durant le scrutin et après le scrutin.
Il est dit que l'instance disposera de larges pouvoirs dont, notamment celui de demander au parquet la réquisition de la force publique ou de le saisir de faits constatés susceptibles de revêtir un caractère pénal.
Elle aura également le pouvoir de saisir les pouvoirs publics et les candidats de toute carence ou dépassement. L'avant-projet de la loi organique relative au régime électoral, approuvé à la même occasion, est un texte qui a pour objectif, selon le communiqué, d'améliorer "davantage le régime électoral adopté en 2012". L'avant-projet prévoit, notamment, de garantir la mise à disposition des listes électorales au profit des candidats et des partis politiques concernés ainsi que de la haute instance indépendante de surveillance des élections.
Le même texte "soumettra les candidatures indépendantes ou celles des partis n'ayant pas atteint un seuil de 5% des suffrages lors du précédent scrutin, à des collectes de signatures pour le dépôt des candidatures". Le texte de loi "propose de codifier la répartition des sièges dans le cas où aucune liste n'aurait obtenu le seuil minima de voix fixé lors des élections législatives et locales". Le projet énonce, également, "des dispositions en vue d'astreindre les candidats au respect de leur programme durant la campagne électorale, et de prévenir le nomadisme politique parmi les députés et les membres du Conseil de la nation". À l'issue de l'approbation de ce projet de loi, ainsi que celui de la loi organique relative au régime électoral, le président Bouteflika a appelé le Parlement à statuer "sans délai" sur les deux projets de loi, "de sorte à permettre leur entrée en vigueur rapide, y compris la mise en place de la haute instance indépendante chargée de la surveillance des élections qui devra être opérationnelle, en prévision des élections législatives puis locales de 2017".
A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.