Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le RCD "rejette" l'élection présidentielle
Mohcine Belabbas évoque "une simple désignation du chef de l'état"
Publié dans Liberté le 02 - 02 - 2019

"Il n'y aura pas d'élection le 18 avril, mais juste une désignation du chef de l'Etat", a déclaré Mohcine Belabbas. Pour lui, "(…) l'heure n'est pas à l'engagement dans une opération électorale viciée".
Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a décidé, hier, de boycotter le scrutin présidentiel d'avril prochain. À l'issue d'une réunion ordinaire de son conseil national, le parti de Mohcine Belabbas a annoncé sa décision de "rejeter" le scrutin d'avril prochain et appelle à une "mobilisation" visant à démystifier cette échéance.
Déjà dans la matinée, le président du RCD, Mohcine Belabbas, a donné un avant-goût de ce que devait être la position de son parti. Il a qualifié le scrutin du 18 avril prochain de "ce qu'on appelle l'élection présidentielle" et rappelle que "rien n'a changé" dans les pratiques du système. Pour Mohcine Belabbas, qui s'est exprimé devant des journalistes à l'issue de son allocution devant le conseil national, le système ira vers une désignation pure et simple du futur chef de l'Etat. "On n'a pas cessé de dire que si les conditions d'une véritable élection ne sont pas réunies, au minimum deux années avant l'échéance en question, on n'aura pas affaire à une élection, mais à une désignation comme cela a toujours été le cas auparavant. Donc, pour nous, il n'y a pas d'élection, mais juste une désignation du chef de l'Etat le 18 avril", a-t-il rappelé. Pour lui, "(…) l'heure n'est pas à l'engagement dans une opération électorale viciée, mais au rassemblement le plus large pour jeter les bases d'une refondation institutionnelle qui garantit la stabilité sociale, la défense de l'intérêt général et la libre compétition politique". Aujourd'hui, "l'urgence pour le pays n'est pas de choisir entre reconduire un chef de l'Etat grabataire ou désigner un autre parrain en bonne santé pour gérer les équilibres claniques ou en créer d'autres à sa convenance ou à la convenance des plus forts", estime-t-il.
Pour expliquer cette décision, le président du RCD est remonté plus loin dans le temps. Il rappelle que son parti avait déjà essayé, dans le passé, mais cela n'a jamais rien donné. Le parti reconnaît avoir donné "le maximum de chances au régime de s'amender pour s'orienter vers une pratique de la compétition politique saine". Mais "force est de constater que le système en place, depuis le coup
d'Etat du Caire de 1957 perpétré contre le CCE, n'est pas amendable. La crise de confiance est irréversible", a indiqué le président du RCD.
Même les candidats déclarés à l'élection présidentielle d'avril prochain n'ont pas trouvé grâce aux yeux de Mohcine Belabbas. "Avec le dispositif électoral qui a organisé et validé tant de fraudes et une administration qui a commis de multiples violations de la Constitution, ceux qui prétendent porter et faire valoir l'avènement d'une politique qui répond aux aspirations du peuple à la justice et au progrès ne sont, au fond, que ceux qui aspirent à déloger les occupants du pouvoir pour s'installer dans le même moule", a-t-il déploré.
S'il assure ne pas vouloir polémiquer avec Ali Ghediri, qui "prône, du moins dans le discours, la rupture", Mohcine Belabbas reproche à l'ancien officier de l'armée de "nourrir la désillusion". Evoquant des contradictions dans le discours du général-major, Mohcine Belabbas a indiqué aux journalistes : "Quand je l'écoute, j'ai la conviction qu'il ne faut pas participer. Il dit indirectement qu'il n'y a pas d'élection présidentielle (…). Pourquoi donc se moquer des gens ? Il y a des carrières qu'on peut bousiller et des soutiens crédibles qu'on peut traîner. On l'a vu notamment en 2004." Même dans le discours prononcé devant les membres du conseil national, le président du RCD a pointé du doigt des "impostures d'agents fraîchement mis en avant pour instrumentaliser ou se faire prévaloir de sacrifices de nos aînés" et de "nombreux militants politiques démocratiques ne sont que des artifices servant de relance, sous une forme ou une autre, à un système politique inopérant et antipatriotique". Plus tard, il expliquera qu'il ne visait pas spécialement Ali Ghediri. "Il y a 150 candidats, non ?", a-t-il dit, souriant. Ce qui ne l'empêche pas de reconnaître que le discours de Ghediri le "place dans l'opposition".
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.