Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cours moyen du pétrole ne dépassera pas 60 dollars
Dernières prévisions du FMI pour 2019
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2019

Début janvier, les prix du pétrole brut se situaient autour de 55 dollars et les marchés s'attendaient à ce qu'ils restent globalement à ce niveau au cours des quatre ou cinq prochaines années, indique le FMI.
Les cours moyens du pétrole devraient se situer juste au-dessous de 60 dollars en 2019 et 2020. C'est ce que prévoit le Fonds monétaire international (FMI) qui a présenté, hier, au Forum économique mondial de Davos, ses "Perspectives pour l'économie mondiale". Dans les dernières éditions des "Perspectives pour l'économie mondiale", le FMI tablait sur des prix du pétrole d'environ 69 et 66 dollars. L'institution financière internationale relève que les cours du pétrole brut sont volatils depuis le mois d'août, du fait, notamment, de l'offre, de la politique américaine concernant les exportations de pétrole iranien et, plus récemment, des craintes d'un fléchissement de la demande mondiale. "Début janvier, les prix du pétrole brut se situaient autour de 55 dollars le baril et les marchés s'attendaient à ce qu'ils restent globalement à ce niveau au cours des quatre ou cinq prochaines années", indique le Fonds. Pour rappel, dans le cadrage macroéconomique et financier de la loi de finances 2019, le gouvernement a retenu un prix de référence fiscal du baril de pétrole algérien Sahara Blend de 50 dollars. Aussi, le gouvernement table sur un prix du baril de pétrole à 60 dollars. Selon le FMI, la croissance au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Afghanistan et au Pakistan devrait rester modérée à 2,4% en 2019, avant de remonter à 3% environ en 2020. Le rapport actualisé, publié hier, n'a pas fourni de prévisions détaillées pour les différents pays de la région autre que l'Arabie saoudite. Mais, souligne-t-il, de multiples facteurs pèsent sur les perspectives de la région, notamment la faible croissance de la production pétrolière qui affecte la reprise attendue de l'activité non pétrolière (en Arabie saoudite), le durcissement des conditions de financement (au Pakistan), les sanctions américaines (contre l'Iran) et les tensions géopolitiques dans plusieurs pays. Pour Gita Gopinath, directrice du département des études du Fonds monétaire international, l'expansion mondiale s'affaiblit à un rythme un peu plus rapide que prévu. Cette mise à jour des "Perspectives de l'économie mondiale" table sur une croissance mondiale de 3,5% en 2019 et de 3,6% en 2020, soit respectivement 0,2 et 0,1 point de pourcentage au-dessous des projections d'octobre dernier. Les prévisions de croissance mondiale pour 2019 et 2020 avaient déjà été revues à la baisse dans les dernières PEM, en partie à cause des effets négatifs des augmentations des droits de douane décrétées par les Etats-Unis et la Chine plus tôt pendant l'année. La nouvelle révision à la baisse depuis octobre résulte d'un ralentissement au deuxième semestre de 2018 — notamment en Allemagne à cause de l'introduction de nouvelles normes antipollution dans l'industrie automobile et en Italie, où les risques souverains et financiers ont pesé sur la demande intérieure —, mais aussi d'un sentiment moins optimiste sur les marchés financiers et d'une contraction en Turquie, qui devrait être plus marquée que prévu. Le FMI estime que le solde des facteurs influant sur les perspectives de croissance mondiale est franchement négatif. Une escalade des tensions commerciales au-delà de celles déjà incorporées dans les prévisions demeure une importante source de risque pour les perspectives. Outre les tensions commerciales accrues, divers facteurs pourraient entraîner une détérioration supplémentaire de l'évaluation des risques qui aurait des conséquences négatives pour la croissance, particulièrement dans le contexte d'un endettement public et privé élevé.
Il s'agit notamment d'une sortie sans accord du Royaume-Uni hors de l'Union européenne et d'un ralentissement plus prononcé que prévu en Chine.
Meziane Rabhi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.