Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





18 000 hommes pour sécuriser 608 plages
DISPOSITIF DE LA PROTECTION CIVILE POUR LA PERIODE ESTIVALE
Publié dans Liberté le 03 - 06 - 2017

La DGPC a déployé des agents plongeurs spécialisés et ayant reçu des formations qualifiées.
Pas moins de 18 000 agents professionnels et saisonniers ont été mobilisés par la Direction générale de la Protection civile (DGPC) pour sécuriser les plages autorisées à la baignade au titre de la saison estivale 2017 contre 15 000 en 2016, soit une augmentation de 3 000 agents supplémentaires. Lors du coup d'envoi de la saison estivale donné à travers le territoire national (du 1er juin au 30 septembre), la DGPC a indiqué que pour l'année 2017, sur les 608 plages que compte le littoral algérien, 229 ont été interdites à la baignade, dont la majorité a été fermée pour cause de pollution et risque particulier, contre 379 autorisées.
"Le dispositif opérationnel sera assuré tous les jours de 9h à 19h et sera renforcé en moyens matériels supplémentaires, notamment les embarcations pneumatiques d'intervention, ainsi que les matériels collectifs et individuels", a affirmé la DGPC qui souligne, par ailleurs, que "l'analyse des statistiques des 5 dernières années relève que la principale cause des noyades reste toujours la baignade dans des plages interdites ou en dehors des heures de surveillance, c'est-à-dire en l'absence des éléments de la Protection civile chargés de la surveillance des plages et des baignades". En plus de l'encadrement, la DGPC a déployé des agents plongeurs spécialisés et ayant reçu des formations qualifiées, des ambulances, des camions d'extinction, des zodiacs et des moyens de sauvetage et d'intervention. Ces équipes s'ajoutent aux secouristes, aux médecins et agents paramédicaux chargés de garantir la couverture sanitaire durant toute la saison estivale. Selon la DGPC, un total de 70 021 interventions a été effectué en 2016 au niveau des plages, ce qui a permis de sauver plus 47 643 personnes d'une mort certaine. Durant la même période, on déplore le décès de 124 personnes, dont 38 au niveau des plages surveillées et 86 autres dans les plages interdites à la baignade. Pour réduire le taux de mortalité au niveau des plages, la DGPC avait lancé au mois de mai dernier une campagne de prévention et de sensibilisation sur les dangers de la mer et de la baignade afin d'inculquer aux citoyens la culture du risque de noyade au niveau des plages, notamment les plages interdites à la baignade ainsi que dans des réserves d'eau, note la même source. "Malgré tous les moyens déployés, que ce soit opérationnel ou en matière de prévention et de sensibilisation, la conscience citoyenne reste la mieux indiquée, car savoir nager n'est pas un gage de sécurité. À ce titre, la DGPC lance un appel aux citoyens sur le respect des recommandations de sécurité, notamment celles relatives à l'interdiction de fréquentation des plages interdites à la baignade et au respect des horaires de surveillance", conclut la DGPC.
FARID BELGACEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.