Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P.-dg    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Russes et Saoudiens "très, très proches" d'un accord    Rezig: Radiation des commerçants coupables de contravention du registre de commerce    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    "Confinement total et masque pour tous"    Les officiers-généraux et les officiers supérieurs font don d'un mois de salaire    Décès de Kheddad: le PCF rend hommage à un "Homme d'honneur et de fidélité"    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Man City : Mendy présente ses condoléances à Guardiola    Benbouzid prône le scanner thoracique pour le dépistage du Covid-19    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Assouplissement des obligations fiscales    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : le processus de négociations menacé
Face aux nombreuses "violations" de la trêve
Publié dans Liberté le 04 - 01 - 2017

L'offensive des forces du régime, soutenu par des combattants du mouvement chiite libanais du Hezbollah, se poursuivait mardi sur Wadi Barada, une région tenue par les rebelles à 15 km de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Après avoir tenu quatre jours tant bien que mal, la trêve en Syrie apparaissait hier plus vacillante que jamais, une partie des rebelles ayant gelé leur participation aux préparatifs des négociations de paix en accusant le régime de violer le cessez-le-feu.
Cette décision d'une dizaine de groupes insurgés menace le processus qui doit être lancé fin janvier à Astana sous l'égide de la Russie et de l'Iran, les parrains du régime, et de la Turquie, soutien des rebelles. Dans un communiqué publié lundi soir, ces groupes rebelles accusent le régime de Bachar al-Assad de ne pas respecter la cessation des hostilités -la énième depuis le début de la guerre il y a près de six ans- en vigueur depuis le 30 décembre. "Ces violations se poursuivant, les factions rebelles annoncent (...) le gel de toute discussion liée aux négociations d'Astana", la capitale du Kazakhstan, ont-ils indiqué. Les insurgés soutiennent avoir "respecté le cessez-le-feu". "Mais le régime et ses alliés (...) ont commis de fréquentes violations (de la trêve), notamment dans les régions de Wadi Barada et de la Ghouta orientale", toutes deux dans la province de Damas, où elles "menacent la vie de centaines de milliers de personnes", selon leur communiqué. Parmi les signataires de ce texte figurent les groupes rebelles islamistes Jaich al-Islam et Faylaq al-Rahmane, influents à Damas, de même que le groupe Sultan Mourad, appuyé par la Turquie, et Jaich al-Ezza, actif dans la province de Hama (centre).
L'offensive des forces du régime, soutenu par des combattants du mouvement chiite libanais du Hezbollah, se poursuivait mardi sur Wadi Barada, une région tenue par les rebelles à 15 km de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ce secteur est stratégique puisque s'y trouvent les principales sources d'approvisionnement en eau potable pour les quatre millions d'habitants de la capitale et de ses environs. Selon l'OSDH, les troupes du régime utilisent des hélicoptères et des tirs d'artillerie après avoir avancé lundi jusqu'aux abords d'Aïn al-Figé, une importante source d'eau. Le gouvernement syrien accuse les rebelles de cibler les infrastructures, notamment en "contaminant au diesel" les réserves d'eau et en coupant le réseau d'approvisionnement vers l'agglomération de Damas. Les rebelles répondent que ce sont les bombardements qui ont endommagé ces installations, occasionnant ainsi de sérieuses pénuries d'eau pour quatre millions d'habitants depuis le 22 décembre. Le régime affirme en outre que le groupe Fateh al-Sham (l'ex-Front al-Nosra, Al-Qaïda en Syrie) est présent à Wadi Barada, ce que nient les rebelles.
Le Fateh al-Sham est exclu de la trêve et des négociations. "Des combattants montrent qu'ils sont prêts à se rendre, mais al-Nosra menace de les tuer", a affirmé le gouverneur de la province de Damas, Ala Ibrahim, au quotidien al-Watan, proche du pouvoir.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.