Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La conférence de Hiba Tayda interdite
Le Café littéraire à Bouzeguène (Tizi Ouzou) dérange toujours
Publié dans Liberté le 09 - 04 - 2018

C'est la seconde interdiction que subit l'écrivaine, après l'annulation du café littéraire du 13 mai 2017.
La conférence-débat que devait animer, avant-hier, la jeune romancière, Hiba Tayda, au café littéraire de Bouzeguène, autour de son ouvrage, Un slow avec le destin, a été, une nouvelle fois, interdite par les autorités locales, et ce, en dépit de l'accord préalable du président de l'APC, selon un communiqué diffusé par l'association Tiawinine (Les sources), sur son compte facebook. Les organisateurs ont conclu leur déclaration en informant la population que "la rencontre aura bel et bien lieu contre l'avis des autorités et que dorénavant, nous ne demanderons plus d'autorisation pour les prochaines conférences car nous travaillons bénévolement et gracieusement pour la culture, rien que pour la culture".
Le fil des événements : samedi, à 14h , heure prévue pour le début de la conférence, un public nombreux s'était rassemblé devant le centre culturel Ferrat-Ramdane pour soutenir les organisateurs. Malgré le verrouillage, dans un premier temps, du portail extérieur et de la porte d'entrée de l'édifice, le public a pu accéder de force à la salle de conférences, mais grande fut sa surprise en découvrant que toutes les chaises avaient été enlevées et mises dans une autre salle. Les férus du café littéraire, après un moment d'étonnement, ont quand même trouvé une astucieuse idée pour mener l'activité. Elle a consisté à s'asseoir sur des cartons, à défaut de tatamis, plus confortables, qui auraient pu être prêtés par le club de karaté local, alors que l'écrivaine, elle, s'est assise à même le sol aux côtés du modérateur.
La conférence a débuté par un véritable réquisitoire contre des autorités locales peu soucieuses de tout ce qui a trait à la culture. Ni les élus ni les responsables de la daïra et encore moins ceux de la Drag n'ont échappé à la vindicte des passionnés des traditionnels cafés littéraires organisés depuis plus de trois ans. L'écrivaine, Hiba Tayda, qui a été interdite pour la seconde fois, après l'annulation du café littéraire du 13 mai 2017 dans les mêmes conditions, est restée sereine mais tout de même très solidaire, elle aussi, de l'association Tiawinine, victime de l'opprobre et de l'injustice des autorités locales. Le refus ou l'interdiction, même s'ils ne sont pas signifiés par écrit, constituent une grave dérive à l'endroit de la culture. Le café littéraire de Bouzeguène, institué depuis trois ans, est l'un des principaux atouts culturels de la commune de Bouzeguène, voire de la wilaya de Tizi Ouzou. "Sa réputation, son histoire et son dynamisme ont galvanisé sa force face à ses détracteurs incultes et méprisants. Etranges sont nos responsables, issus tous d'une même République, mais qui délivrent, au gré des humeurs, des autorisations par-ci et des refus par-là", dira, médusé, un habitué du café littéraire.
L'entrevue entre l'auteure et les citoyens, qui s'est quand même tenue dans des conditions inconfortables, s'est achevée par une vente-dédicace et par une photo souvenir pour la pérennité de l'événement. Rendez-vous a été pris pour les trois futurs conférenciers, eux aussi interdits, entre autres, Tahar Ould Amar, Rabah Sebaâ et Saïd Oussad, dans la même salle... même sans chaises.
KAMEL NATH OUKACI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.