Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rejet unanime de l'opposition
Plf-2018
Publié dans Liberté le 27 - 11 - 2017

Les députés de l'opposition ont unanimement voté, hier, contre le projet de loi de finances 2018. Un projet fort controversé que les parlementaires des partis du pouvoir ont, tout de même, comme à leur habitude, validé. Les élus nationaux des partis RCD, PT, FFS, MSP et l'alliance Ennahda-El Adala-Al Bina ont rejeté la copie du gouvernement. À l'issue du vote, ils ont improvisé un point de presse conjoint pour alerter contre les "conséquences dangereuses" de cette loi d'austérité qui va pénaliser le "petit peuple". Seuls des députés du RCD ont refusé de se joindre à cette "alliance de circonstance". Pancartes à la main, les chefs de groupes parlementaires du conglomérat de partis de l'opposition ont tenu des discours très hostiles à la majorité parlementaire et au gouvernement.
Accusés d'être derrière le retrait de l'impôt sur la fortune (ISF), proposée par le gouvernement en lieu et place de l'impôt sur le patrimoine, les hommes d'affaires, représentés dans le FCE d'Ali Haddad, ont également été pointés du doigt et vilipendés. "Le gouvernement, la majorité parlementaire et les hommes d'affaires doivent assumer leurs responsabilités après l'adoption de ce projet de loi de finances et le rejet de l'ensemble des amendements introduits par l'opposition. La crise économique et politique s'accentuera davantage dans les mois à venir. L'opposition a fait son devoir. Maintenant, c'est à eux d'assumer leurs responsabilités", a alerté le chef du groupe parlementaire du MSP, Nasser Hamdadouche.
Même son de cloche chez Djeloul Djoudi, chef du groupe parlementaire du PT, qui, lui, qualifie la présente loi de finances de "cadeau supplémentaire à l'oligarchie prédatrice". "À travers son vote pour cette loi, pour le moins insultante pour le peuple, cette Assemblée a tourné définitivement le dos au peuple. La majorité vient de révéler la vraie nature de cette Assemblée. Aujourd'hui, l'APN est dans un oued et le peuple dans un autre", a regretté M. Djoudi. Lakhdar Benkhelaf, chef du groupe parlementaire de l'alliance des trois partis islamistes (Ennahda-El Adala-Al Bina), a qualifié, quant à lui, la LF 2018 de "loi assassine pour le peuple". "Après avoir fraudé aux élections locales, les partis de la majorité parlementaire et le gouvernement veulent assassiner le peuple. Cela relève du non-respect de la volonté du peuple !", se désole l'élu du parti d'Abdallah Djaballah.
À son tour, Chafaâ Bouiche, chef de groupe parlementaire du FFS, juge que la LF 2018 est préméditée pour "casser l'Etat social et affamer le peuple". L'élu du FFS appelle désormais à poursuivre le combat à l'extérieur de l'APN pour, dit-il, sensibiliser la société contre cette loi de finances et contre toute autre mesure impopulaire. Outre leur appel à l'annulation des augmentations, des taxes et autres impôts décidés dans le cadre de cette loi de finances, le retrait de l'ISF a davantage attisé la colère des élus de l'opposition.
Dans leurs interventions respectives pour défendre, en plénière, leurs différents amendements, les députés de l'opposition, notamment ceux du PT, du MSP et de l'alliance Ennahda-Al Adala-El Bina, n'ont pas été tendres avec le gouvernement.
Ce qui a poussé le président de l'APN à leur "couper la parole" à plusieurs reprises. "En annulant l'ISF, vous confirmez que vous êtes là pour servir vos amis et jamais le peuple", a entonné, à titre d'exemple, le député du PT, Ramdane Taâzibt, poussant Saïd Bouhadja à lui couper le micro.
Il convient de signaler, enfin, que les députés de l'opposition, en colère, se sont retirés de l'hémicycle avant même l'intervention du ministre des Finances. Un geste qui en dit long.
Farid Abdeladim


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.