Energie et Mines : Arkab reçoit une délégation parlementaire vietnamienne    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    L'Algérie honorée à Bamako pour son rôle en faveur de la paix et la réconciliation au Mali    Une délégation parlementaire algérienne prend part à la 46e EUCOCO à Berlin    Ligue 1/ CS Constantine : l'entraineur Madoui remobilise ses joueurs avant d'affronter la JS Saoura    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    ONU: une ONG appelle à la démission d'une responsable marocaine pour enfreinte aux normes de conduite    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Sport : les nouveaux textes juridiques devront instaurer une nouvelle dynamique au sein des associations sportives    Foot/ CHAN-2022 (préparation): le Sénégal et la Mauritanie au menu de la sélection A' en amical    Lutte contre le Sida: le gouvernement mobilisé pour assurer des soins gratuits aux malades    La ministre de la Solidarité nationale donne le coup d'envoi d'une caravane de sensibilisation sur la prévention de la grippe saisonnière    Enseignement supérieur: 16 plateformes numériques créées pour moderniser le secteur    L'inscription du Raï par l'Unesco, "un acte décisif de reconnaissance par le monde"    300 à 350 sous-traitants disponibles pour approvisionner les constructeurs automobile    Tissemsilt: le programme de développement se charge des préoccupations de la population    Festival de la production théâtrale féminine: "Chajarat El maouz" remporte le prix "Keltoum"    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Le badge de l'Emir du Qatar    Les études d'aménagement achevées: 140 millions DA pour trois nouvelles mini-zones d'activités    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Rue Mohamed Boudiaf (ex-rue de Mostaganem): Une tentative de squat d'une terrasse avortée    Tiaret: Une nouvelle organisation de soutien aux agriculteurs    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    L'Ukraine appelle les pays de l'Otan à accélérer l'envoi des aides    «On a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout»    «Nous combattons les idées toxiques»    L'ambassadeur russe dit tout    Une technologie de pointe à l'accent algérien    La Tunisie appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien    Seul un diagnostic précoce...    Le CRB aux commandes    Brèves    Belatoui sur la sellette    Appel à ancrer la lecture au sein des générations    Tournage du film «Hami Essahra» sur le chahid Si El Houas    Un génie forgé dans la douleur    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Quel avenir pour l'Europe ?    Décès du Général à la retraite Mohamed Betchine    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Les PME sont-elles hors la loi?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La conférence de Hiba Tayda interdite
Le Café littéraire à Bouzeguène (Tizi Ouzou) dérange toujours
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2018

C'est la seconde interdiction que subit l'écrivaine, après l'annulation du café littéraire du 13 mai 2017.
La conférence-débat que devait animer, avant-hier, la jeune romancière, Hiba Tayda, au café littéraire de Bouzeguène, autour de son ouvrage, Un slow avec le destin, a été, une nouvelle fois, interdite par les autorités locales, et ce, en dépit de l'accord préalable du président de l'APC, selon un communiqué diffusé par l'association Tiawinine (Les sources), sur son compte facebook. Les organisateurs ont conclu leur déclaration en informant la population que "la rencontre aura bel et bien lieu contre l'avis des autorités et que dorénavant, nous ne demanderons plus d'autorisation pour les prochaines conférences car nous travaillons bénévolement et gracieusement pour la culture, rien que pour la culture".
Le fil des événements : samedi, à 14h , heure prévue pour le début de la conférence, un public nombreux s'était rassemblé devant le centre culturel Ferrat-Ramdane pour soutenir les organisateurs. Malgré le verrouillage, dans un premier temps, du portail extérieur et de la porte d'entrée de l'édifice, le public a pu accéder de force à la salle de conférences, mais grande fut sa surprise en découvrant que toutes les chaises avaient été enlevées et mises dans une autre salle. Les férus du café littéraire, après un moment d'étonnement, ont quand même trouvé une astucieuse idée pour mener l'activité. Elle a consisté à s'asseoir sur des cartons, à défaut de tatamis, plus confortables, qui auraient pu être prêtés par le club de karaté local, alors que l'écrivaine, elle, s'est assise à même le sol aux côtés du modérateur.
La conférence a débuté par un véritable réquisitoire contre des autorités locales peu soucieuses de tout ce qui a trait à la culture. Ni les élus ni les responsables de la daïra et encore moins ceux de la Drag n'ont échappé à la vindicte des passionnés des traditionnels cafés littéraires organisés depuis plus de trois ans. L'écrivaine, Hiba Tayda, qui a été interdite pour la seconde fois, après l'annulation du café littéraire du 13 mai 2017 dans les mêmes conditions, est restée sereine mais tout de même très solidaire, elle aussi, de l'association Tiawinine, victime de l'opprobre et de l'injustice des autorités locales. Le refus ou l'interdiction, même s'ils ne sont pas signifiés par écrit, constituent une grave dérive à l'endroit de la culture. Le café littéraire de Bouzeguène, institué depuis trois ans, est l'un des principaux atouts culturels de la commune de Bouzeguène, voire de la wilaya de Tizi Ouzou. "Sa réputation, son histoire et son dynamisme ont galvanisé sa force face à ses détracteurs incultes et méprisants. Etranges sont nos responsables, issus tous d'une même République, mais qui délivrent, au gré des humeurs, des autorisations par-ci et des refus par-là", dira, médusé, un habitué du café littéraire.
L'entrevue entre l'auteure et les citoyens, qui s'est quand même tenue dans des conditions inconfortables, s'est achevée par une vente-dédicace et par une photo souvenir pour la pérennité de l'événement. Rendez-vous a été pris pour les trois futurs conférenciers, eux aussi interdits, entre autres, Tahar Ould Amar, Rabah Sebaâ et Saïd Oussad, dans la même salle... même sans chaises.
KAMEL NATH OUKACI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.