La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Nous prenons à témoin l'opinion publique"
Mourad Bouzidi, porte-parole du Comité de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements
Publié dans Liberté le 16 - 11 - 2017

Dans cet entretien, le porte-parole du comité de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements revient sur ce qui a été dit sur le blocage du projet de Cevital lors de l'émission de Canal Algérie diffusée jeudi dernier, consacrée au rôle des ports. Il réagit aussi à ce qui est colporté par certains médias qui, s'appuyant sur des sources anonymes, tentent de polluer un débat qui, pour la première fois, a fait irruption dans les médias lourds.
Liberté : Vous avez, sans doute, suivi l'émission de Canal Algérie, diffusée il y a une semaine, consacrée au rôle des ports dans le développement économique et dans laquelle le conflit Cevital-EPB a été évoqué. Qu'en avez-vous retenu ?
Mourad Bouzidi : J'ai effectivement suivi l'émission. Mais je dois rappeler que, dans ce conflit liant Cevital à la direction du port de Béjaia (EPB), il s'agit d'abord du droit de décharger des équipements régulièrement importés par une entreprise privée.
Il y a lieu de noter que l'EPB est une société publique de services portuaires, à caractère commercial. À ce titre, elle gère les flux de marchandises entrant et sortant du port de Béjaïa. Les seules informations qu'elle est habilitée à demander dans le cadre d'une opération de déchargement de marchandises ou d'équipements sont clairement explicitées dans l'article 73 du décret 02-01 du 06 janvier 2002.
L'EPB, en tant qu'entreprise de services portuaires, n'a aucune prérogative pour demander une quelconque autorisation concernant un investissement.
Cela dit, je reviens à votre question pour dire que je retiens trois points de l'émission de Canal Algérie sur le rôle des ports dans le développement économique du pays.
Le premier : pour la première fois depuis le début de ce conflit, ce sujet du blocage du projet de l'usine de trituration de graines oléagineuses de Cevital est abordé par un média lourd public. Notre comité s'en félicite même si je relève qu'aucun représentant de Cevital ou de notre comité n'a été invité sur le plateau. Cela aurait sans doute permis de mieux éclairer l'opinion. Mais le fait qu'un média comme Canal Algérie traite la question est déjà un point de marqué pour le combat que nous menons.
Le deuxième : outre le fait que le DG du port de Béjaïa qui, bizarrement, n'a même pas daigné représenter le port qu'il dirige, préférant déléguer le directeur des zones extra-portuaires qui n'est pas en charge du dossier a, une fois de plus, une fois de trop, usé de mensonges pour justifier — par la voix de son représentant — son refus de traiter et de décharger les navires transportant les équipements destinés à l'usine de trituration de Cevital. Des mensonges qui démontrent sa volonté de nuire aux intérêts du groupe Cevital. En effet, lors de cette émission, le représentant du DG du port a laissé entendre que ce blocage est dû au fait que Cevital envisage d'implanter cette unité dans le domaine portuaire. "Je ne comprends pas pourquoi cette obsession à vouloir le faire à l'intérieur du port", a-t-il dit.
Lors d'une rencontre organisée par notre comité, les parlementaires de Béjaïa, toutes tendances confondues, les élus locaux et des représentants de la société civile de la région ont visité, le 14 juin dernier, en compagnie du président-directeur général du groupe Cevital, Issad Rebrab, et de Saïd Beniken, directeur exécutif du groupe Cevital, le terrain acquis par le groupe, situé dans une zone industrielle, à l'extérieur du port et dédié à l'installation de cette usine de trituration.
Il est en effet de notoriété publique, et le DG de l'EPB ne peut l'ignorer, que le groupe Cevital a acquis un terrain privé dans une zone industrielle, à l'extérieur du port, destiné à accueillir ce projet.
Le troisième : Mohamed Ibn Boussehaki, directeur des ports et de la marine marchande, avait affirmé, dans la même émission télévisée, que si Cevital disposait d'un terrain en dehors du port de Béjaïa pour accueillir son projet, toutes les facilités lui seraient accordées. Les plus hautes autorités du pays ainsi que l'opinion publique nationale sont désormais prises à témoin. M. Ibn Boussehaki sait, lui aussi, que Cevital dispose d'un terrain à l'extérieur du port. Il est donc tenu de mettre en œuvre son affirmation et d'exiger du port de Béjaïa de procéder au déchargement de tous les équipements destinés à l'usine de trituration de Cevital.

M. Ibn Boussehaki a déclaré que si le groupe Cevital projette de réaliser son usine de trituration de graines oléagineuses hors de l'enceinte du port cela ne devrait pas poser de problème. Mais une source anonyme du ministère des Transports, citée par un organe public, a accusé la presse d'avoir "mal interprété" les propos dudit directeur. Comment analysez-vous cette manière de communiquer du ministère des Transports ?
Il ne faut surtout pas tomber dans le piège de la manipulation : cette agitation n'a d'autre explication que la volonté des forces du mal à forcer la main aux autorités et à parler au nom d'hommes forts supposés du pouvoir, pour casser Cevital et bloquer le développement économique de notre région. Ces dernières années, ils sont nombreux à parler "au nom du Président" ou du "frère du Président". Le DG du port doit cesser de gérer cette affaire sur la base de coups de téléphone.
Certains cercles mafieux — sous le couvert de l'anonymat — s'expriment à la place de nos institutions. Ennahar et El-Massa peuvent gesticuler autant qu'ils veulent, les enregistrements de l'émission sont là et les "messages" que véhiculent ces médias sont la preuve que la crédibilité de nos institutions est plus que jamais mise à mal.
Pour notre part, il n'y a que la voix officielle du gouvernement qui nous intéresse. Elle tarde à se faire entendre mais nous l'attendons encore.

Cette source anonyme du ministère des Transports affirme que l'affaire reste pendante au niveau de la justice. Qu'en est-il réellement ?
C'est encore un mensonge. Actuellement, il n'y a aucune affaire en justice liée à cette affaire. La seule affaire en justice est celle qui me concerne, moi, en ma qualité de porte-parole du comité de soutien aux travailleurs de Cevital. J'informe, à l'occasion, l'opinion publique nationale que le DG du port a déposé plainte contre ma personne pour diffamation. Cette affaire sera traitée par la justice le 05 décembre prochain. J'invite, à l'occasion, M. Djelloul Achour, qui doit savoir que l'on ne défend pas son honneur par procuration, de venir lui-même le 5 décembre prochain pour une confrontation devant le juge.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.