Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    Benbouzid donne de nouvelles instructions    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Kafkaien    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    La nouvelle feuille de route    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Une voiture dans un sac à dos    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le privé à la rescousse
Transport scolaire à Souk-Ahras
Publié dans Liberté le 28 - 03 - 2018

Le wali l'a demandé pour atténuer un tant soit peu la tension.
En prévision de la première session de l'Assemblée populaire de wilaya de Souk-Ahras qui doit se tenir les 28 et 29 mars, le wali a présidé, avant-hier, un conseil de wilaya dont l'ordre du jour concerna le secteur de l'éducation et celui de l'action sociale. Pour le premier point, le directeur de l'éducation a brossé un tableau exhaustif sur les cantines et le ramassage scolaire.
Le premier responsable du secteur de l'éducation a énuméré les problèmes rencontrés dans les cantines scolaires. La wilaya de Souk-Ahras compte 256 cantines gérées par 210 chefs d'établissement pour un effectif de 49 000 écoliers.
Il a révélé que sur le nombre précité,138 cantines répondent aux normes alors que 97 salles de classe et 21 logements ont été aménagés à cet effet. Cette situation est le résultat du manque de locaux, ce qui a poussé les directeurs à recourir à ces salles pour offrir un repas aux écoliers.
Concernant les repas servis, ils varient entre froids et chauds selon les spécificités des écoles. L'absence de locaux réservés à cet effet et le manque de personnel dans 64 écoles a contraint les directeurs à servir des repas froids. Trois écoles primaires dont les cantines ne sont pas prêtes et qui connaissent un retard dans l'aménagement extérieur ne servent pas de repas aux enfants.
À cet effet, le wali a donné instruction pour que ces trois établissements ouvrent leurs cantines dès la reprise des cours et d'ajouter qu'il est grand temps de mettre fin aux repas froids. Il faut que la prochaine rentrée scolaire se fasse sous le slogan "Servons des repas chauds aux écoliers". Le premier responsable de l'exécutif a exigé pour l'année prochaine que toutes les établissements soient pourvues de cantines, quitte à aménager des salles de classe en attendant la construction de nouvelles cantines. À l'adresse des P/APC à qui la gestion de ces infrastructures scolaires a été confiée, il a exigé d'eux de faire le point sur la situation et pour ceux dont les budgets sont équilibrés de prendre en charge la construction de ces nouvelles cantines. Pour les écoles dont l'effectif dépasse les 400 élèves il a sommé les P/APC de réfléchir à la construction d'autres groupes scolaires qu'ils soient dans le même périmètre pour ne pas perturber la scolarité des enfants. Concernant les équipements, il a souhaité voir les écoles nouvellement créées dotées de petites chambres froides pour garder au frais les aliments. Concernant le deuxième volet, à savoir le ramassage scolaire, notamment des élèves du primaire, le wali a donné la parole aux P/APC pour l'informer des points noirs et des solutions envisageables pour mener à bien cette opération. La plupart des interventions ont tourné autour du manque de chauffeurs, d'un budget pour l'entretien des véhicules et du nombre d'élèves à prendre en charge. À cet effet, pour pouvoir couvrir toutes les lignes et toucher toutes les zones éparses, le wali a donné ordre surtout pour les communes qui connaissent une tension dans le ramassage scolaire de passer à deux, voire trois rotations et d'ouvrir les portes des écoles aux élèves à partir de 6h 30 pour ne pas laisser les bambins dehors. Il a aussi demandé de tester la formule des études continues ou d'avancer la première heure de l'après-midi et faire d'une pierre deux coups en libérant les élèves plus tôt.
À défaut de tout cela, il a demandé de recourir au privé pour atténuer la tension du transport tout en mettant en garde les P/APC pour mieux négocier les clauses des conventions avec ces opérateurs en défalquant les jours fériés et les vacances scolaires.
Enfin pour le secteur de l'action sociale M. Badaoui Abbès a demandé au directeur de la DAS de lui présenter un dossier bien ficelé avec les carences et les solutions envisageables.
FARROUKI HOCINE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.