Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Madar joue la carte des «primes »    Qui pour driver l'équipe samedi ?    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ultimatum des tribus libyennes aux milices de Tripoli
Elles leur accordent trois jours pour se rendre
Publié dans Liberté le 16 - 09 - 2018

Considérant que la solution de la crise libyenne passe par le règlement du problème des milices armées, les tribus libyennes, réunies en congrès depuis hier à Tarhouna, exigent leur dissolution pure et simple.
Nouveau développement dans la crise libyenne, hier, à l'occasion de la réunion en congrès des tribus de ce pays à Tarhouna, une ville proche de la frontière tunisienne, qui a été marquée par l'ultimatum lancé aux milices armées, selon le média libyen al-Wassat. Selon cette source qui cite les organisateurs, la plupart des tribus libyennes, y compris celles de l'ouest et du centre du pays, étaient représentées par leurs notables pour discuter des voies et moyens pour faire sortir le pays de la profonde crise qui le secoue depuis des années.
À en croire le site en ligne Iwan Libya, un important groupe de notables des tribus du Sud est arrivé à Tarhouna, vendredi soir, pour participer à cette réunion. Les travaux de ce congrès ont débuté avec le discours inaugural de Abderrahim al-Barki, un des notables de la région de Tarhouna, lequel a annoncé d'emblée : "Nous accordons trois jours aux milices armées pour qu'elles annoncent leur dissolution et remettent toutes les armes aux autorités officielles."
Il a expliqué aux participants que "le règlement de toutes les crises de la Libye se résume en la dissolution des milices armées, et la remise de tout le matériel et des armes de ces milices aux autorités officielles".
Abderrahim al-Barki a notamment souligné que "toutes les personnes impliquées dans des crimes commis et autres infractions seront remises aux commissions d'enquête spécialisées". "Nous rejetons toutes les tentatives et autres procédures sécuritaires visant à faire perdurer l'opération de dissolution des milices armées dans la capitale", a-t-il averti. "Tripoli est la capitale de tous les Libyens, et nous appelons à la création d'une force commune composée de l'armée et de la police sous une seule direction pour protéger la ville", a encore indiqué Abderrahim al-Barki. Le notable de Tarhouna a demandé à tous les membres des milices de rentrer chez eux. S'adressant ensuite à la mission onusienne en Libye, la Manul, il lui a demandé de s'impliquer davantage dans tous les dossiers, particulièrement ceux relevant de la sécurité et de la stabilité du pays. Tout ce qu'a annoncé Abderrahim al-Barki figure en bonne place dans le communiqué final sanctionnant les travaux de ce congrès des tribus libyennes, et dans lequel il est demandé que "toutes les prisons encore sous le contrôle de certaines milices soient placées sous la direction des autorités officielles de l'Etat". Les congressistes apportent leur soutien à la septième brigade d'infanterie et toutes les structures qui la soutiennent dans sa lutte contre les milices armées à Tripoli. Ils ont aussi appelé au report d'examen de tous les dossiers et crises que connaît le pays, à l'exception des évènements que vit la capitale Tripoli.
Le communiqué final annonce la mise en place d'une commission chargée du suivi et de la mise en œuvre de toutes les décisions du congrès.
Par ailleurs, le chef de la diplomatie italienne a déclaré, vendredi soir à Rome, que le gouvernement d'union nationale libyenne demeure le seul interlocuteur de l'Italie, et que l'on ne pouvait ignorer le maréchal Khalifa Haftar.
Selon le "portail africain d'informations libyen", qui cite l'agence italienne Aki, Enzo Moavero a déclaré : "Il y a eu un éclaircissement des positions avec Haftar, qui a prouvé qu'il est un homme ouvert, qui accorde une grande importance à notre pays et qui est conscient du rôle qu'il peut mener."
Merzak Tigrine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.