Zeghmati depuis Oran : La quête de justice, devise où se fondent toutes les revendications    Bordj Bou-Arreridj : Installation du nouveau président de la Cour eu Procureur général    Dans le cadre du suivi de l'activité gouvernementale : Bensalah et Bedoui examinent la situation politique et socio-économique du pays    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Sahara occidental : Bolton n'est pas le seul responsable américain à ne plus vouloir ignorer le conflit    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    Ligue 1 (2e journée) : L'USMA tient bon à Constantine, le MCA remporte le derby face au PAC    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Saison estivale à Blida: Plusieurs programmes de loisirs au profit des enfants nécessiteux    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Le chef de l'Etat appelle à faire avancer le processus de dialogue    Karim Younes ne baisse pas les bras    37 décès et 1.919 blessés en une semaine    Des étudiants déterminés    Etat d'urgence dans deux provinces de l'Est    L'ONM demande la dissolution du FLN    Nouvelle publication    Galatasaray : Falcao est attendu demain    Un match contre ses détracteurs    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Johnson brandit la fin immédiate de la libre circulation des personnes    Le ministère de la Santé nous écrit    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





1 237 enfants nés hors mariage dans les centres d'accueil
Mounia Meslem l'a révélé hier sur les ondes de la CHAÎNE III
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2017

Le nombre des mères célibataires n'ayant pas "abandonné leurs enfants" est de 363, dont la plupart sont des mineures et des jeunes filles de moins de 20 ans.
La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, s'est exprimée, hier, sur la situation "difficile" et "la vulnérabilité" des mères célibataires. Invitée à l'émission "Invité de la rédaction" de la radio Chaîne III, elle a souligné que "ce sont des victimes et des cas sociaux qui subissent une grande marginalisation". La ministre a révélé que 1 237 enfants sont nés hors mariage, des chiffres qui concernent seulement les enfants "placés" dans les centres étatiques, en notant que le nombre des mères célibataires n'ayant pas "abandonné leurs enfants" est de 363, dont la plupart sont "des mineures et des jeunes filles de moins de 20 ans".
Mme Meslem a plaidé pour la levée du "tabou" sur ces femmes, car elles "n'ont pas cherché à être des mères célibataires". "Ce sont des femmes qui ont subi des violences et qui vivent dans la détresse. On doit les aider et les insérer dans la société ; on doit les accompagner pour qu'elles s'en sortent", a-t-elle indiqué. Aujourd'hui, si la ministre a décidé de briser le silence, c'est parce que "la société est en train d'évoluer" et parce que derrière le tabou, "il y a les malheurs" de ces femmes, leur "cadre de pauvreté" et leur "dépendance financière et économique". "Nous devons dire que ce sont des cas qui existent dans la société ; nous ne devons pas être hypocrites, nous devons être responsables", a affirmé la ministre, précisant que dans cette affaire, "la responsabilité revient aux deux, à l'homme et à la femme". Pourtant, pour ne pas stigmatiser davantage les mères célibataires, elle rejettera l'idée de "programme spécial" pour cette catégorie et préfèrera parler de "programmes" destinés à aider et à accompagner "toutes les couches vulnérables" de la société, où "les mères célibataires font partie de cette catégorie de citoyens et bénéficient de l'aide de l'Etat".
La ministre a également marqué quelques hésitations concernant la mise en place d'un "nouveau mécanisme législatif" pour protéger les mères célibataires, estimant que le problème concerne la société algérienne et doit, donc, être posé à tout le monde, "à la société civile, aux élites, aux politiques, à la mosquée, aux religieux".
Excluant la complicité des imams qui procèdent au mariage par la Fatiha sans l'acte de mariage civil, exigé pourtant par la nouvelle réglementation, Mounia Meslem a confié que "ce n'est pas une question d'application de la loi, puisque la loi algérienne reconnaît le mariage par la Fatiha", en rejetant la faute sur "les maris qui sont irresponsables après un acte pareil (l'acte sexuel, ndlr)". Mais, elle finira par appuyer l'idée d'obliger les imams à "exiger l'acte civil", afin de "préserver les droits des femmes et des enfants nés hors mariage". Plus loin, se référant au discours du président Bouteflika, du 8 mars 2015, la ministre a laissé entendre qu'il faut revoir "quelques textes du code de la famille".
"Cette réforme, dira-t-elle, est impérative, pour régler notamment le cas des femmes divorcées et âgées, contraintes de quitter le logement familial ou bien de celles, divorcées, qui se remarient et qui risquent de perdre le droit de garde de leurs enfants, ainsi que les femmes victimes d'un mariage par la Fatiha".
Interrogée sur les mesures d'accès des femmes aux postes de responsabilité, Mme Meslem a soutenu qu'elles sont "insuffisantes".
D'ailleurs, elle annoncera qu'une commission intersectorielle chargée du suivi de l'application de la parité a été mise en place par son département, pour "pouvoir suivre et vérifier, secteur par secteur, le taux d'application de la parité en matière d'accès des femmes aux postes de responsabilité".
Hafida Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.