Les assemblées locales appelées à s'affranchir de la bureaucratie    7e réunion de haut niveau des Parlements du groupe de dialogue 5+5, demain à Alger    Les syndicalistes de l'UGTA montent au créneau    Pièce de rechange auto : il n'a jamais été question de suspendre l'importation    Evaluation des politiques publiques : Une pratique en quête d'institutionnalisation    Le désenchantement s'est installé. Il faut réformer l'appareil de l'Etat    Tunisie : Un 7e anniversaire de la révolution au goût amer    Catalogne : Les indépendantistes récupèrent la présidence du Parlement    Ligue 1 : Derby de la peur au 20 Août 1955    Mondiaux de la médecine : Préparation perturbée pour les Algériens    ASMO : Qui veut pousser Laoufi à partir ?    Les usagers ont accepté ces augmentations symboliques puisque leur impact sur leur pouvoir d'achat est minime    «Je suis spécialiste... je galère»    Le front social ne décolère pas    La société algérienne est défaite et l'ordre institutionnel a reculé    Dans les coulisses de... : Spectacle de Nawell Madani    Cherif Kheddam de A à Z    Claude Puel : «Je ne pense pas que Slimani restera avec nous»    Jumia Travel organise l'African Travel Awards dans huit pays    Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)    Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés    Projet de réalisation d'un parking de voitures de 5 étages à Sétif    Pétrole : L'EIA prévoit un nouveau record de production en 2018    MCO / Mekkaoui : «Cette fois, on battra le Paradou !»    NAHD / Khiat : «On fera plaisir à nos supporters ce samedi»    L'ex-ministre de la Défense de Gbagbo condamnés à 15 ans de prison    Un virus mutant créé dans l'espoir d'un vaccin plus efficace    La CEDEAO surveille le processus politique en Gambie    Etats-Unis : Première victoire pour un défenseur des sans-papiers    HSBC écope d'une amende de plus de 100 millions de dollars    Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    RENCONTRE NATIONALE DES P/APC ET DES P/APW    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    Constantine - Tirage au sort des 1.550 logements sociaux: Des manifestants dénoncent leur exclusion de la liste    A travers l'UNRWA c'est le peuple palestinien qui est visé    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    CRB-USMH, derby algérois à grand enjeu    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Zidane face à une campagne médiatique    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Récital de la cantatrice algérienne Faïrouz Oudjida    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le maréchal Khalifa Haftar exige 20 milliards de dollars de l'UE
Pour bloquer les candidats à la migration en Europe
Publié dans Liberté le 13 - 08 - 2017

N'y allant pas de main morte, l'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, a estimé à "20 milliards de dollars sur 20 ou 25 ans" l'effort que doit fournir l'Union Européenne pour l'aider à bloquer les flux de migrants à la frontière sud de la Libye. Dans un entretien paru hier dans le quotidien italien Corriere della Sera, le maréchal Khalifa Haftar a indiqué que "le problème des migrants ne se résout pas sur nos côtes. S'ils ne partent plus par la mer, nous devons les garder chez nous, et la chose n'est pas possible." "Nous devons au contraire travailler ensemble pour bloquer les flux sur 4 000 kilomètres à la frontière désertique libyenne du Sud. Mes soldats sont prêts. Je contrôle plus des trois quarts du pays. Je possède la main-d'œuvre, mais il me manque les moyens", a-t-il ajouté pour justifier le montant colossal qu'il exige de l'Union Européenne pour bloquer les migrants. Le chef de l'Armée nationale libyenne (ANL) a affirmé : "Le président français Emmanuel Macron m'a demandé ce dont on a besoin, je suis en train de lui envoyer une liste." Le maréchal Haftar a précisé que dans la liste figureront "des formations pour les gardes-frontières, des munitions, des armes, mais surtout des véhicules blindés, des jeeps pour le sable, des drones, des détecteurs, des lunettes de vision nocturnes, des hélicoptères." Il a ajouté que l'idée est d'installer des campements mobiles de 150 hommes au minimum tous les cent kilomètres. Selon lui, il s'agit d'un vaste programme qu'il estime à "environ 20 milliards de dollars sur 20 ou 25 ans pour les pays européens unis dans un effort collectif." À titre de comparaison, il dira que "la Turquie prend six milliards" à Bruxelles "pour contrôler un nombre infiniment inférieur de réfugiés syriens et quelques Irakiens", alors que "nous, en Libye, nous devons contenir des flux gigantesques de personnes arrivant de toute l'Afrique." Dans les colonnes de Corriere della Sera, Khalifa Haftar a de nouveau critiqué Fayez al-Sarraj, qui ne l'a pas consulté pour donner le feu vert à une opération de renfort maritime de l'Italie pour aider les gardes-côtes libyens à contenir les départs de bateaux de migrants. "Sa décision est un choix individuel, illégitime et illégal", a-t-il martelé, avant d'ajouter : "Personne n'entre dans nos eaux sans permission". Il a, toutefois, semblé beaucoup plus conciliants vis-à-vis de l'ancienne puissance coloniale en affirmant : "Les Libyens et les Italiens sont des amis."
Merzak T/Agences

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.