Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et Apulée inventa le roman
Auteur de l'œuvre universelle "l'âne d'or"
Publié dans Liberté le 25 - 09 - 2018

Grand conférencier, maîtrisant le grec et le latin, il a écrit des poèmes, des traductions, des traités techniques sur la nature, sur la médecine, sur l'astronomie ainsi que plusieurs traités philosophiques.
Afulay Memmis n Madaure, universellement connu sous le nom d'Apulée de Madaure, est né vers 123 dans la cité éponyme, qui se trouve à quelques kilomètres de l'actuelle M'daourouch, commune de la wilaya de Souk Ahras (ancienne Thagaste) et dont les ruines sont encore visibles de nos jours. C'est d'ailleurs dans cette ville universitaire que saint Augustin, philosophe et théologien, né à Thagaste, près de deux siècles après la mort d'Afulay vers 170, étudiera durant sa jeunesse.
Cela révèle le rôle civilisationnel que jouait à l'époque cette partie de la Numidie annexée à l'empire romain. Les écrits de saint Augustin, dont on peut citer Les Confessions, La Cité de Dieu, De la Trinité, continuent d'influencer la pensée universelle jusqu'à nos jours. Lui-même s'était inspiré de la philosophie de son ancêtre Apulée de Madaure qui aura d'ailleurs précédé saint Augustin dans l'itinéraire scolastique et professionnel qui mène de Madaure à Carthage et à Rome, avant de revenir au pays jusqu'à la mort. Après une enfance à Madaure, Afulay (Apulée) poursuit ses études à Carthage. Durant ses séjours à Athènes et à Rome, il s'est intéressé aux sciences, à la philosophie, à la religion et même à la magie, mais, précise-t-il pour cette dernière, "c'est juste pour comprendre le secret des choses" et non pour la pratiquer. Grand conférencier, maîtrisant le grec et le latin, il a écrit des poèmes, des traductions, des traités techniques sur la nature, sur la médecine, sur l'astronomie ainsi que plusieurs traités philosophiques. Influencé par le platonisme, il a écrit De Platone et eius dogmate libri, qui est un résumé de la doctrine de Platon (428-347 avant J.-C.). Apulée de Madaure a également écrit L'Apologie, transcription de sa plaidoirie pour se défendre de l'accusation de magie qui a été utilisée par sa belle-famille en Libye pour l'obliger à divorcer de leur fille au motif qu'il l'avait ensorcelée. En réalité, les parents de sa femme ne voulaient pas partager l'héritage de celle-ci avec un étranger. Cet ouvrage nous apprend beaucoup de choses sur la vie quotidienne de l'époque. Un autre livre, Les Florides, publié en 160, est un recueil des conférences données par Afulay, ouvrage doctrinal où l'auteur présente les pensées philosophiques de l'époque et la sienne propre. De Mundo est un livre qui traite de la théologie et de l'astronomie. Cependant, l'œuvre majeure d'Apulée (Afulay) reste Les Métamorphoses ou L'Âne d'Or. Lucius est transformé accidentellement en âne par sa maîtresse Photis. Il doit manger des roses pour retrouver sa forme humaine. Il part alors à la recherche de ces précieuses fleurs, aventures qui sont un prétexte pour Afulay d'aborder, en 11 volumes, les sujets les plus divers relatifs à la vie sociale de son époque. Il en profite pour laisser libre cours à son imagination, développer son goût pour la parodie et étaler ses larges connaissances en philosophie, sciences, histoire, métaphysique, cosmologie… Ce roman, écrit en latin, qualifié de "brèche de liberté aux littératures de l'imaginaire", est disponible aujourd'hui dans certaines bibliothèques, librairies et maisons d'édition en France, au même titre d'ailleurs qu'Opuscules philosophiques, Fragments de Dieu de Socrate, Platon et sa doctrine du monde. Des critiques et chercheurs sur la littérature ancienne voient en Apulée "un des écrivains les plus romantiques des temps anciens. Il florissait à l'époque même qui sépare les âges du goût des âges de l'imagination". Chez Afulay, l'esthétique est celle de l'inspiration. Elle s'intéresse aux valeurs humaines et englobe le patrimoine ancestral. Au sujet de ce dernier, Afulay, érudit d'expression latine, est très précis : "Je suis mi-Numide, mi-Gétule", rappelant ainsi son attachement à ses racines berbères. Même écrite dans une langue différente de sa langue maternelle, son œuvre est imprégnée de l'âme de sa culture originelle, à l'instar d'écrivains amazighs contemporains qui, tout en s'exprimant en arabe ou en français, emplissent leurs œuvres de la marque de leur culture ancestrale. Grâce à son esprit brillant, les œuvres d'Afulay (Apulée de Madaure) ont marqué l'histoire de la pensée philosophique universelle et continuent de faire école dans les universités aux quatre coins du monde. Quelle fantastique trajectoire pour Memmis n M'daourouch pour lequel une statue a été élevée de son vivant à Carthage et des pièces de monnaie frappées à son effigie à Rome (disponibles à la Bibliothèque nationale). La culture algérienne gagnerait à s'inspirer de son œuvre, comme semblent le suggérer les initiateurs du colloque qui lui a été consacré en juin 2015 à Souk Ahras.
ALI BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.