Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taos Amrouche, berceau de la poésie berbère
Célébration du 104e anniversaire de sa naissance
Publié dans Liberté le 08 - 03 - 2017

Considérée comme la première romancière algérienne d'expression française, Taos Amrouche à œuvré longuement pour la culture berbère à travers des chants classiques hérités de sa mère Fadhma Aït Mansour.
Si toutes les femmes du monde fêtent, ce mercredi, la journée qui leur est consacrée officiellement depuis l'année 1977 par les Nations unies, le devoir de mémoire interpelle néanmoins l'humanité quant à rendre hommage à ces grandes dames qui ne sont plus de ce monde. Marguerite Taos Amrouche est l'une de ces femmes quand on sait, de surcroit, que cette date coïncide à quatre jours près du 104e anniversaire de sa naissance et à moins d'un mois du 41e anniversaire de son décès. Prénommée Marie Louise pour certains, cette dernière s'illustre par son statut de première romancière algérienne d'expression française. De parents kabyles, originaires d'Ighil Ali, dans la wilaya de Béjaïa, elle est née le 4 mars 1913 à Tunis. Tout comme son frère Jean Mouhoub Amrouche, poète-écrivain, elle s'est conférée à la double culture berbéro-française tant elle s'est résolue à conjuguer le roman d'expression française à la chanson berbère. Belkacem Amrouche, son père, converti au catholicisme, avait grandi dans le giron des Pères Blancs qui l'avaient baptisé à l'âge de cinq ans. N'ayant pu accepter d'épouser la fille du village qu'on lui avait promis, il devait émigrer, en compagnie de Fadhma Nath Mansour Amrouche (celle qu'il avait choisie et qui n'est autre que la mère de Taos), en Tunisie où il dénicha un emploi au sein de l'entreprise des Chemins de Fer à Tunis. Sa mère, Fadhma Aït Mansour (1882-1967), auteure de Histoire de ma vie (autobiographie posthume, publiée en 1968), était élevée dans l'une des premières écoles de filles en Algérie. Illustre interprète des chants classiques berbères hérités de sa mère, Taos Amrouche avait entrepris la collecte de ces chants dès 1936. Engagée avec un premier répertoire, elle marqua, en 1939, sa présence au "Congrès de la musique marocaine" à Fès où elle présentait pour la première fois au public quelques chants rituels berbères du Djurdjura. Repérée à cette occasion, elle obtint une bourse d'études pour la Casa Velázquez, à Madrid, où elle portait intérêt, deux ans durant, aux anciens chants espagnols qu'elle interprètera par la suite. C'est au cours de ce séjour en Espagne qu'elle rencontra le peintre André Bourdil, qui devient son mari. En 1945, le couple s'était résolu à s'installer définitivement à Paris. Là, Taos Amrouche fut vite reconnue comme la spécialiste des chants berbères. Elle enregistra alors plusieurs disques, notamment Chants berbères de Kabylie (qui lui vaut le grand prix de l'Académie du disque en 1967). À partir de 1949, elle se consacra à la réalisation des émissions radiophoniques telles que "Chants sauvés de l'oubli", "Souvenons-nous du pays", ainsi que "L'Etoile de Chance". Au passage, autant souligner que Taos avait aussi investi ce domaine puisqu'elle avait mené une carrière de chroniqueuse à la radio, d'abord à Tunis, dès 1942, puis à Alger en 1944. Elle avait assuré à la radiodiffusion française une chronique hebdomadaire en langue kabyle, consacrée au folklore oral et à la littérature nord-africaine. Amie d'André Gide et de Jean Giono, Taos Amrouche était douée d'une voix rarissime qui lui avait permis d'interpréter de très nombreux chants berbères, qu'elle tenait de sa mère, et se produisait dans de nombreuses scènes. En 1966, elle obtient le Disque d'or au Festival des arts nègres de Dakar. Seule l'Algérie lui refuse les honneurs : elle n'est pas invitée au Festival culturel panafricain d'Alger en 1969. Elle s'y rend tout de même pour chanter devant les étudiants d'Alger. Taos Amrouche a œuvré pour la culture berbère : elle avait longuement participé à la fondation de l'Académie berbère à Paris en 1966. Taos Amrouche meurt à l'âge de 63 ans, à Saint-Michel-L'observatoire, près de Paris, où elle fut inhumée en avril 1976. Son dernier roman, Solitude ma mère, resté inédit jusqu'en 1995, est publié par Joëlle Losfeld, éditrice de la majeure partie de l'œuvre. Historique de la conservation : certains ensembles déjà constitués ont été annotés par Laurence Bourdil, fille de Taos Amrouche, apportant de précieuses indications sur la datation des documents et le contexte de leur production. Au demeurant, les manuscrits conservés concernent à la fois ses romans, les émissions radiophoniques qu'elle a animées à l'ORTF et des articles pour la presse. Plusieurs cahiers de notes manuscrites révèlent le travail de préparation pour ses romans ou ses émissions radiophoniques. Des enregistrements, bandes magnétiques ou disques vinyles 33 tours permettent d'avoir accès à quelques émissions radiophoniques, à des entretiens, notamment avec sa mère Fadhma Aït Mansour, mais aussi à ses chants ou à des conférences. Une correspondance abondante vient enrichir ce fonds (nombreuses lettres à sa famille, à son mari André Bourdil, à son frère Jean Amrouche, mais surtout à sa mère Fadhma Aït Mansour). À noter d'autres échanges épistolaires remarquables avec Jacqueline Arnaud, Jean Giono, ou encore avec Mohammed Dib, René Etiemble, Gabriel Audisio, Léopold Sédar Senghor et Kateb Yacine. Des travaux importants concernant l'œuvre de Taos Amrouche, notamment ceux de Jacqueline Arnaud et de Denise Brahimi, un dossier de presse très fourni sur la réception de son œuvre ainsi que des photographies viennent se joindre à cet ensemble. Plusieurs dossiers d'hommages posthumes, dont ceux concernant les deux hommages rendus en 1994 et 1995 à Taos Amrouche par l'Institut du Monde arabe, ont été déposés avec le fonds.
R. SALEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.