Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"C'est le marketing d'un retour en Afrique"
Abdelaziz Rahabi à propos de la demande d'adhésion du Maroc à l'UA
Publié dans Liberté le 26 - 01 - 2017

La demande d'adhésion du Maroc à l'Union africaine (UA) n'a rien de surprenant, pour l'ancien ambassadeur d'Algérie en Espagne, Abdelaziz Rahabi. "Tout Etat africain désireux d'adhérer à l'UA a le droit de faire sa demande ; si 28 Etats membres de l'Union donnent leur accord, il y est admis", a-t-il déclaré, hier, lors d'une conférence-débat organisée au Centre d'information sahraoui, à Alger, par le Comité des journalistes algériens de soutien au peuple sahraoui. Pour l'ex-ministre de la Communication, "dire que le Maroc adhère à l'UA pour remettre en cause sa Charte constitutive et ses principes n'a aucun sens en droit international". M. Rahabi a, en outre, indiqué que tout Etat intégrant l'UA se doit de "respecter ses textes et statuts", en rappelant au passage que le Parlement marocain a ratifié "à l'unanimité", la semaine passée, la Charte constitutive de l'UA, y compris son article 4 qui porte notamment sur "l'égalité souveraine" et "le respect des frontières existant au moment de l'accession à l'indépendance". Plus loin, l'intervenant fera savoir que le voisin de l'Ouest a, néanmoins, "décidé de faire de cette demande d'adhésion un sujet à répétition". L'ancien ministre laissera entendre que ce qui pose problème dans cette affaire, "c'est ce battage médiatique marocain", non sans reconnaître que Rabat "veut se faire de la publicité". De son côté, Tahar-Eddine Amari, maître de conférences à l'université de Tizi Ouzou et spécialiste en droit international, a abordé les "2 problématiques" que soulève la demande d'adhésion du Maroc : "la problématique de procédure" comprenant, entre autres, l'application de l'article 29 de l'acte constitutif de l'UA et "la problématique de fond", qui renvoie aux "principes" de l'UA et qui pose principalement "la question de la paix" dans le continent. Dans ce cadre, l'universitaire s'est demandé si la demande marocaine ne comporte pas des "arrière-pensées" et si elle ne constitue pas "une manœuvre" destinée à "déstabiliser l'UA de l'intérieur", en rappelant la campagne entamée par Israël, en Afrique, en faveur de l'adhésion marocaine. Par ailleurs, M. Amari a soutenu que "l'adhésion du Maroc à l'UA est une reconnaissance indirecte de la République sahraouie", sans exclure toutefois "la possibilité" d'un rapprochement entre les stratégies, marocaine et israélienne, qui consiste à "vider l'UA de sa substance". Lors du débat, Abdelaziz Rahabi n'a pas non plus écarté l'idée que le Maroc chercherait à "affaiblir" l'UA en la vidant de "son contenu", à savoir ses principes de paix, de développement, de solidarité, ceux relatifs aux droits de l'Homme et à l'environnement. Le ministre reviendra sur "l'amplification" de la demande marocaine, qualifiée de "marketing d'un retour en Afrique", destinée à l'opinion marocaine et aussi à montrer que la question sahraouie est "un problème entre Alger et Rabat". "À ce jour, aucun pays dans le monde ne reconnaît la souveraineté du Maroc au Sahara occidental", signalera-t-il.
Hafida Ameyar

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.