RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Asphyxie financière israélienne de la Palestine
Blocage des allocations versées aux familles des martyrs et détenus
Publié dans Liberté le 20 - 02 - 2018

L'argent collecté par Tel-Aviv et devant être versé aux autorités de Ramallah sert à Israël de moyen de pression sur le gouvernement palestinien.
Un projet de loi israélien visant à priver les familles des martyrs et les détenus palestiniens de leurs pensions et allocations sera soumis au vote de la Knesset (Parlement israélien) prochainement, après le quitus du comité ministériel, ont rapporté les médias locaux. Cette loi donnera le pouvoir à Tel-Aviv de déduire des revenus qu'il verse annuellement à l'Autorité palestinienne le montant correspondant à ces allocations et pensions. Réagissant à cette information, le gouvernement palestinien a dénoncé cette approbation en la décrivant comme une piraterie, un vol d'argent, et d'un nouveau crime ajouté aux crimes de l'occupation israélienne commis contre le peuple palestinien. Selon l'agence de presse palestinienne Wafa, le gouvernement palestinien estime que cette décision est invalide et une violation du droit international. Le porte-parole du gouvernement palestinien, Youssef Mahmoud, a expliqué que "les prisonniers détenus par Israël sont des symboles de la liberté". "Les prisonniers représentent l'avant-garde noble et généreuse de l'humanité qui n'accepte pas l'oppression et l'occupation", a-t-il ajouté. Le responsable palestinien a estimé que c'était Israël, et non l'Autorité palestinienne, qui devait assumer ses responsabilités. Israël, a-t-il poursuivi, "devrait payer une indemnisation aux Palestiniens touchés dans la région", car selon lui "Israël était la cause de toutes les crises et de tous les dommages et une source de dangers et de tensions". Il a conclu en martelant que "le projet de loi israélien est encore un autre crime pour lequel Israël devrait prendre ses responsabilités". Ce texte est un projet du ministre de la Défense Avigdor Lieberman, un des membres du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, connu pour ses positions extrémistes à l'égard des Palestiniens et de la poursuite du processus de paix, sous l'égide de la communauté internationale. Pour rappel, Israël collecte annuellement environ 127 millions de dollars de droits de douanes perçus sur les marchandises destinées aux marchés palestiniens qui transitent, chaque mois, par les ports israéliens, puis les transfère à l'Autorité palestinienne. Cette manne financière importante et vitale pour les Palestiniens sert à Israël de moyen de pression sur le gouvernement palestinien. Israël a déjà refusé de verser ces revenus, comme cela a été le cas lorsque la Palestine a été admise en qualité de membre à part entière de l'Unesco en 2011. Il a recouru à cette pratique illégale en septembre 2017, lorsque l'Etat de Palestine a été admis en qualité de membre de l'organisation policière internationale Interpol. Ceci dit, les responsables israéliens sont encouragés par les Etats-Unis, où le Sénat a adopté un projet de loi, déjà approuvé par la Chambre des représentants, visant à suspendre l'aide financière à l'Autorité palestinienne, si elle continue à verser des allocations aux familles de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.