POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les rebelles quittent la table des négociations
LA TRÊVE EN DIFFICULTE EN SYRIE
Publié dans L'Expression le 04 - 01 - 2017

La métropole Alep, deuxième ville syrienne, est devenue une ville fantôme
Cette décision d'une dizaine de groupes insurgés menace le processus qui doit être lancé fin janvier à Astana sous l'égide de la Russie et de l'Iran, les alliés de Damas et de la Turquie, soutien des rebelles.
Après avoir tenu quatre jours tant bien que mal, la trêve en Syrie apparaissait hier plus vacillante que jamais, une partie des rebelles ayant gelé leur participation aux préparatifs des négociations de paix en accusant le régime de violer le cessez-le-feu. Dans un communiqué publié lundi soir, ces groupes rebelles accusent le régime syrien de ne pas respecter la cessation des hostilités - la énième depuis le début de la guerre il y a près de six ans - en vigueur depuis le 30 décembre. «Ces violations se poursuivant, les factions rebelles annoncent (...) le gel de toute discussion liée aux négociations d'Astana», la capitale du Kazakhstan, ont-ils indiqué. Les insurgés soutiennent avoir «respecté le cessez-le-feu». «Mais le régime et ses alliés (...) ont commis de fréquentes violations (de la trêve), notamment dans les régions de Wadi Barada et de la Ghouta orientale», toutes deux dans la province de Damas, où elles «menacent la vie de centaines de milliers de personnes», selon leur communiqué. Parmi les signataires de ce texte figurent les groupes rebelles islamistes Jaich al-islam et Faylaq al-Rahmane, influents à Damas, de même que le groupe Sultan Mourad, appuyé par la Turquie, et Jaich al-Ezza, actif dans la province de Hama (centre). L'offensive des forces armée syrienne, soutenu par des combattants du mouvement libanais du Hezbollah, se poursuivait hier sur Wadi Barada, une région tenue par les rebelles à 15 km de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (Osdh, basé en Grande-Bretagne). Ce secteur est stratégique puisque s'y trouvent les principales sources d'approvisionnement en eau potable pour les quatre millions d'habitants de la capitale et de ses environs. Selon l'Osdh, les troupes syriennes utilisent des hélicoptères et des tirs d'artillerie après avoir avancé lundi jusqu'aux abords d'Aïn al-Figé, une importante source d'eau. Le gouvernement syrien accuse les rebelles de cibler les infrastructures, notamment en «contaminant au diesel» les réserves d'eau et en coupant le réseau l'approvisionnement vers l'agglomération de Damas. Les rebelles répondent que ce sont les bombardements qui ont endommagé ces installations, occasionnant ainsi de sérieuses pénuries d'eau pour quatre millions d'habitants depuis le 22 décembre. Le gouvernement affirme en outre que le groupe Fateh al-Sham (l'ex Front al-Nosra, Al Qaîda en Syrie) est présent à Wadi Barada, ce que nient les rebelles. Le Fateh al-Sham est exclu de la trêve et des négociations. «Des combattants montrent qu'ils sont prêts à se rendre, mais al-Nosra menace de les tuer», a affirmé le gouverneur de la province de Damas, Ala Ibrahim, au quotidien al-Watanr. L'Osdh a également fait état d'autres violations de la trêve dans le pays, notamment des frappes aériennes sur la ville de Khan Sheikhoun, dans la province d'Idleb en bonne partie contrôlée par les rebelles. Des tirs rebelles ont été en outre recensés sur deux villages de la province centrale de Hama. Pour le directeur de l'Osdh, Rami Abdel Rahman, la trêve est désormais dans une «phase critique» et risque de «s'effondrer» totalement si la Russie et la Turquie n'interviennent pas pour la sauver. Désormais en première ligne sur le dossier syrien, Moscou avait obtenu samedi un soutien mitigé du Conseil de sécurité de l'ONU à son plan de paix. En pleine transition politique avant la prise de fonctions de Donald Trump, les Etats-Unis, soutiens de l'opposition au régime de Damas, n'ont pas été associés à cette dernière initiative, une première depuis le début de la guerre en mars 2011. En revanche, c'est la première fois que la Turquie parraine un tel accord, grâce à son rapprochement avec la Russie. Les négociations d'Astana doivent précéder des pourparlers prévus en février à Genève. Aucune des précédentes discussions intersyriennes n'a permis un début de règlement d'un conflit qui a fait plus de 310.000 morts et des millions de réfugiés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.