L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Aménagement prochain de 15 services d'urgences médio-chirurgicales à Alger    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement de solidarité hier à la Sorbonne
Hausse des droits d'inscription pour les étudiants étrangers
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2019

La Fédération des Associations générales étudiantes (Fage), qui partage avec l'Union nationale des étudiants de France (Unef) le leadership de la représentation dans les campus français, a organisé, hier à la mi-journée, un grand rassemblement de solidarité avec les étudiants internationaux sur la place de la Sorbonne, à Paris. Cette manifestation a drainé beaucoup de monde en dépit de la neige abondante qui est tombée sur la capitale française dans la journée. Elle a permis aux participants d'exprimer, une nouvelle fois, leur désaccord avec la décision du gouvernement de multiplier par quinze les frais de scolarité pour les étudiants extra-communautaires à partir de cette année. Le projet qui est défendu par la ministre de l'Enseignement supérieur, Dominique Vidal, prévoit de porter les droits d'inscription en licence à 2 770 euros au lieu de 170 euros actuellement et à 3 770 euros en master et en doctorat au lieu de 243 et 280 euros. "Cette décision est injuste et incohérente", dénonce Orlane Francois, présidente de la Fage. Dans un appel, elle a demandé aux étudiants et à toute la communauté de l'enseignement supérieur de se dresser contre "le mur de l'argent" que le gouvernement veut construire autour des universités. Grâce à leurs actions, la Fage et d'autres syndicats étudiants, dont l'Union des étudiants algériens de France (UEAF), ont réussi à mobiliser les présidents des universités qui ont demandé, à leur tour, au Premier ministre, Edouard Philippe, de renoncer à la hausse des frais de scolarité pour les étudiants hors UE. Certains responsables d'établissements sont allés plus loin en faisant savoir qu'ils n'appliqueront pas la mesure annoncée. Huit universités (Clermont-Auvergne, Aix-Marseille, Toulouse Jean-Jaurès, Lyon-II, Nanterre, Rennes-II, Angers et Le Mans) ont clarifié leur position la semaine dernière, rejoignant sur ce sujet l'université de Paris-Nanterre qui a pris les devants et a annoncé le 12 décembre dernier son intention de contourner la décision du gouvernement. Des recteurs mettent en avant la panique qui s'est emparée des étudiants étrangers souhaitant s'inscrire chez eux. Dans une déclaration au quotidien Libération, Mathias Bernard, le président de l'université Clermont-Auvergne, a révélé que son établissement est assailli d'appels. De son côté, l'université Rennes 2 dénonce l'absence de concertation et "d'information stabilisée" sur la hausse des frais d'inscription. Elle a fait, d'ailleurs, savoir qu'elle utilisera tous les moyens réglementaires pour maintenir le régime tarifaire actuel. Face à la fronde, la ministre de l'Enseignement supérieur a pris la parole la semaine dernière devant le Sénat, exigeant "loyauté" et "obéissance" de la part des responsables des secteurs. "Les universités sont des établissements publics, opérateurs de l'Etat, et effectivement, en tant qu'opérateurs de l'Etat et fonctionnaires d'Etat, il est évidemment très important qu'ils portent les politiques publiques décidées par l'Etat", a précisé Dominique Vidal. Il n'est toutefois pas sûr qu'elle soit écoutée. Les étudiants en tout cas semblent déterminés. Sur sa liste de revendications, la Fage réclame, outre l'annulation de l'augmentation des frais d'inscription, la suppression de toutes les exigences financières liées aux démarches de délivrance des visas étudiants. L'organisation exige, par ailleurs, que les étudiants étrangers puissent accéder, sans distinction, aux aides du Crous. Elle demande enfin la mise en place d'un moratoire sur les frais d'inscription, ainsi qu'un financement plus conséquent de l'enseignement supérieur en France.
S. L.-K.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.